Equité salariale - Des obligations de résultat



    MONTREAL, le 27 mai /CNW Telbec/ - "Les entreprises délinquantes qui
n'avaient toujours pas réalisé l'équité salariale seront maintenant dans
l'obligation de produire des résultats avec l'adoption aujourd'hui de la loi
visant à modifier la Loi sur l'équité salariale adoptée en 1996, à
l'unanimité. Nous saluons cette volonté du gouvernement à forcer les
entreprises pour qu'elles éliminent la discrimination salariale à l'égard des
catégories d'emploi féminin. Nous estimons que les employeurs n'ont pas le
droit de rater ce nouveau rendez-vous", de déclarer Claudette Carbonneau,
présidente de la CSN.
    Pour la CSN, le manque de volonté des employeurs et les moyens réduits de
la Commission de l'équité salariale ont fait en sorte que la loi de 1996 n'a
pas produit les résultats escomptés. Le gouvernement du Québec se devait de
renforcer cette loi, car il s'agit de défendre un droit fondamental contenu
dans les chartes canadienne et québécoise.
    Au coeur de cette nouvelle loi, nous retrouvons sans contredit l'ensemble
des dispositions qui ont trait au maintien de l'équité salariale. "Encore là,
il était essentiel de clarifier les mécanismes entourant le maintien de
l'équité, sinon le principe général de l'équité salariale pourrait se
retrouver bien malmené. Nous demanderons à nos syndicats d'être très vigilants
afin d'assurer le maintien de l'équité", d'ajouter Claudette Carbonneau.
    Déjà, lors de la présentation du projet de loi, la CSN accueillait
favorablement l'initiative du gouvernement de créer un réel comité consultatif
des partenaires avec l'obligation faite à la Commission de requérir son avis.
Nous avons la ferme intention d'y participer et d'agir afin que cette fois-ci
soit vraiment la bonne.
    Toutefois, la CSN souhaitait aussi que la loi soit modifiée afin
d'assurer aux femmes qui travaillent dans des milieux exclusivement féminins
les mêmes droits que ceux accordés aux catégories féminines d'emploi dans les
autres milieux de travail quant aux dates de paiement des ajustements
salariaux, ce que la loi ne corrige toujours pas. "Initialement, la loi
prévoyait que les ajustements salariaux étaient payables, dans les milieux
exclusivement féminins, deux ans après l'adoption d'un règlement spécifique à
ces milieux. Mais la Commission ayant indûment retardé l'adoption de ce
règlement, cela a reporté le paiement des rajustements au 5 mai 2007. Nous
contestons d'ailleurs ce volet en justice actuellement", de rappeler la
présidente de la CSN.
    "Souhaitons qu'à la fin de ce processus toutes les travailleuses du
Québec, syndiquées ou non, y trouvent leur compte. Je rappelle au gouvernement
qu'à elle seule la Loi sur l'équité salariale ne peut mettre fin à toutes les
discriminations à l'égard des femmes. Je l'invite donc à agir sur tous les
fronts et à être proactif en matière d'accès à la syndicalisation, de salaire
minimum, des programmes d'accès à l'égalité et de l'égalité de traitement
indépendamment du statut d'emploi", de conclure Claudette Carbonneau.

    La CSN regroupe 300 000 membres répartis dans les secteurs privé et
public.




Renseignements :

Renseignements: Jacqueline Rodrigue, Service des communications de la
CSN, cellulaire: (514) 773-0060


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.