Fédération des syndicats de l'enseignement (CSQ) - La FSE (CSQ), en réunion à Saguenay, dresse un bilan de la dernière année scolaire



    SAGUENAY, QC, le 7 juin /CNW Telbec/ - A l'occasion de la réunion de la
fin de l'année scolaire de son Conseil fédéral, qui se tient
exceptionnellement à Saguenay, la Fédération des syndicats de l'enseignement
(CSQ), a rencontré la presse régionale pour faire le point sur la dernière
année.
    Les présidences des quatre syndicats régionaux accompagnaient la
présidente de la FSE, Johanne Fortier. Cette année aura été marquée par de
nombreuses interventions de la FSE sur la réforme scolaire, dans les médias, à
la Table de pilotage, et auprès des ministres de l'Education, M. Fournier et
Mme Courchesne, et même au Congrès de la Fédération des commissions scolaires.
    Après avoir rendu publics en juin 2006 les résultats d'un sondage sur la
perception des enseignantes et des enseignants sur la réforme, la Fédération
des syndicats de l'enseignement s'est dissociée du bilan de la Table de
pilotage sur la réforme, parce qu'il paraissait trop complaisant et ne prenait
pas assez en compte les effets négatifs de la réforme sur la réussite des
élèves. En décembre, nous sommes à nouveau intervenus pour exiger du ministre
Fournier six correctifs majeurs à la réforme. Une partie de ses réponses,
partielles, allait dans le sens de nos revendications, notamment le report du
programme Science et technologie qui devait commencer à s'appliquer l'année
prochaine en 3e secondaire, de même que la diversification des parcours.
    La FSE est de nouveau intervenue, au début de mai, après la nomination de
Mme Courchesne à la tête du ministère de l'Education, du Loisir et du Sport,
pour exiger des correctifs à l'évaluation des élèves, qui continue de poser
problème. Nous avons notamment demandé d'asseoir, par une modification au
régime pédagogique la possibilité de redoublement à chacune des années du
cycle. On sait que la directive du ministre Fournier de décembre était
contestée par la Fédération des commissions scolaires. Nous demandions aussi
de revenir à la promotion annuelle, pour permettre de faire le point chaque
année, plutôt qu'à la fin du cycle, pour pouvoir prendre à temps les
meilleures décisions et rendre disponibles plus rapidement les mesures de
soutien qui pourraient s'avérer nécessaires.
    Le 31 mai la Ministre annonçait ses orientations sur la réforme et nous
avons salué la célérité avec laquelle elle avait apprivoisé le dossier,
consulté et pris des décisions. Par contre, si nous demandions la possibilité
réelle pour les commissions scolaires d'avoir recours au bulletin chiffré,
nous ne demandions pas qu'il devienne la norme unique. Nous nous sommes
réjouis que les compétences transversales puissent simplement faire l'objet
d'un commentaire plutôt que d'être formellement évaluées, à la suite d'un
processus fastidieux et improductif.
    Il reste à nous assurer, à la suite de l'avis demandé au Conseil
supérieur de l'éducation, que l'acquisition des connaissances pourra être
explicitement prise en compte dans l'évaluation.
    Pour la présidente Johanne Fortier, "il s'agit, dans l'ensemble d'une
année intéressante où les décideurs ont commencé à admettre les dérives de la
réforme, accepté d'en revoir les aspects les plus irritants, tant pour les
parents que pour le personnel enseignant, et entrepris d'y apporter des
correctifs. Nous croyons que notre attitude critique et pragmatique, fondée
sur les réactions de nos membres, a contribué à cette évolution positive et
nous avons l'intention de continuer d'agir en chien de garde des intérêts de
nos membres certes, mais aussi des élèves pour éviter qu'ils ne fassent les
frais d'une réforme dont trop d'éléments nous ont semblé improvisés et non
validés."

    Contexte régional

    Le personnel enseignant de la région, aux prises avec les mêmes
difficultés dans l'implantation de la réforme, vit aussi une problématique
particulière, liée à la décroissance plus accentuée des bassins d'élèves. La
présidente Aline Beaudoin, du Syndicat de l'enseignement du Saguenay rappelle
qu'on prévoit, sur le territoire de la Commission scolaire des
Rives-du-Saguenay, des diminutions au secteur des jeunes, mais aussi en
formation des adultes et en formation professionnelle. On constate
l'apparition de groupe "multi-niveaux" même en milieu urbain, et on peut
s'attendre à des fermetures d'écoles dans les prochaines années.
    La même situation prévaut au Syndicat de l'enseignement du Lac-St-Jean,
où le président Alain Ouellet constate qu'on doit vivre, année après année,
avec des diminutions d'environ 300 élèves. La multiplication des projets
particuliers, associée à une décroissance des clientèles complique la tâche
des enseignantes, des enseignants et des administrations scolaires.
    Pour France Lapierre, présidente du Syndicat de l'enseignement de
Louis-Hémon, la problématique des emplois forestiers se répercute sur l'école,
mais aussi sur la formation professionnelle, en foresterie, sciage et papier.
Des classes de maternelle sont maintenues avec 5 ou 9 élèves, mais la
situation ne pourra durer si la décroissance perdure. Des centres
administratifs sont aussi visés, après la fusion des quatre commissions
scolaires.
    Quant au Syndicat de l'enseignement de la Jonquière, sa présidente Nicole
Emond indique que le taux de chômage élevé entraîne une baisse de clientèle.
    Les quatre syndicats regroupent ensemble environ 4 000 enseignantes et
enseignants.

    Profil de la FSE

    La Fédération des syndicats de l'enseignement est affiliée à la Centrale
des syndicats du Québec. Elle est formée de la plupart des syndicats
d'enseignantes et enseignants de commissions scolaires du Québec. Elle négocie
en cartel avec l'Association provinciale des enseignantes et enseignants du
Québec, son pendant vis-à-vis des commissions scolaires anglophones. Elle
compte près de 70 000 membres.




Renseignements :

Renseignements: Jean Laporte, attaché de presse de la FSE, (418)
563-7193


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.