Expulsions de personnes âgées: Inacceptables pour Charest mais encore encouragées par Couillard



    MONTREAL, le 3 oct. /CNW Telbec/ - A la suite de la rencontre tenue hier
par le CSSS Bordeaux-Cartierville avec 45 locataires des Résidences Tournesol,
le Comité logement Ahuntsic-Cartierville (CLAC) et le Regroupement des comités
logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) déplorent
l'inutilité de la déclaration du Premier ministre, M. Jean Charest, qui, lundi
dernier, jugeait inacceptables les expulsions de personnes âgées pour les
besoins de CSSS.
    "L'Agence de Montréal de la santé et des services sociaux et le CSSS
Bordeaux-Cartierville n'ont pas profité de la rencontre d'hier pour assurer
aux personnes âgées qu'elles pourront conserver leur logement alors que la
compagnie immobilière est encore en violation du Code civil du Québec",
déclare Dominique Perrault, coordonnatrice du CLAC. "L'intervention du Premier
ministre nous laisse pantois face à la détermination toujours affirmée de
l'Agence et du CSSS d'expulser à court terme les résidant-e-s du Tournesol".
    Le CLAC et le RCLALQ demandent l'intervention d'urgence de la ministre de
la Culture et députée de la circonscription des personnes âgées expulsées,
Madame Christine Saint-Pierre, auprès du Conseil des ministres, qui se réunit
aujourd'hui à Québec. La solidarité des autres élu-e-s de l'arrondissement
Ahuntsic-Cartierville est espérée, tout comme celle de la ministre responsable
de l'Habitation, Madame Nathalie Normandeau et celle de la ministre
responsable des Aîné-e-s, Madame Marguerite Blais.
    Le CLAC et le RCLALQ unissent leur voix pour souligner le courage des
locataires menacées par le ministre de la Santé et des services sociaux, le
Docteur Philippe Couillard. "Malgré l'intransigeance dont elle fait preuve, le
CLAC et le RCLALQ rencontreront quand même vendredi matin la responsable du
développement des ressources intermédiaires à l'Agence de Montréal,
Madame Louise Massicotte", souligne André Trépanier, responsable des dossiers
politiques du RCLALQ. "Celle-ci doit cesser de considérer ces dizaines
d'expulsions, comme de simples situations particulières", conclut-il.
    Selon le Code civil du Québec, ce type d'éviction nécessite minimalement,
un avis écrit de six mois avant la fin du bail et doit obligatoirement
s'accompagner d'indemnités. Les avis donnés par les propriétaires, qu'ils
aient été donnés verbalement ou par écrit, ne respectent pas les dispositions
d'un bail résidentiel. Ces avis doivent êtres considérés comme nuls et sans
effet.




Renseignements :

Renseignements: André Trépanier, RCLALQ, (514) 781-2220; Dominique
Perrault, CLAC, (514) 331-2448


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.