Enoncé - Le manque de médicaments tue, dans les pays en développement



    
    Déclaration conjointe en ce 5e anniversaire du
    Régime canadien d'accès aux médicaments

    Also available in English
    

    OTTAWA et TORONTO, le 14 mai /CNW/ - Nous représentons des milliers de
gens des quatre coins du Canada et, ce qui est encore plus important, nous
écrivons au nom des dix personnes qui mourront d'une maladie pourtant
traitable, au cours des deux minutes qu'il faut pour lire la présente.
Tristement, une grande partie de ces mourants sont des enfants.
    Il y a cinq ans jour pour jour, le 14 mai 2004, la loi canadienne qui a
créé le Régime canadien d'accès aux médicaments (RCAM), adoptée avec l'appui
unanime de tous les partis politiques au Parlement, recevait la sanction
royale.
    Le but était louable et il le demeure : procurer des médicaments
génériques à prix abordable aux personnes des pays en développement. Le Canada
a été le premier pays à mettre en application certains changements du droit
international du commerce qui autorisaient dès lors les licences obligatoires
pour des médicaments salvateurs.
    Malheureusement, l'initiative comportait et comporte encore de graves
lacunes.
    En cinq ans, le RCAM n'a été utilisé qu'une seule fois, pour acheminer un
lot d'une triple combinaison médicamenteuse contre le sida, au Rwanda. Cette
unique réussite a pris des années d'efforts d'un fabriquant de médicaments
génériques et de nombreux organismes de la société civile, en plus de
l'implication d'une fondation internationale.
    Ces médicaments livrés en septembre dernier représentaient une importante
percée pour quelque 21 000 Rwandais-es vivant avec le VIH : ils reçoivent à
présent un médicament qui leur aurait autrement été inaccessible. Mais ce
n'est qu'une fraction de l'action requise pour élargir l'accès aux traitements
anti-sida dans le monde en développement.
    De plus, le RCAM a peu de chances d'être utilisé à nouveau pour son
objectif humanitaire affirmé, d'accroître l'accès des personnes de pays
pauvres à des traitements abordables contre le VIH et d'autres maladies. Les
règles du RCAM l'empêchent en effet d'être le mécanisme convivial dont les
pays en développement ont besoin afin de s'assurer un approvisionnement viable
en médicaments.
    Heureusement, il y a de l'espoir. Un nouveau projet de loi est
actuellement devant le Parlement (Projet de loi S-232) : il a pour but de
simplifier le RCAM par une "solution à licence unique", au lieu de la méthode
problématique qui requiert une nouvelle licence obligatoire pour chaque
commande et pour chaque pays acquéreur. Une "solution à licence unique"
permettrait d'éliminer la principale lourdeur administrative qui fait en sorte
que le RCAM n'est pas utilisé par d'autres pays en développement et d'autres
fabricants canadiens de médicaments génériques.
    Nos discussions avec des citoyen-nes concernés et avec des organismes de
la société civile de partout au pays nous indiquent que les Canadien-nes ne
sont pas prêts à baisser les bras et à voir le Canada trahir la promesse
faite, il y a cinq ans aujourd'hui, par le Parlement.
    Le temps presse : jour après jour, des gens meurent. Le RCAM a maintenant
cinq ans. Plusieurs enfants auxquels il aurait pu sauver la vie sont décédés.
A l'heure actuelle, la moitié des enfants séropositifs au VIH en Afrique
subsaharienne perdent la vie avant l'âge de deux ans parce qu'ils n'ont pas
accès à des médicaments abordables et adaptés à un usage pédiatrique. Le
Canada pourrait aider à répondre à cette tragédie de santé publique et de
droits humains, en simplifiant son RCAM pour qu'il fonctionne.
    En cette journée d'anniversaire, nous exhortons tous les parlementaires à
renouveler leur engagement à renforcer le rôle du Canada pour répondre à la
crise du sida et à d'autres besoins mondiaux en matière de santé - et à
s'engager à rectifier le RCAM afin que la promesse faite par le Parlement, au
nom de tous les Canadien-nes, devienne réalité.
    Nous invitons les citoyens et citoyennes à demander à leurs députés de
débarrasser le RCAM des obstacles et éléments dysfonctionnels qui l'empêchent
de livrer la marchandise.
    Pour de plus amples renseignements : www.aidslaw.ca/rcam

    
    -------------------------------------------------
    Action Canada pour la population et le développement
    Africa Change International
    AIDS Committee of Guelph & Wellington County
    AIDS PEI
    Around the Corner Kingston Grandmothers
    Association canadienne des infirmières et infirmiers en sidologie
    Black Coalition for AIDS Prevention (Toronto)
    Bracelet of Hope Campaign (formerly Masai for Africa)
    British Columbia Persons With AIDS Society
    Burlington Ubuntu Grandwomen
    Fédération des étudiants et étudiantes en médecine du Canada
    Carrefour Canadien International
    Canadian Physicians for Aid and Relief
    Coalition interagence sida et développement
    Conseil canadien de surveillance et d'accès aux traitements
    Central Alberta AIDS Network Society
    Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida
    G-Moms of Port Perry, Grandmothers to Grandmothers Campaign
    Grandmothers to Grandmothers Campaign National Advocacy Committee
    Groupe de travail canadien sur le VIH et la réinsertion sociale
    HIV Edmonton
    Le conseil des africains et caraibeens sur le VIH/SIDA en Ontario
    Living Positive Resource Centre (Okanagan)
    McGill Global AIDS Coalition
    OHAfrica
    Ontario AIDS Network
    Oxfam Canada
    People's Health Movement Canada
    Positive Living North
    Réseau canadien d'info-traitements sida
    Réseau juridique canadien VIH/sida
    RESULTATS Canada
    Sida bénévoles Montréal
    Société canadienne de l'hémophile
    Streetworks (Edmonton)
    Toronto People With AIDS Foundation
    UNICEF Canada
    Universities Allied for Essential Medicines
    Women For African Grandmothers (Toronto)
    





Renseignements :

Renseignements: Gilles Marchildon, Réseau juridique canadien VIH/sida,
(416) 595-1666 (poste 228), gmarchildon@aidslaw.ca

Profil de l'entreprise

RESEAU JURIDIQUE CANADIEN VIH/SIDA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.