Fermeture de la compagnie Armstrong à Montréal - Mise sur pied d'un comité de reclassement



    MONTREAL, le 6 févr. /CNW Telbec/ - Les 150 Métallos chez Armstrong à
Montréal ont appris lundi que l'employeur fermait pour une période
indéterminée à compter du 1er mai. Aujourd'hui, le Syndicat des Métallos (FTQ)
rencontre le groupe Urgence-emploi du Conseil régional du Montréal
Métropolitain (FTQ) afin de mettre rapidement sur pied un comité de
reclassement. "Nos membres sont inquiets. La moyenne d'ancienneté est de 25
ans dans cette usine. Ils savent qu'il va être plus difficile pour eux de se
replacer sur le marché du travail. C'est pourquoi, nous nous mettons à
l'ouvrage dès maintenant bien que l'entreprise ferme ses portes en mai", a
déclaré Mario Denis, permanent du Syndicat des Métallos (FTQ).
    Les dirigeants chez Armstrong ont indiqué qu'ils maintiendront
l'entretien de l'usine afin d'être prêts à la repartir advenant une reprise du
marché. De quatre à cinq travailleurs syndiqués y demeureront à l'emploi. "Les
porte-parole de la compagnie ne parlent pas de fermeture définitive pour
l'instant. Ils ont laissé entrevoir une possibilité de reprise des opérations
en 2010 et même au courant de 2009 si le marché se rétablit", a poursuivi le
permanent syndical.
    L'usine de Montréal est rentable, L'usine est bien située
géographiquement. Les travailleurs possèdent une grande expertise. La
compagnie possède trois usines aux Etats-Unis et celle de Montréal. Une usine
en Californie fait les mêmes produits qu'ici. "Nous savons que nous sommes
plus productifs. Lancaster qui possède Armstrong a décidé de sacrifier l'usine
de Montréal. C'est clair que la compagnie veut privilégier l'emploi aux
Etats-Unis plutôt qu'au Québec", a expliqué Mario Denis.
    L'usine de Montréal produit des tuiles commerciales et résidentielles
depuis plus de 40 ans au Québec. Le salaire horaire moyen est de 19 $. En
vertu de la convention collective, les travailleurs gardent un lien d'emploi
durant 30 mois avec l'entreprise. "Nous croyons qu'il est toujours possible
que cette usine rouvre ses portes car nous avons l'expertise, la productivité
et la flexibilité pour le faire. Il faut attendre la reprise économique.
Entretemps, nous travaillerons sans relâche pour aider nos membres à traverser
cette période difficile pour eux et leur famille", a conclu le permanent
syndical.




Renseignements :

Renseignements: Mario Denis, Syndicat des Métallos (FTQ), (514)
599-2012


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.