Etats-Unis/Cuba - Refus de visa d'entrée aux Etats-Unis pour deux journalistes cubains accrédités auprès des Nations unies



    MONTREAL, le 30 sept. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières demande au
secrétariat général des Nations unies d'intercéder en faveur d'Ilsa Rodriguez
Santana et de son époux Tomas Anael Granados Jiménez, tous deux correspondants
de l'agence de presse cubaine Prensa Latina à l'Onu, privés de visa d'entrée
aux Etats-Unis après un bref séjour de vacances à Cuba. Le couple de
journalistes, en poste, à New York depuis trois ans, n'a eu droit à aucune
explication de la part des autorités américaines. L'organisation dénonce
l'arbitraire d'une telle décision.
    "Cette mesure est à la fois vexatoire et incompréhensible. Depuis quand
des journalistes accrédités auprès des Nations unies depuis trois ans
représenteraient-ils subitement une 'menace' pour les Etats-Unis, si l'on en
juge par la clause administrative brandie, sans plus de justification, par les
autorités nord-américaines ? Le bureau du secrétaire général des Nations unies
doit exiger des explications du Département d'Etat américain et obtenir
qu'Ilsa Rodriguez et Tomas Granados soient réintégrés dans leurs fonctions", a
déclaré Reporters sans frontières.
    Le 29 septembre 2008, Ilsa Rodriguez et Tomas Granados se sont vu refuser
leur visa d'entrée aux Etats-Unis alors qu'ils s'apprêtaient à retourner à New
York pour y reprendre leurs activités de correspondants de Prensa Latina
accrédités auprès des Nations unies. Un document du Département d'Etat remis
par la Section des intérêts nord-américains à La Havane (Sina, qui tient lieu
d'ambassade) s'appuie sur une clause, dite "212 F", selon laquelle le
président des Etats-Unis peut refuser l'entrée sur le territoire de son pays à
quiconque représenterait une "menace" pour les intérêts des Etats-Unis. La
Sina n'a néanmoins fourni aucune explication.
    Le couple de journalistes est en poste à l'Onu depuis plus de trois ans
et bénéficie d'accréditations valables jusqu'en 2009. L'agence Prensa Latina,
créée en 1959 après la révolution cubaine, a indiqué avoir toujours disposé
d'une représentation aux Nations unies et n'avoir jamais connu pareille mesure
contre certains de ses journalistes en cinquante ans d'existence. Ilsa
Rodriguez et Tomas Granados ont qualifié l'épisode d'"agression non seulement
envers les journalistes de Prensa Latina mais aussi contre le bon exercice du
journalisme."




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org/

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.