Etudes économiques Scotia: la baisse des ventes de véhicules à l'échelle mondiale s'accentuera en 2009



    
    -   D'autres chutes abruptes dans la plupart des régions à l'extérieur de
        la Chine
    

    TORONTO, le 8 janv. /CNW/ - Après plusieurs années de sommets records,
les ventes de véhicules à l'échelle mondiale ont décliné à un rythme sérieux
et accéléré depuis septembre, alors que la crise financière internationale a
entraîné un ralentissement économique mondial synchronisé. Selon le dernier
rapport sur le secteur mondial de l'automobile publié aujourd'hui par Etudes
économiques Scotia, les ventes de véhicules ont chuté de près de 30 pour cent
d'une année sur l'autre vers la fin de 2008.
    "Nous prévoyons que le déclin supérieur à 10 % d'une année sur l'autre se
poursuivra pendant le premier semestre de 2009, alors que l'Amérique du Nord,
l'Europe occidentale et le Japon entreront simultanément en récession", a
déclaré Carlos Gomes, économiste principal à la Banque Scotia et spécialiste
du secteur automobile. "Cependant, les achats devraient se stabiliser au cours
du deuxième semestre de 2009, limitant le déclin des ventes de véhicules à
l'échelle mondiale, lesquelles afficheront un recul de 8 % en moyenne cette
année. Néanmoins, la chute sera plus prononcée que la baisse moyenne de 5 %
des volumes à l'échelle mondiale subie en 2008, soit le premier ralentissement
depuis 2001.
    "Le rythme accéléré de l'assouplissement monétaire décrété par les
banques centrales à l'échelle planétaire depuis le début d'octobre, de même
que les mesures de relance économique mises de l'avant par de nombreux
gouvernements devraient aider à ranimer l'activité économique mondiale d'ici
le second semestre de 2009, assurant ainsi une certaine stabilisation des
achats de véhicules", a ajouté M. Gomes. "L'histoire nous rappelle que la
croissance des ventes de véhicules reprend habituellement, au plus tôt,
environ neuf mois suivant une chute marquée des taux d'intérêt à court terme.
Cette situation s'explique par le fait que la croissance de l'emploi et des
revenus constitue la principale force motrice des ventes de véhicules.
Toutefois, ces deux facteurs continuent de reculer."
    Selon le rapport, les Etats-Unis sont responsables du ralentissement des
ventes mondiales, leurs volumes ayant fléchi en raison de la chute de la
valeur des maisons, de la poursuite du resserrement du crédit et de la
détérioration du marché du travail. Les achats de véhicules américains ont
chuté à près de 10 millions d'unités au quatrième trimestre de 2008, alors
qu'ils étaient en moyenne de 16,7 millions au cours de la dernière décennie.
Les volumes américains sont susceptibles de rester aux niveaux actuels au
cours des premiers mois de 2009, alors que la baisse des revenus réels
contrebalancera une certaine souplesse de l'accès au crédit.
    En Europe occidentale et au Japon, les ventes de véhicules demeureront
faibles pendant une plus longue période. L'activité économique de la zone euro
continue de perdre de la vigueur tout comme les emplois et la confiance des
consommateurs qui est à son niveau le plus bas depuis le début des années
1990.
    "Jusqu'en octobre, les ventes de véhicules ont été meilleures au Canada
que sur d'autres marchés parvenus à maturité, mais elles connaissent à présent
des baisses engendrées par la crise financière mondiale qui touche maintenant
notre pays", a ajouté M. Gomes. "En décembre, les achats ont reculé de 21 pour
cent une année sur l'autre, se traduisant par des ventes de 1,64 million
d'unités en 2008, volume qui est pratiquement inchangé par rapport à 2007.
Cependant, nous prévoyons une chute des achats supérieure à 10 % en 2009, en
baisse à 1,475 million d'unités, soit le niveau le plus faible depuis 1998,
alors que le taux de chômage a grimpé à 8 pour cent."
    Les marchés émergents comme la Chine et l'Inde, qui, jusqu'à tout
récemment, comptaient parmi la principale source de force des ventes
mondiales, devraient se remettre plus rapidement.

    Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie
des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie
mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés de
change et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie
ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et
gouvernementales.





Renseignements :

Renseignements: Carlos Gomes, Etudes économiques Scotia, (416) 866-4735,
carlos_gomes@scotiacapital.com; Paula Cufre, Relations publiques, Banque
Scotia, (416) 933-1093, paula_cufre@scotiacapital.com

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Rapports économiques

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.