Fausses croyances sur les agressions sexuelles envers les enfants : Une réalité encore trop présente en 2007



    MONTREAL, le 12 juin /CNW Telbec/ - Un sondage Echo réalisé par la
Fondation Marie-Vincent, en collaboration avec le Centre d'expertise en
agression sexuelle Marie-Vincent, a permis aujourd'hui de mettre en lumière la
réalité accablante des enfants victimes d'agression sexuelle. On y apprend que
près de sept Québécois sur dix sous-estiment l'ampleur de la problématique des
agressions sexuelles envers les enfants et que plus de la moitié ne savent pas
à qui s'adresser pour dénoncer la maltraitance envers les enfants.
    Le sondage Echo, réalisé du 5 mars au 12 avril 2007 au moyen d'entrevues
téléphoniques auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 Québécois et
Québécoises âgés de 18 ans ou plus, et pouvant s'exprimer en français,
démontre que de fausses croyances demeurent encore, quant à la nature des
actes posés par l'agresseur, la réaction des enfants et la méconnaissance des
ressources.
    De précédents sondages réalisés par la Fondation Marie-Vincent ont révélé
que les Québécois comprennent l'importance de briser le silence et de parler
ouvertement d'une agression. D'ailleurs, une forte majorité de personnes
savent qu'elles ont l'obligation légale de faire un signalement lorsqu'il y a
un motif raisonnable de croire qu'un enfant est agressé. Cependant, encore
aujourd'hui, 22,6 % des personnes interrogées ignorent qu'il n'est pas
nécessaire d'avoir une preuve solide pour signaler un cas d'agression sexuelle
aux autorités, ce qui peut entraîner des conséquences importantes pour les
victimes.
    "Alors que près de la moitié des victimes sont âgées entre 6 et 11 ans au
moment de la première agression, il est étonnant de constater qu'un adulte sur
quatre croit qu'un enfant peut provoquer une agression sexuelle par son
comportement, qu'une agression sexuelle survient plutôt dans les rues ou à
l'école que dans un contexte privé, et qu'un enfant agressé résistera avec
force ou tentera de fuir s'il en est victime", a indiqué M. Claude Girouard,
membre des conseils d'administration de la Fondation Marie-Vincent et du
Centre d'expertise en agression sexuelle Marie-Vincent. Quant à la nature des
actes posés par l'agresseur, un adulte sur deux croit que les agressions
sexuelles envers les enfants doivent majoritairement impliquer des relations
sexuelles anales ou vaginales.
    On sait déjà que plus de 90 % des agressions commises à l'égard des
enfants ne sont jamais dévoilées aux autorités. Il n'est donc pas étonnant de
constater, dans cette présente enquête, qu'encore près de six répondants sur
dix avouent ne pas connaître les ressources venant en aide aux enfants
victimes de maltraitance.
    Les résultats de ce sondage confirment donc que l'éducation de la
population du Québec face aux agressions sexuelles doit se poursuivre.
"L'enquête réalisée pour la Fondation Marie-Vincent démontre que les
Québécois, même en 2007, sous-estiment l'ampleur de la problématique des
agressions sexuelles envers les enfants. En ce sens, le thème des agressions
sexuelles doit continuer à être présent dans les familles, les médias, les
entreprises et les communautés. La Fondation Marie-Vincent, par sa campagne
annuelle de sensibilisation et les services offerts par son Centre d'expertise
en agression sexuelle, entend poursuivre cet objectif", a conclu Mme Lucie
Joyal, directrice générale du Centre d'expertise en agression sexuelle
Marie-Vincent.

    Rappelons que, depuis 1975, la mission de la Fondation Marie-Vincent est
de prévenir les situations d'abus et de négligence chez les enfants de moins
de douze ans. Elle vient aussi en aide aux victimes de ces abus en leur
offrant des services thérapeutiques par l'entremise du Centre d'expertise en
agression sexuelle Marie-Vincent et des recherches réalisées par la Chaire
interuniversitaire Marie-Vincent sur les agressions sexuelles envers les
enfants.




Renseignements :

Renseignements: Gaétane Vincent, Relationniste, (514) 705-2085,
Vincent.gaetane@videotron.ca; Source: Dominique Richard, Directrice générale,
Fondation Marie-Vincent, (514) 362-6226, drichard@marie-vincent.org

Profil de l'entreprise

FONDATION MARIE-VINCENT

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.