Espagne - Multiples entraves à la couverture par les médias de la campagne pour les élections générales du 9 mars



    MONTREAL, le 6 mars /CNW Telbec/ - "Nous demandons aux partis politiques
espagnols de respecter la liberté de la presse et de cesser d'imposer des
conditions qui limitent la capacité des journalistes à rassembler, élaborer et
diffuser l'information de manière indépendante. Les professionnels de la
presse ne doivent pas être réduits à de simples auxiliaires, et l'information
ne saurait être assimilée à la communication politique", a déclaré Reporters
sans frontières.
    Accès limité aux candidats, interdiction d'enregistrer les interventions
des candidats pendant leurs meetings, débats réglés au millimètre, conférences
de presse sans questions, la liste est longue des griefs de la presse contre
les limites imposées à la couverture de la campagne pour les élections
législatives du 9 mars 2008. Plusieurs associations espagnoles de journalistes
ont dénoncé une violation de la liberté d'informer et, en particulier, le
contrôle exercé par les deux grands partis politiques, le Parti Socialiste
Ouvrier Espagnol (PSOE) et le Parti Populaire (PP), sur la couverture
médiatique de leurs activités. Par exemple, les chaînes télévisées privées et
publiques sont autorisées à tourner des images des meetings politiques mais
pas des candidats. "Nous sommes de marionnettes", déclarait, le 1er mars, au
journal El Pais, une journaliste qui suit le PSOE.
    La Fédération espagnole des Syndicats de Journalistes (FeSP) a exigé, fin
février 2008, la fin de ce "spectacle honteux" qui transforme les meetings en
un produit de marketing et fait des journalistes une simple courroie de
transmission. Elle a rappelé aux politiciens que l'information est un droit du
citoyen et que les journalistes sont les médiateurs nécessaires entre
l'information et la société. La Fédération Espagnole des Associations de
Journalistes (FAPE) a elle aussi lancé un appel aux candidats pour le respect
des règles du jeu démocratique, en particulier dans leurs relations avec les
médias et les journalistes.
    Face aux critiques, les formations politiques se défendent. Elles
assurent offrir aux télévisions des enregistrements intégraux des
interventions des candidats, "de telle façon que les médias puissent
sélectionner le passage souhaité". Les partis politiques justifient ces
décisions par des soucis d'économie ("pour les opérateurs, ce système signifie
une substantielle réduction de coûts") et de logistique ("il serait très
compliqué d'installer une dizaine de caméras").
    La FeSP dénonce ce système. "Dans leur souci de contrôler les images qui
arrivent aux spectateurs, les conseillers des hommes politiques font obstacle
au travail des médias et offrent aux télévisions des films institutionnels", a
déclaré l'organisation.
    Certains médias refusent de se prêter à ce système. Les journalistes de
TV-3 (télévision publique catalane) ont ainsi décidé de ne pas évoquer les
meetings auxquels ils n'ont pas pu assister pour tourner leurs propres images.
Cette décision est le fruit d'un accord avec le conseil d'administration de la
chaîne et elle est rappelée avant chaque diffusion de programme relatif à
l'élection du 9 mars.
    De son côté, l'Association de la presse de Madrid (APM) a rendu publique,
le 6 février 2008, une recommandation aux partis dans laquelle elle exige
l'entrée libre des caméras de télévision à tous les meetings de José Luis
Rodriguez Zapatero et Mariano Rajoy, et la liberté d'enregistrer tant les
interventions des candidats que ce qui se passe pendant le meeting.
    Autre préoccupation des journalistes qui travaillent dans des médias
publics : l'obligation de proportionner le temps consacré à tel ou tel parti,
en fonction des suffrages obtenus lors du précédent scrutin législatif. Le
21 février, le Collège des journalistes de Catalogne, l'Association de la
presse de Madrid et le Collège des journalistes de Galice ont porté le dossier
du partage du temps de parole devant le Tribunal suprême. L'avocate du Collège
des Journalistes de Catalogne, Gemma Segura, croit que cette proportionnalité
est inadaptée. "Ni la neutralité ni la pluralité ne sont obtenues en
prédéterminant les temps d'antenne", explique-t-elle.
    Les professionnels de la radiotélévision publique espagnole (RTVE)
réclament de longue date plus de liberté dans l'exercice de leur travail. En
décembre 2007, RTVE a proposé un plan de couverture de la campagne s'efforçant
de respecter les principes de pluralisme et de proportionnalité. Mais cette
proposition a été rejetée par la commission électorale le 14 février. Les
partis Izquierda Unida (Gauche unie), CiU (démocrate-chrétien, catalan) et PNV
(parti national basque) ont porté plainte devant le Tribunal suprême, le
3 mars, avançant qu'un débat entre les candidats des deux partis majoritaires
nuit au respect de la pluralité dans les médias publics.
    A propos des débats télévisés, la FeSP a indiqué, dans un communiqué
publié en début de la campagne, que les négociations entre le PSOE et le PP
pour préparer les débats télévisés entre les chefs des partis prouvaient une
fois de plus que les partis se considéraient encore comme les maîtres de
l'information.
    Selon la FeSP, le fond du problème réside dans le fait qu'en Espagne,
aucune loi ne régit le rôle des médias publics pendant la campagne électorale.
Les espaces de promotion politique sur les chaînes publiques sont déterminés
par la commission électorale centrale, laquelle "manque de compétences pour le
faire", selon la FeSP.
    "Les chefs politiques ou leurs conseillers en communication exigent des
débats et interviews déjà balisés, dans lesquels ils vont jusqu'à imposer
l'angle de la prise de vue. Ce faisant, ils transforment les journalistes en
simples spectateurs d'un entretien", a fait savoir la FeSP.
    "A l'heure actuelle, ces programmes électoraux sont des espaces au
service des partis politiques et non au service de l'opinion publique. Les
professionnels se plaignent du fait que la commission électorale applique des
critères de propagande à l'information. Et ceci sera toujours une source de
conflits", ajoute la FeSP.
    La journaliste Olga Viza, modératrice du second débat télévisé entre José
Luis Rodriguez Zapatero et Mariano Rajoy, , définissait sa tâche ainsi : "Je
tourne les pages du scénario qu'ils ont écrit eux-mêmes. " La journaliste
faisait ces déclarations dans une interview publiée par le journal El Pais,
quarante-huit heures avant le débat. Une crainte révélatrice.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.