Etats-Unis - Reporters sans Frontières demande aux candidats à l'élection présidentielle américaine de s'engager à mieux protéger la liberté de la presse



    Les Etats-Unis se classent à la 36e place du classement mondial de la
    liberté de la presse

    MONTREAL, le 23 oct. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières a rendu
publics aujourd'hui les courriers adressés début septembre 2008 aux candidats
Barack Obama et John McCain. L'organisation de défense de la liberté de la
presse leur demande de "promouvoir la liberté de la presse et d'annoncer des
mesures concrètes pour garantir le droit des Américains à être informés".
    "En tant que gardiens de la démocratie, les journalistes doivent être
protégés partout dans le monde, mais également aux Etats-Unis, où la liberté
d'expression est en théorie un droit inaliénable protégé par la Constitution
et un exemple pour d'autres pays. Tel n'est pas le cas actuellement, loin s'en
faut. Les Etats-Unis figurent au 36e rang sur 173 pays dans le classement
mondial de la liberté de la presse que nous publions aujourd'hui. Ils
obtiennent seulement une place "satisfaisante", après avoir gagné huit places
par rapport à l'année dernière", a déclaré Reporters sans frontières.
    "Cette situation est inacceptable au pays du Premier amendement. Nous
demandons aux candidats de faire savoir à leurs compatriotes comment ils
pourraient améliorer ce classement et leur droit à être informés. En ces temps
de crise économique et de décisions politiques cruciales, les Américains ont
plus que jamais besoin d'avoir accès à des informations précises et variées
afin de faire leurs choix en connaissance de cause," a ajouté l'organisation.
    Reporters sans frontières soulève dans ces lettres l'impunité entourant
le meurtre du journaliste américain Chauncey Bailey. L'organisation met aussi
en avant la nécessité grandissante de protéger les sources des journalistes,
de rester vigilant quant à la concentration des médias et la neutralité
d'Internet et d'améliorer les conditions de travail des reporters dans les
zones où opère l'armée américaine, en Irak et en Afghanistan.
    En écrivant aux candidats, l'organisation cherche à connaître leurs
points de vue sur ces différents sujets et à savoir comment ils comptent
améliorer la situation de la liberté de la presse s'ils sont élus.
    Reporters sans frontières met en avant la nature historique de cette
élection présidentielle, "qui a fait du changement une promesse centrale des
deux campagnes, (et qui) est l'occasion parfaite de renforcer le rôle crucial
qu'une presse libre joue aux Etats-Unis". L'organisation confie aux candidats
espérer "que votre gouvernement renoncera aux pratiques de secret et
d'ambiguité qui ont entravé la liberté de la presse sous le gouvernement
actuel (..) (et) que le prochain président des Etats-Unis fournira les efforts
diplomatiques nécessaires pour défendre la liberté de la presse et dénoncer
partout les attaques dont elle est l'objet, qu'elles soient le fait de ses
alliés comme de ses rivaux." Reporters sans frontières a ajouté que "ces
dernières années ont montré que, même dans ce pays qui s'enorgueillit de son
avance dans le domaine des libertés individuelles et de la presse, ces acquis
demeurent vulnérables si l'on ne fait pas preuve de vigilance, si l'on ne
continue pas à les défendre".

    Les différents problèmes en jeu

    Reporters sans frontières met en avant dans ses lettres le cas de
Chauncey Bailey, rédacteur en chef de l'hebdomadaire Oakland Post, assassiné
en raison de ses activités, en août 2007. L'enquête s'est enlisée dans des
conflits d'intérêts locaux, et l'impunité règne. Reporters sans frontières
demande aux candidats s'ils sont prêts à demander au ministre de la Justice
des Etats-Unis de diligenter une enquête indépendante sur ce crime. "La
justice américaine doit envoyer un signal fort à ceux qui veulent réduire les
médias au silence et leur montrer que l'impunité ne sera plus de mise. Toutes
les personnes impliquées dans le crime, qu'elles l'aient commis ou planifié,
et toutes celles protégeant ces dernières doivent être traduites en justice.
Cette affaire grave doit être retirée aux autorités locales et portée au
niveau fédéral."
    L'organisation de défense de la liberté de la presse exprime également
son inquiétude au sujet du secret des sources : "Un des piliers du journalisme
d'investigation, (il) doit être respecté. Sinon, la capacité des médias à
informer le public est remise en cause." Reporters sans frontières donne
plusieurs exemples de journalistes convoqués ou condamnés par la justice
fédérale à des amendes ou à des peines de prison après avoir refusé de révéler
leurs sources d'information. L'organisation revient sur la "loi-bouclier"
fédérale (Free Flow of Information Act), qui permettrait de protéger la
confidentialité des sources des journalistes, adoptée par la Chambre des
représentants en octobre 2007. Reporters sans frontièrs demande aux deux
candidats s'ils vont oeuvrer à la protection des sources des journalistes en
soutenant la proposition de "loi-bouclier" fédérale et inciter le Congrès à
voter une loi comportant l'acceptation la plus large des informations
protégées par le "privilège" des reporters et des journalistes tel qu'il est
défini dans le projet de loi du Sénat et de la Chambre des représentants.
    Concernant l'accès à l'information, la lettre met en avant le problème de
la concentration des médias et de la décision récente de la FCC (Commission
fédérale des communications), qui a assoupli les règles relative à la
propriété de plusieurs types de médias. Tout en se félicitant de la décision
du Sénat de bloquer ces nouvelles règles, Reporters sans frontières remarque
l'absence de consensus entre les deux candidats. La lettre demande à Barack
Obama s'il va continuer à soutenir la limitation de la concentration des
médias et à John McCain de clarifier sa position à ce sujet.
    Reporters sans frontières dénonce également le traitement déplorable
réservé aux journalistes travaillant dans des zones dangereuses contrôlées par
l'armée américaine, en évoquant les détentions abusives de journalistes en
Irak et en Afghanistan. Cette réalité vaut aux Etats-Unis d'être classés à la
119e place pour leur attitude en matière de liberté de la presse hors de leurs
frontières. Tout en notant "la nécessité de prendre toutes les précautions en
temps de guerre", l'organisation souligne le fait que "les accusations contre
des reporters locaux suspectés de terrorisme ne peuvent pas être prises à la
légère. Elles proviennent trop souvent de l'ignorance des règles de la
collecte d'informations. Il est impératif que les forces américaines présentes
en Irak comme en Afghanistan comprennent que les journalistes et les reporters
doivent être autorisés à faire leur travail." Reporters sans frontières
demande également au futur président des Etats-Unis de faire davantage
d'efforts diplomatiques dans ces pays afin de défendre plus activement la
liberté de la presse, à commencer par celle des femmes journalistes en
Afghanistan et par la lutte contre l'impunité dont bénéficient les assassins
de reporters en Irak.
    Reporters sans frontières exprime, enfin, son inquiétude concernant
l'accès à l'information sur Internet et son soutien aux initiatives destinées
à préserver la neutralité sur la Toile : "La pratique consistant à faire payer
l'accès selon la vitesse de connexion à Internet nuit au droit à
l'information. Dans une société démocratique, il est injuste que des citoyens
reçoivent l'information selon une tarification discriminatoire en limitant
l'accès par des critères financiers. La neutralité, qui est le concept
fondamental faisant d'Internet un forum ouvert, doit être protégée."
L'organisation fait également référence à la proposition de loi relative à la
protection de la liberté sur Internet, soutenue par le député Edward Markey,
dont elle demande des clarifications sur un certain nombre de points. Cette
proposition de loi "tente de trouver le juste équilibre entre la nécessité
d'un accès entièrement libre à Internet et celle d'en protéger les
utilisateurs contre ses contenus dangereux." Le courrier mentionne le fait que
Barack Obama a soutenu une loi similaire dans le passé et que John McCain
"n'(exprime) pas clairement (son) soutien aux règles de neutralité sur
Internet et estim(e) au contraire que les règles du marché libre corrigeraient
les disparités d'accès à l'information résultant d'un système Internet à deux
vitesses."
    La responsabilité des entreprises américaines et occidentales du secteur
d'Internet et des télécommunications est aussi évoquée. Cisco Systems, Yahoo!,
Google et Microsoft entre autres, ont été accusées de violer les normes et
règles internationales relatives aux droits humains et à la liberté
d'expression. Yahoo! a transmis des données personnelles d'utilisateurs aux
autorités chinoises, les aidant ainsi à condamner au moins quatre dissidents,
dont le journaliste Shi Tao, à des peines de prison. Reporters sans frontières
interroge chaque candidat sur sa position envers le Global Online Freedom Act,
une proposition de loi introduite par le député Chris Smith (Républicain, New
Jersey) qui tente de limiter la collaboration entre les entreprises et les
censeurs d'Internet des régimes répressifs.
    Reporters sans frontières accueille de manière positive la promulgation
d'amendements à la loi sur la liberté d'information qui "facilitent l'accès
aux documents du gouvernement de manière qu'ils soient plus accessibles et mis
à disposition de manière appropriée". L'organisation regrette cependant que
"l'approbation de ces amendements survienne alors que le gouvernement a déjà
contourné le droit d'accès aux documents fédéraux, l'exemple le plus connu
étant la destruction par la CIA de vidéos montrant des actes de torture sur
des individus suspects de 'terrorisme'". Les lettres critiquent également le
fait "le climat de cachotterie dans lequel le gouvernement a mené tant
d'opérations (et qui) a sérieusement entamé la confiance du public dans les
services exécutifs de la présidence. Depuis sept ans, il s'est donné encore
davantage de moyens de retenir l'information, au nom de la sécurité
nationale". Chaque candidat est interrogé sur la manière dont il entend
appliquer la loi sur la liberté d'information s'il est élu Président.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4188, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.