En raison du prix élevé du brut, le TSX franchira le cap des 15 200 points d'ici la fin de 2008, selon Marchés mondiaux CIBC



    Les prix découlent de facteurs fondamentaux et non de la spéculation

    TORONTO, le 5 juin /CNW/ - Banque CIBC (CM aux bourses de Toronto et de
New York) - Le TSX atteindra un sommet de 15 200 points d'ici la fin de
l'année en raison de la hausse soutenue des prix du pétrole brut, selon un
nouveau rapport de Marchés mondiaux CIBC.
    Selon le rapport, le fait que les prix du pétrole aient presque doublé au
cours de la dernière année découle de facteurs fondamentaux liés à l'offre et
à la demande et non de la spéculation ou de la faiblesse du dollar américain,
comme certains l'ont laissé entendre. Marchés mondiaux CIBC s'attend à ce que
le prix du pétrole du West Texas Intermediate (WTI) atteigne en moyenne 115 $
US le baril cette année. A ce jour, en 2008, le prix du WTI s'est élevé en
moyenne à 107 $ le baril.
    "Nous estimons que l'accumulation, sur papier, de barils de pétrole entre
les mains de spéculateurs correspond, au plus, à un cinquième de
l'accroissement de la demande de vrais barils de la Chine au cours des cinq
dernières années", a indiqué Jeff Rubin, économiste en chef et stratège en
chef, Marchés mondiaux CIBC, dans son rapport mensuel "Canadian Portfolio
Strategy Outlook". "Et même s'il est libellé en fonction d'un ensemble de
devises mondiales qui est pondéré en fonction des échanges, le prix du pétrole
a quand même dépassé 100 $ US le baril."
    M. Rubin a fait remarquer que, ne serait-ce que par son immensité, soit
près 4 T$ US par année ou environ vingt fois la valeur de l'investissement
total dans l'indice des marchandises, le marché mondial du pétrole constitue
un obstacle considérable à toute spéculation susceptible d'influencer le
marché. Il a également indiqué que l'une des façons d'évaluer le rôle de la
spéculation consiste à observer l'ampleur réelle du détournement de l'offre
physique qui serait nécessaire pour égaler la hausse historique des avoirs des
spéculateurs.
    Les positions longues non commerciales (spéculateurs) sur le pétrole brut
et les produits du pétrole ont augmenté de l'équivalent de 848 millions de
barils au cours des 5,25 dernières années. Bien que ce chiffre semble
impressionnant, M. Rubin souligne qu'il correspond à une augmentation de
l'exposition de seulement 500 000 barils par jour environ, soit un cinquième
de l'augmentation de la demande de la Chine ou environ 6 % de la pression
totale sur l'offre de pétrole exercée par certains facteurs identifiables au
cours de la même période.
    "Si la thésaurisation entraînait une hausse des prix, les stocks
devraient augmenter, mais en fait, il n'en est rien", a ajouté M. Rubin.
"Selon l'Agence internationale de l'énergie, les stocks de pétrole continuent
de constituer une réserve de 50 à 55 jours tout au plus, tandis que les stocks
d'échange de métaux clés, comme le cuivre, se situent jusqu'à 40 % sous la
normale.
    "Il n'est pas juste non plus d'affirmer que la hausse des prix des
produits de base s'explique en grande partie par la baisse du dollar
américain, car la valeur du pétrole a fortement progressé par rapport à celle
des autres devises. De fait, nous estimons que le baril de pétrole coûterait
quand même 100 $ US - soit cinq fois le prix de 2002 - même si le billet vert
n'avait pas faibli comparativement à un ensemble de devises pondéré en
fonction des échanges."
    Le rapport souligne que la demande de pétrole continue de croître à
l'échelle mondiale. La diminution de la consommation de pétrole en Amérique du
Nord, au Japon et en Europe en raison des prix élevés continuera d'être
largement contrebalancée par la croissance de la consommation, non seulement
au Brésil, en Russie, en Inde et en Chine, mais aussi dans les nombreux pays
du Moyen-Orient où les consommateurs bénéficient de fortes subventions. En
Chine, la demande demeurera soutenue, les prix de l'huile domestique étant
partiellement subventionnés par le gouvernement du pays. Marchés mondiaux CIBC
prévoit également que la demande en carburant diesel et en pétrole dans ce
pays demeurera élevée, probablement pour plusieurs années, étant donné les
dommages causés aux infrastructures par le récent tremblement de terre.
    "Les récentes données viennent renforcer la crainte que nous avions
auparavant, soit qu'une demande intérieure fulgurante accapare la production
des pays traditionnellement exportateurs, ce qui limite leur capacité de
répondre à la demande de plus en plus élevée à l'échelle mondiale", a ajouté
M. Rubin. "Selon le département de l'Energie des Etats-Unis, les exportations
de produits pétroliers des 15 principaux exportateurs au monde ont diminué de
2,5 % en 2007, et il semble que cette baisse se poursuit cette année."
    Selon Marchés mondiaux CIBC, la demande de gaz naturel continuera de
croître, et son prix moyen devrait s'établir à 12,50 $ par million de BTU
cette année et à 14 $ par million de BTU en 2009. M. Rubin explique que cette
prévision est fondée sur le fait que les importations de gaz naturel liquide
aux Etats-Unis se font toujours attendre, ce qui entraîne une forte dépendance
du marché américain envers l'offre canadienne.
    Parallèlement, M. Rubin fait remarquer que le gaz jouera un rôle de plus
en plus important dans la production d'électricité en Amérique du Nord. "Sauf
en de rares régions isolées comme l'Alberta, aucun nouveau permis n'a été émis
pour des centrales au charbon en Amérique du Nord. Pratiquement toute
l'augmentation de la capacité énergétique au cours de la prochaine décennie
sera le fait de centrales au gaz, ce qui propulsera les prix du gaz
nord-américain bien au-delà de la barre des 10 $ au cours des prochaines
années."
    Compte tenu de ces facteurs, Marchés mondiaux CIBC maintient une
surpondération de sept points de pourcentage dans les actions du secteur de
l'énergie. M. Rubin croit que les cours de ces actions continuent d'être
évalués en fonction d'un prix d'environ 90 $ US le baril de pétrole brut, soit
largement en deçà du prix au comptant qui prévaut actuellement, ce qui en fait
le meilleur choix en matière d'exposition.
    Cette surpondération continue de servir de fondement à la stratégie de la
banque et constitue la principale raison pour laquelle son portefeuille
d'actions modèle affiche un rendement qui dépasse de 138 points de base
l'indice de référence du TSX depuis le début de l'année.
    M. Rubin a réduit l'exposition aux taux d'intérêt ce mois-ci, en
réduisant la pondération en valeurs à revenu fixe ainsi qu'en diminuant d'un
point la pondération des actions des entreprises de services publics, qui sont
très sensibles aux fluctuations des taux d'intérêt. Selon lui, bien que la
Banque du Canada puisse encore procéder à une réduction de taux, il y aura un
resserrement d'au moins 100 points de base l'an prochain, car le taux
d'inflation devrait doubler au Canada.
    Vous pouvez consulter le rapport intégral de Marchés mondiaux CIBC à
l'adresse :
    http://research.cibcwm.com/economic_public/download/psjun08.pdf.

    Marchés mondiaux CIBC, division des services bancaires de gros et des
services aux entreprises de la Banque CIBC, offre un éventail de produits de
crédit et de produits des marchés financiers intégrés, de services bancaires
d'investissement et de services de banque d'affaires à ses clients sur les
principaux marchés des capitaux en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde.
Nous proposons également des solutions de financement novatrices et des
services consultatifs dans un vaste éventail de secteurs et nous fournissons
des études de premier ordre à notre clientèle constituée de sociétés, de
gouvernements et d'institutions.




Renseignements :

Renseignements: veuillez communiquer avec Jeff Rubin, économiste en chef
et stratège en chef, directeur général, Marchés mondiaux CIBC, au (416)
594-7357, jeff.rubin@cibc.ca, ou avec Kevin Dove, Communications et affaires
publiques CIBC, au (416) 980-8835, kevin.dove@cibc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.