Etats-Unis - Les charges retenues contre les journalistes interpellés lors de la convention républicaine vont être levées



    MONTREAL, le 22 sept. /CNW Telbec/ - Dans son édition du 19 septembre
2008, le quotidien Minneapolis Star Tribune a fait part de la prochaine levée
des charges retenues contre les journalistes arrêtés en marge de la convention
du Parti républicain à Saint Paul (Minnesota, Nord), le 1er septembre (lire le
communiqué du 2 septembre 2008). Dans un entretien accordé au journal, le
maire de la ville, Chris Coleman, a annoncé que la municipalité renonçait aux
poursuites judiciaires et a assuré qu'une "définition large" du métier de
journaliste serait appliquée aux personnes revendiquant cette qualité, parmi
quelque 800 personnes interpellées ce jour-là. Les charges d'"obstruction à la
justice", d'"outrage à agent" et même d'"incitation à l'émeute" avaient été
retenues contre la cofondatrice du programme audiovisuel Democracy Now !, Amy
Goodman, et deux de ses journalistes et producteurs, Sharif Abdel Kouddous et
Nicole Salazar, victimes de graves brutalités policières. Reporters sans
frontières se félicite de ce dénouement, et souhaite qu'il en aille de même
pour Asa Eslocker, de la chaîne ABC News (lire le communiqué du 29 août 2008).
Interpellé pour "violation de propriété privée", "ingérence" et "refus
d'obéissance à un ordre légal" lors de la convention démocrate, le 27 août à
Denver, le journaliste doit comparaître devant un tribunal le 25 septembre.

    -------------------------------------------------------------------------
    Reporters sans frontières demande l'abandon des poursuites contre trois
    journalistes violemment interpellés en marge de la convention
    républicaine

    Reporters sans frontières est scandalisée par les interpellations
brutales de trois journalistes et producteurs du programme audiovisuel
Democracy Now !, le 1er septembre 2008 à Saint Paul (Minnesota, Nord), en
marge de la convention du Parti républicain qui doit désigner John Mc Cain
pour l'élection présidentielle du 4 novembre prochain. Bien que rapidement
relâchés, Amy Goodman, Sharif Abdel Kouddous et Nicole Salazar restent
inculpés d'"obstruction à la justice" et d'"outrage à agent" pour la première,
et d'"incitation à l'émeute" pour les seconds. L'organisation demande
l'abandon immédiat des poursuites à leur encontre, et une enquête sur les
circonstances de leur arrestation.
    "La violence dont les forces de l'ordre ont fait preuve lors de
l'interpellation des trois journalistes, qui s'étaient identifiés comme tels,
relève d'un inadmissible abus de pouvoir, d'une violation du Premier
amendement et d'une volonté très claire d'intimider leur média.
Democracy Now ! a, en effet, produit nombre de sujets relatifs à la guerre en
Irak et ce n'est pas tout à fait un hasard si trois de ses représentants ont
été réprimés de cette manière. La confirmation des charges retenues contre
Amy Goodman, Sharif Abdel Kouddous et Nicole Salazar ajouterait une injustice
à une autre. La police doit, en revanche, mener une enquête dans ses propres
rangs", a déclaré Reporters sans frontières.
    L'arrestation des trois journalistes de Democracy Now ! est intervenue
vers 17 heures, à l'occasion de manifestations organisées en marge de la
convention du Parti républicain à Saint Paul, le 1er septembre, emmenées
notamment par des vétérans de guerre et des familles de soldats tués en Irak.
Sharif Abdel Kouddous et Nicole Salazar ont été arrêtés les premiers, plaqués
contre un mur, jetés au sol et frappés à coups de bâton de défense par les
policiers. Sharif Abdel Kouddous présente des blessures à la poitrine et au
dos, Nicole Salazar au visage.
    C'est en s'enquérant du sort de ses deux jeunes collègues qu'Amy Goodman
a été arrêtée à son tour. S'identifiant comme journaliste, la coproductrice en
chef de Democracy Now ! a été menottée dans le dos et embarquée sans
ménagement par les forces de l'ordre, comme en témoignent les images prises
par un vidéaste au moment des faits (voir ci-dessous). Les trois journalistes
ont été libérés quelques heures plus tard. Un photographe de l'agence
Associated Press, Matt Rourke, a été également interpellé parmi des centaines
de manifestants.
    Figure progressiste et journaliste engagée, en particulier contre la
guerre en Irak, Amy Goodman a fondé en 1996 Democracy Now !, dont le siège est
à New York. Le programme, réalisé par une équipe de journalistes indépendants,
est diffusé sur plus de 700 stations de radio et chaînes de télévision aux
Etats-Unis et à l'étranger.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.