Encouragé par l'appui du gouvernement australien à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, le Chef national de l'APN exhorte le Canada à endosser la Déclaration : "Il n'est jamais trop tard pour bien faire."



    OTTAWA, le 3 avr. /CNW Telbec/ - Phil Fontaine, Chef de l'Assemblée des
Premières Nations, a salué la décision du gouvernement de l'Australie
d'appuyer la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples
autochtones. L'annonce a été faite aujourd'hui par le premier ministre de
l'Australie, Paul Rudd.
    "Je félicite et je salue le gouvernement australien, le premier ministre
Paul Rudd et la population de l'Australie, qui ont fait preuve d'un véritable
leadership en endossant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des
peuples autochtones", a déclaré le Chef national Fontaine. "Les Premières
Nations demandent au gouvernement canadien de suivre les traces de
l'Australie. Elle a non seulement endossé la Déclaration, mais elle a
également tenu une journée nationale sur le thème "Close the Gap" et elle a
défini des objectifs ambitieux pour combler les lacunes en matière de santé,
de logement, d'éducation et d'emploi. Les mesures prises par l'Australie nous
montrent qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire et pour défendre les
droits des peuples autochtones."
    Sous le gouvernement précédent de John Howard, l'Australie s'était
opposée à la Déclaration des Nations Unies. Dans le monde entier, elle
figurait parmi les seuls pays, au nombre de quatre, à avoir voté contre cette
déclaration, aux côtés du Canada, des Etats-Unis et de la Nouvelle-Zélande.
Certains éléments indiquent d'ailleurs que le président Obama pourrait revenir
sur la décision des Etats-Unis et signer la Déclaration.
    "De plus en plus, on marginalise et on isole le Canada sur la scène
internationale, à cause de son opposition à la Déclaration des Nations Unies",
a affirmé le Chef national. "Le fait qu'une majorité écrasante d'Etats membres
de l'ONU aient endossé la Déclaration montre que les craintes et les
objections que le gouvernement du Canada a formulées à son sujet sont non
fondées, intenables et apparemment trompeuses. La Déclaration des Nations
Unies ne passe pas outre à la législation nationale, mais elle établit
cependant les normes et les pratiques exemplaires que le Canada devrait
adopter en matière de droits de la personne."
    Le Chef national a attiré l'attention sur une lettre ouverte publiée le 2
mai 2008, et signée par une centaine d'universitaires et de spécialistes du
droit. Selon cette lettre ouverte, "il est temps que le gouvernement du Canada
cesse de véhiculer ses prétentions trompeuses et qu'il instaure activement ce
nouvel instrument de défense des droits de la personne, en collaboration avec
les peuples autochtones."
    "Le milieu juridique et les spécialistes des droits de la personne
affirment que les objections du Canada sont non fondées. Par conséquent, il
est temps que le gouvernement reconsidère sa décision et qu'il la révoque. La
Déclaration est une expression des principes fondamentaux qui devraient guider
les relations entre les gouvernements et les peuples autochtones. Elle
contient des normes qui peuvent servir à évaluer les progrès que nous
accomplissons concernant le respect des droits des Premières Nations.
L'adoption de la Déclaration des Nations Unies constitue la prochaine étape
devant mener logiquement à la création d'un plan exhaustif qui nous permettra
d'affirmer notre présence légitime au Canada et de concrétiser nos droits et
nos traités, tout en donnant une profondeur aux excuses et à la promesse de
réconciliation que le gouvernement a formulées le 11 juin de l'an dernier.
Cette promesse était non seulement adressée aux Premières Nations, mais aussi
à tous les Canadiens. Il est temps que le Canada aille de l'avant et qu'il se
joigne à la communauté internationale en endossant la Déclaration des Nations
Unies sur les droits des peuples autochtones", a conclu le Chef national.

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente
les citoyens des Premières Nations du Canada.




Renseignements :

Renseignements: Don Kelly, directeur intérimaire des communications,
Assemblée des Premières Nations, (613) 241-6789, poste 334, cell.: (613)
292-2787, dkelly@afn.ca; Gina Cosentino, relations avec le gouvernement et
affaires internationales, Bureau du Chef national, (613) 314-2661,
gcosentino@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.