Entente conclue entre le gouvernement et les médecins spécialistes - UN PARTENARIAT HISTORIQUE QUI AMELIORERA L'ACCESSIBILITE, LES CONDITIONS DE PRATIQUE ET L'ORGANISATION DES SOINS DANS LE RESEAU DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX



    QUEBEC, le 18 sept. /CNW Telbec/ - Le ministre de la Santé et des
Services sociaux, monsieur Philippe Couillard, et la ministre des Finances et
présidente du Conseil du Trésor, madame Monique Jérôme-Forget, ont rendu
publiques aujourd'hui les modalités de l'entente conclue avec la Fédération
des médecins spécialistes du Québec, au terme d'une période de médiation de
huit mois convenue par les deux parties en décembre dernier. Les ministres
étaient pour l'occasion accompagnés du Dr Gaétan Barrette, président de la
FMSQ.
    Les ministres ont expliqué que l'entente a le double avantage de rendre
la rémunération des médecins spécialistes plus compétitive et de financer des
mesures qui amélioreront l'accès aux services médicaux pour la population.
Ainsi, l'entente prévoit un redressement total de la rémunération des médecins
spécialistes du Québec de 25,3 % et présente un plan d'amélioration de
l'accessibilité, des conditions de pratique et de l'organisation des soins
d'une valeur de 240 millions de dollars.
    Le ministre Couillard a indiqué d'entrée de jeu que cette entente marque
une nouvelle ère de collaboration entre le gouvernement et les médecins
spécialistes et que ce partenariat bénéficiera aux patients. "Les Québécois
sortent grands gagnants des négociations qui se terminent, alors que les
discussions, en plus de porter sur le redressement de la rémunération des
quelque 8 000 médecins spécialistes, se concluent sur une note extrêmement
positive en ce qui a trait à la prestation de services au sein de notre réseau
de santé et de services sociaux. Nous nous sommes entendus pour revoir
l'organisation du travail et favoriser ainsi une meilleure accessibilité à
divers services", a-t-il noté.

    Redressement de la rémunération

    L'entente prévoit un redressement tarifaire total de 25,3 %, étalé de
2008-2009 à 2015-2016. Ce dernier inclut le redressement de 15,9 % déjà
accordé en décembre 2006 et représente un montant additionnel de
245,5 millions de dollars réparti sur une période de six ans. Il est également
prévu que les deux parties procéderont en 2010 au renouvellement de l'entente
cadre touchant l'indexation de la masse de rémunération et l'évolution de
pratique.
    Rappelant que cette entente de principe respecte la capacité de payer des
Québécois, madame Jérôme-Forget a mentionné que de multiples facteurs
techniques, économiques et sociaux ont été pris en considération lors des
discussions. C'est entre autres le cas du statut de la fonction des médecins
spécialistes, de la productivité de ces derniers, de la situation de leur
rémunération dans les autres provinces, de la richesse collective des
Québécois et de la politique de rémunération dans les secteurs public et
parapublic. "Nous avions en début de processus réitéré l'engagement du
gouvernement à corriger les écarts de rémunération des médecins spécialistes
et ainsi s'assurer de maintenir un niveau de rémunération concurrentiel
permettant la rétention et le recrutement des médecins nécessaires au bon
fonctionnement de notre système de santé. Dans le contexte du vieillissement
de la population, nous souhaitons que cette entente contribue à réduire les
pressions qui s'exercent sur le système de santé et de services sociaux
québécois", a-t-elle expliqué.

    Plan d'amélioration de l'accessibilité, des conditions de pratique et de
    l'organisation des services

    L'entente conclue entre le gouvernement et les médecins spécialistes
prévoit aussi qu'une somme de 240 millions de dollars est accordée afin de
financer des mesures concrètes d'amélioration de l'accessibilité, des
conditions de pratique et de l'organisation des soins. Ce montant s'ajoute à
l'enveloppe de 144,5 millions de dollars visant l'ajout de services déjà
convenue entre les parties en décembre dernier. Vingt-quatre mesures visent
donc à améliorer l'accessibilité aux services médicaux spécialisés, réduire le
temps d'attente, appuyer les services de première ligne, assurer une
couverture rehaussée des services, notamment dans les régions, permettre une
plus grande concertation des différents intervenants dans l'organisation des
soins et améliorer l'environnement de la pratique médicale.
    Le ministre Couillard a précisé que les modalités d'application de ces
mesures seront établies conjointement par les parties d'ici décembre 2007 et
que certaines d'entre elles pourront être mises en place dès 2008. "Nous
avions tous une occasion à saisir dans le cadre de cette médiation. Le moment
était tout indiqué afin de bâtir une nouvelle relation entre l'Etat et les
médecins spécialistes. Les résultats de ce dialogue fructueux seront
mesurables et auront des effets positifs indéniables. Il s'agit d'un point
tournant qui modifie la relation d'affaires qui nous liait encore tout
récemment aux médecins spécialistes. Cela consolidera de façon importante les
initiatives déjà amorcées par notre gouvernement afin d'améliorer la situation
de notre réseau de santé et de services sociaux", s'est-il réjoui.

    Valorisation de la recherche médicale au Québec

    En dernier lieu, l'entente prévoit également que la rémunération des
médecins chercheurs boursiers oeuvrant dans des organismes reconnus sera
augmentée au cours des prochaines années afin de reconnaître l'importance de
la recherche médicale au Québec. Le gouvernement souhaite ainsi attirer et
retenir les chercheurs en territoire québécois.

    Un effort budgétaire considérable

    La ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor a rappelé que
par la signature de cette entente, le gouvernement consent à un effort
budgétaire sans précédent afin d'améliorer la rémunération des médecins
spécialistes. Ainsi, leur enveloppe de rémunération passera de 2,07 milliards
de dollars en 2006-2007 à 3,36 milliards de dollars en 2015-2016, si l'on
considère tous les éléments compris dans l'entente. "Nous avons jeté les bases
d'un nouveau partenariat. L'entente entre le gouvernement et la Fédération des
médecins spécialistes du Québec prévoit le respect du cadre financier proposé
aux employés de l'Etat jusqu'en 2010. De plus, cette entente prévoit une
modification profonde des façons de faire et des mesures incitatives afin de
bonifier l'offre de service. Nous investissons afin de donner un environnement
de travail stimulant aux médecins spécialistes mais aussi afin d'améliorer
notre réseau de santé", a conclu madame Jérôme-Forget.


    
    ANNEXE

    -------------------------------------------------------------------------
    MESURES PREVUES AU PLAN D'AMELIORATION DE L'ACCESSIBILITE, DES CONDITIONS
                DE PRATIQUE ET DE L'ORGANISATION DES SERVICES
    -------------------------------------------------------------------------

    1. Meilleur accès des patients aux blocs opératoires et aux plateaux
       techniques par une utilisation optimale des équipements.

    2. Mise en place de mesures incitatives relatives à la pratique en
       anesthésiologie.

    3. Réduction des délais d'attente entre la référence du médecin de
       famille et la consultation du médecin spécialiste.

    4. Rémunération de la garde selon une majoration :

       - du forfait de garde en disponibilité dans les spécialités de base ;
       - du tarif d'un acte effectué durant la garde.

    5. Mise en place de projets pilotes pour des GMS (groupes de médecins
       spécialistes).

    6. Désignation et rémunération de "médecins spécialistes répondants" d'un
       territoire.

    7. Rémunération de la consultation téléphonique selon des balises à
       déterminer par les parties.

    8. Rémunération de la prise en charge continue de l'accessibilité aux
       services médicaux par des groupes concertés de médecins spécialistes.

    9. Mise en place formelle de corridors de services.

    10. Téléconsultation et téléimagerie.

    11. Amélioration de l'accès à l'échographie et à l'endoscopie en
        établissement et en cabinet privé en fonction des besoins des CSSS.

    12. Numérisation des cabinets privés de radiologie en fonction des
        besoins du système public.

    13. Incitatifs monétaires pour l'attraction et l'installation des
        médecins spécialistes en région.

    14. Rémunération de la participation aux travaux d'une Table régionale
        des chefs de département de médecine spécialisée ou d'une Table de
        coordination des RUIS.

    15. Instauration de la Table nationale de suivi de l'accès aux services
        médicaux spécialisés.

    16. Instauration de mesures de rémunération des médecins spécialistes en
        microbiologie infectiologie afin de favoriser les activités de
        prévention des infections en établissements.

    17. Valorisation de la rémunération dans des secteurs de pointe, dont
        notamment : neurosciences, greffe, transplantation d'organes, centre
        de traumatologie tertiaire.

    18. Révision des modalités de rémunération des médecins spécialistes dans
        le cadre du programme québécois de dépistage du cancer du sein
        (PQDCS).

    19. Révision des modalités de remboursement du temps de déplacement.

    20. Révision de certaines règles d'application et de diverses mesures de
        plafonnement.

    21. Instauration de mesures de compensation pour les médecins soumis à
        une restriction d'exercice afin d'assurer la protection du public
        dans le cadre de la politique du Collège des médecins du Québec
        concernant les maladies transmissibles par le sang.

    22. Programme incitatif à la pratique médicale au Québec.

    23. Rémunération des chefs de département afin d'encourager l'utilisation
        optimale des ressources médicales.

    24. Valorisation de la rémunération des services professionnels
        actuellement dispensés en cabinet privé, selon les paramètres
        tarifaires existants ou convenus entre les parties.
    
    -%SU: SAN
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Isabelle Merizzi, Attachée de presse, Cabinet du
ministre de la Santé et des Services sociaux, (418) 266-7171; Valérie Sauvé,
Attachée de presse, Cabinet de la ministre des Finances et Présidente du
Conseil du trésor, (418) 643-5270

Profil de l'entreprise

CABINET DU MINISTRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX, PRESIDENT DU COMITE DES PRIORITES, MINISTRE RESPONSABLE DE LA REGION DE LA CAPITALE-NATIONALE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.