Fermeture de GDX à Magog - GM consolide l'industrie automobile en Ontario



    ST-JEAN, QC, le 22 oct. /CNW Telbec/ - Les 350 Métallos chez GDX ont
appris la fermeture vendredi après-midi des deux usines de la compagnie à
Magog. "Nous travaillons d'arrache-pied depuis des mois pour empêcher cette
fermeture. Mais GM n'a pas renouvelé un contrat cet été qui représentait les
deux tiers de la production. Pourtant, cette compagnie américaine avait promis
lors de la fermeture de l'usine de Boisbriand d'encourager les sous-traitants
liés à l'industrie automobile au Québec. De son côté, GDX a laissé les
employés à eux-mêmes. Malgré cela, les travailleurs et les travailleuses ont
continué à travailler de façon professionnelle", a déclaré Denis Trottier,
permanent du Syndicat des Métallos (FTQ).
    "Cela faisait quatre mois que nous attendions une réponse. C'était une
véritable torture. Nous n'avions jamais l'heure juste. C'est remarquable de
voir l'attitude de nos membres qui ont atteint les objectifs de production.
Depuis quatre ans, nous avons mis sur pied quatre comités de reclassement.
Cela indique bien le climat d'incertitude qui s'était installé dans l'usine.
De son côté, la compagnie GM a été égale avec elle-même lorsqu'il s'agit du
Québec", a poursuivi Gérard Séguin, président de la section locale 9395.
    Le Syndicat des Métallos (FTQ) a immédiatement enclenché le processus de
mise sur pied d'un comité de reclassement. Il continuera à siéger sur une
table de concertation mise sur pied pour sauver l'entreprise. "Nous ne sommes
pas restés les bras croisés. Nous savions l'entreprise en difficulté. Nous
avons déjà eu 1400 membres dans ces usines. Nous étions à compléter une étude
pour diversifier la production. Un voyage était prévu en Allemagne pour
trouver des débouchés. Le manque de transparence des compagnies nous met
toujours devant des faits accomplis. Ce sont pourtant nos emplois qui sont en
jeu. Nous ne lâchons pas. Nous allons tout faire pour essayer de relancer
cette usine", a expliqué le permanent syndical.
    L'entreprise appartenait à Cerberus, une compagnie de capital de risque
aux Etats-Unis. En complétant l'acte de vente à Wynnchurch, une autre
compagnie américaine de capital de risque, cette dernière a annoncé la
fermeture de nos deux usines. "La compagnie a beau jeu de plaider qu'elle veut
se rapprocher de l'industrie automobile. Non seulement, le gouvernement
fédéral favorise l'Ontario mais les constructeurs d'automobiles ont fait leur
lit avec les gouvernements ontarien et municipaux de cette province. L'usine
de GDX à Welland bénéficie de généreuses subventions. Nous avons le
gouvernement fédéral et les multinationales américaines contre nous. C'est
révoltant", a dénoncé Denis Trottier.
    La table de concertation au Québec est composée d'Investissement Québec,
d'Emploi Québec, du CLD de la Ville de Magog, du Fonds de solidarité de la FTQ
et du Syndicat des Métallos (FTQ).
    Une des usines qui vient de fermer était spécialisée dans l'encapsulation
du verre et l'autre l'était dans la fabrication de joints d'étanchéité. GM,
Mercédès et BMW étaient les principaux clients de cette entreprise.




Renseignements :

Renseignements: Denis Trottier, Syndicat des Métallos (FTQ), (514)
232-5286; Gérard Séguin, Syndicat des Métallos, section locale 9395, (819)
868-9117


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.