En présence des premiers ministres de la France et du Québec - Création du premier Laboratoire international associé franco-québécois en nanotechnologies et nanosystèmes



    LAVAL, QC, le 4 juill. /CNW Telbec/ - Le Québec et la France unissent
leur expertise dans l'infiniment petit afin de créer le tout premier
Laboratoire international associé franco-québécois en nanotechnologies et
nanosystèmes (LIA-LN2). Bénéficiant d'un budget de plus de 6,5 M$ sur
quatre ans, cette collaboration remarquable regroupe près de 40 chercheurs
français et québécois hautement spécialisés.
    Officialisé aujourd'hui à l'INRS-Institut Armand-Frappier en présence du
premier ministre de la France, François Fillon, et du premier ministre du
Québec, Jean Charest, ce laboratoire contribuera à l'émergence de nouveaux
dispositifs minuscules servant notamment à la détection de polluants et de
molécules, à la production d'énergie à bas coût ainsi qu'au traitement de
l'information dans les systèmes de télécommunications. La convention a été
signée par Pierre Guillon, directeur du Département des sciences et
technologies de l'information et de l'ingénierie du CNRS, par le professeur
Bruno-Marie Béchard, recteur de l'Université de Sherbrooke, et par Pierre
Lapointe, directeur général de l'INRS.
    Le nouveau laboratoire international réunit, du côté québécois, deux
leaders du domaine : l'Université de Sherbrooke et l'Institut national de la
recherche scientifique. Pour la partie française, le multipartenariat s'appuie
sur la participation du CNRS (Centre national de la recherche scientifique),
de l'INSA de Lyon, de l'Ecole centrale de Lyon et de l'Université Claude
Bernard Lyon 1.
    S'appuyant sur des relations scientifiques établies depuis une dizaine
d'années, le LIA-LN2 favorisera la recherche dans plusieurs domaines
prioritaires des nanotechnologies qui sont en forte expansion tant au Canada
qu'en France. Les nanotechnologies ouvrent la voie à de nombreuses
applications dans le secteur de la santé, de l'environnement et des
télécommunications.
    Pour les analyses médicales et environnementales notamment, les
chercheurs travailleront au développement de capteurs ultrasensibles utiles à
la détection de polluants et de molécules. On pourrait ainsi faciliter un
diagnostic précoce de maladies comme les cancers.
    Le secteur des énergies alternatives est également dans la mire. Le
Laboratoire international se consacrera au développement de dispositifs et de
procédés pour la production d'énergie à bas coût. Les chercheurs mettront
l'accent sur l'énergie solaire et les piles à hydrogène de nouvelle
génération.
    Les recherches viseront aussi à améliorer le traitement de l'information
pour les systèmes de télécommunications et pour les applications biologiques
et médicales, en se basant sur des technologies nanoélectroniques et
optoélectroniques.

    Une expertise franco-québécoise exceptionnelle

    Un des grands atouts du Laboratoire international associé sera de pouvoir
s'appuyer sur un réseau de plates-formes technologiques flexibles et très
complémentaires constituant un ensemble de calibre international. La
quarantaine de chercheurs liés au LIA-LN2 proviennent de hauts lieux de
recherche français et québécois, c'est-à-dire l'Institut des nanotechnologies
de Lyon, le Laboratoire des technologies de la microélectronique de Grenoble
ainsi que deux infrastructures majeures centrales du réseau NanoQuébec, soit
le Centre d'excellence en génie de l'information de l'Université de Sherbrooke
et le Laboratoire de micro-nanofabrication de l'Institut national de la
recherche scientifique à Montréal.
    Le Laboratoire international associé sera codirigé par Vincent Aimez,
professeur à l'Université de Sherbrooke, et Abdelkader Souifi, professeur à
l'INSA de Lyon. Cette codirection franco-québécoise s'appuiera sur un conseil
scientifique composé de sept membres représentant les établissements et de
trois personnalités scientifiques et industrielles. Au-delà des objectifs
scientifiques et technologiques, le LIA-LN2 permettra également de favoriser
les échanges internationaux entre la Région Rhône-Alpes et le Québec en
matière de partenariat académique et industriel.

    Premier colloque franco-québécois en juillet

    Du 16 au 18 juillet, les partenaires français et québécois se réuniront à
Orford aux environs de Sherbrooke en Estrie, lors du colloque inaugural du
Laboratoire international associé en nanotechnologies et nanosystèmes. Cette
première réunion favorisera le renforcement et la création de nouvelles
collaborations entre les acteurs de même que le développement de thèses en
cotutelle.




Renseignements :

Renseignements: Vincent Aimez, professeur et co-directeur du LIA-LN2,
(819) 821-8000, poste 62137, Vincent.Aimez@USherbrooke.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.