Examens de fin d'année du ministère de l'Education - La FSE demande un ajustement important



    QUEBEC, le 19 juin /CNW Telbec/ - La Fédération des syndicats de
l'enseignement (FSE-CSQ) demande au ministère de l'Education, du Loisir et du
Sport (MELS) de revoir sérieusement ses examens de fin d'année,
particulièrement ceux administrés en 6e année du primaire en mathématique,
mais également certains autres comme les examens d'histoire et de mathématique
de 3e secondaire.
    Selon la FSE, qui a déjà fait plusieurs représentations au MELS à cet
effet, ces examens doivent être revus, car ils ne sont pas toujours pertinents
avec les programmes enseignés, sont souvent trop complexes pour les élèves et
peuvent représenter une charge de travail hors de proportion pour les
enseignantes et enseignants qui doivent les administrer.
    Par exemple, l'épreuve de fin d'année de 6e année en mathématique, dont
l'administration est obligatoire, prend 10 jours à compléter et est d'un
niveau de complexité trop important pour les élèves de cet âge, de qui l'on
attend un cheminement élaboré en plusieurs étapes pour la "confection la plus
économique possible de dossards", sans jamais que ceux-ci soient certains du
résultat de la voie empruntée. De plus, la grille de correction fournie par le
MELS est imprécise et conçue pour une correction en cotes, alors que les notes
sont exigées.
    Autre exemple, l'examen administré à la fin de la troisième secondaire en
histoire ne permet pas de rendre compte des connaissances apprises en cours
d'année. Alors que le programme d'histoire de 3e secondaire couvre l'histoire
du Québec, des premiers occupants à aujourd'hui, l'examen ne porte que sur la
situation démographique des 25 dernières années. De plus, il évalue uniquement
les compétences et prend cinq heures à compléter. Pourtant, les connaissances
apprises et intégrées doivent avoir une place plus consistante dans
l'évaluation, comme en témoignait la ministre Courchesne en réponse à une
demande répétée de la FSE.
    "Nous croyons que le MELS doit retourner plusieurs de ses examens à la
planche à dessin pour qu'ils deviennent conformes aux contenus de formation et
au degré de maturité des élèves à qui ils s'adressent. Voilà un exemple de
plus que le ministère est déconnecté de la réalité de la classe, et que ses
directives ne sont pas toujours réalistes. Il y a beaucoup de grogne dans les
rangs des enseignants à cet effet, mais ce n'est qu'un autre exemple éloquent
des dérives du MELS en ce qui concerne l'évaluation. Est-ce que le ministère
de l'Education peut finir par comprendre ce que disent les enseignantes et
enseignants à propos de toute la question de l'évaluation ?", a conclu
Mme Johanne Fortier, présidente de la FSE.

    Profil de la FSE

    La Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) est affiliée à la
Centrale des syndicats du Québec. Elle est formée de la plupart des syndicats
d'enseignantes et d'enseignants de commissions scolaires du Québec et elle
compte près de 60 000 membres.




Renseignements :

Renseignements: Sylvie Lemieux, Attachée de presse de la FSE (CSQ),
(418) 563-7193, lemieux.sylvie@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.