En catimini, le Ministre de la Solidarité sociale fait son choix: l'appauvrissement garanti à la place de la justice ...



    MONTREAL, le 10 déc. /CNW Telbec/ - Vendredi dernier, le 7 décembre
à 17h47, le ministre de la Solidarité sociale, monsieur Sam Hamad, a annoncé
en catimini sa décision de ne pas indexer pleinement, pour une quatrième année
consécutive, les prestations d'aide sociale des plus pauvres. Pour Nicole
Jetté, porte-parole du Front commun des personnes assistées sociales (FCPASQ)
"encore une fois, le ministre fait le choix de l'appauvrissement garanti à la
place de la justice. Encore une fois, il choisit la charité et la guignolée au
détriment de véritables politiques visant à éliminer la pauvreté".
    Comme organisme de défense des droits des personnes assistées sociales,
le FCPASQ tient à répéter que les personnes à l'aide sociale n'ont pas choisi
ce statut. En effet,
    
    -Avoir 40 ans et perdre son emploi à cause de la fermeture de l'usine ou
     d'une fusion ou de la réingénérie de l'Etat
    -Terminer des études et être en attente d'un employeur qui embauche des
     personnes sans expérience
    -Etre québécoise ou québécois originaire d'ailleurs dont la formation et
     les compétences ne sont pas reconnues
    
    "De multiples raisons obligent des personnes à recourir à une aide que le
ministre reconnaît de dernier recours. Comment peut-il alors décider
délibérément de condamner ces centaines de milliers de personnes et familles à
la mendicité?" s'interroge avec consternation madame Jetté.
    Convaincus que la pleine indexation est une question de justice, depuis
le 17 octobre, plus de 375 organismes du mouvement des femmes, syndicaux, de
défense des droits, d'éducation populaire, d'entraide, de dépannage ont
adressé au ministre et aux deux porte-parole de l'opposition en matière de
solidarité sociale des lettres et des télécopies démontrant leur appui. En
plus, diverses études et statistiques sur la santé, la fréquentation et la
participation scolaire démontrent les effets inhumains ainsi que les coûts
sociaux de la pauvreté (pensons aux rapports de la Direction de Santé
publique, au Bilan-faim produit par l'Association des Banques alimentaires et
des Moissons, à des rapports d'Association des consommateurs et à des
entrevues et témoignages entendus dans le cadre de la Grande guignolée des
médias)... Malgré cette réalité incontestable, le ministre enrobe sa décision
d'un discours de confusions et de manipulation statistique. Entre autres, il
affirme que 20 000 enfants de moins se trouvent dans une famille inscrite à
l'aide de dernier recours et qu'ils auront ainsi la chance de briser le cercle
de la pauvreté. "Combien de ces enfants sont devenus soutiens de famille à
cause de leur pension alimentaire? Combien de ces familles continuent de faire
appel aux banques alimentaires? Au Club des petits déjeuners? Lors de la
rentrée scolaire, aux magasins partage et aux (less than)Maman Dion(greater
than)..." s'indigne la porte-parole du FCPASQ.
    Le FCPASQ invite chaque citoyenne et citoyen du Québec qui refuse d'être
complice d'une politique d'exclusion sociale de le signifier clairement à son
député en exigeant qu'il intervienne auprès du ministre responsable de la
Solidarité sociale et du Premier ministre afin de leur faire entendre raison.
Tous les humains sont de ma race, Nicole Jetté faisant siennes ces paroles de
Gilles Vigneault conclut "Etant égales et égaux en droits, choisissons la
justice pour un partage équitable des richesses".




Renseignements :

Renseignements: Nicole Jetté, (514) 987-1989, 514 577-3279


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.