Enoncé économique du gouvernement Charest: l'économie sociale doit faire partie des stratégies de développement économique et d'investissements structurants de l'Etat



    Tout comme les entreprises privées, les entreprises d'économie sociale
    peuvent contribuer à la relance économique.

    MONTREAL, le 14 janv. /CNW Telbec/ - La ministre des Finances du Québec,
Mme Monique Jérôme-Forget, a présenté aujourd'hui les mesures d'urgence
destinées à endiguer la crise économique actuelle. Le Chantier de l'économie
sociale souhaite d'abord souligner sa grande déception face à l'absence de la
mise en oeuvre immédiate de la promesse électorale du Parti libéral du Québec
en faveur de 3 000 nouvelles unités de logement social par année pour les cinq
prochaines années. L'immobilier collectif nous apparaît tout désigné pour
amortir plusieurs des effets les plus néfastes de la crise. L'énoncé
économique était le moment tout indiqué pour concrétiser cette promesse.
    Le gouvernement a adopté en novembre 2008 un plan d'action en économie
sociale, reconnaissant ainsi sa contribution importante au développement
économique du Québec. L'accélération de la mise en oeuvre de ce plan, tant
pour l'immobilier collectif que pour l'ensemble des secteurs de l'économie
sociale, devrait être prioritaire. L'économie sociale fait face au même
ralentissement économique que le privé et, si soutenue convenablement, a un
potentiel de développement qui est loin d'être négligeable, pouvant ainsi
contribuer à la relance de manière significative.
    Le Chantier de l'économie sociale croit fermement que le gouvernement du
Québec doit soutenir les entreprises d'économie sociale où il existe
actuellement un potentiel de plus de 15 000 nouveaux emplois. Une stratégie de
développement local est un moyen privilégié pour créer de l'emploi plus
rapidement à partir de l'échelle locale, notamment par l'élaboration de
politiques d'achat local et responsable. La concertation locale constitue la
base sur laquelle de nombreux projets d'entreprises peuvent voir le jour en
réponse aux besoins et aux opportunités identifiés localement.
    Le gouvernement doit investir dans les infrastructures collectives comme
l'immobilier communautaire, la culture et le patrimoine, l'écotourisme et le
tourisme social. La création de plus 30 000 nouvelles places en CPE aura aussi
un impact important sur la création d'emplois. D'autres secteurs, comme les
énergies renouvelables, la gestion des matières recyclables, les services aux
personnes (notamment l'aide domestique), les communications et les nouvelles
technologies, l'innovation dans l'organisation du travail et des projets pour
les communautés autochtones mériteraient l'attention du gouvernement. Il
s'agit de consolider les acquis pour protéger les entreprises de la crise et
de favoriser leur développement pour aider les Québécois et les Québécoises à
en sortir.
    Selon la présidente directrice-générale du Chantier de l'économie
sociale, Nancy Neamtan, "L'économie sociale a de nombreux projets innovants et
créateurs d'emploi partout au Québec. Si le gouvernement décide d'être au
rendez-vous, les entreprises collectives québécoises peuvent mettre l'épaule à
la roue et faire leur part pour sortir de la crise actuelle, tout en
respectant l'environnement et les préoccupations locales et sociales des
communautés."
    Lors de son discours, la ministre Forget a invité les artisans de
l'économie sociale aux consultations prébudgétaires. Le Chantier de l'économie
sociale y fera valoir la capacité des acteurs de l'économie sociale d'être des
partenaires obligés des stratégies de développement économique et
d'investissements structurants de l'Etat et espère que le budget présenté en
mars reflètera ses préoccupations.

    L'économie sociale québécoise est composée d'environ 7 000 entreprises,
coopératives et OSBL, oeuvrant dans plus de 30 secteurs économiques (arts et
culture, agroalimentaire, commerce de détail, environnement, immobilier
collectif, loisir et tourisme, technologies de l'information et des
communications, médias, manufacturier, services aux personnes, etc.). Elle
emploie plus de 125 000 personnes et génère un chiffre d'affaires de plus de
17 milliards de dollars annuellement, ce qui représente environ 6 % du PIB
québécois.




Renseignements :

Renseignements: Jacques Hérivault, Responsable des communications
stratégiques, Chantier de l'économie sociale, (514) 899-9916, poste 236, (514)
992-5603

Profil de l'entreprise

Chantier de l'économie sociale

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.