En 2008 au Québec, 16 travailleurs ont perdu la vie frappés par un objet - Un travailleur meurt frappé à la tête en réparant un chariot élévateur: la CSST constate que la méthode de travail utilisée est dangereuse



    SAINT-JEROME, QC, le 16 juin /CNW Telbec/ - Monsieur Gilbert Boudreau est
décédé au travail le 30 janvier 2009 alors qu'il était à l'emploi de
l'entreprise Tri-Texco inc. de Saint-Eustache. Pendant qu'il répare un chariot
élévateur, le mât télescopique chute et frappe la tête du travailleur. La CSST
constate que la méthode de travail utilisée pour enlever le boyau hydraulique
est dangereuse.
    La CSST rend publiques les conclusions de son enquête en vue d'informer
les milieux de travail concernés qu'il est primordial de respecter les mesures
de sécurité tel que prescrit par le fabricant lors de l'utilisation et de la
réparation d'un chariot élévateur. Rappelons que, en 2008, 16 travailleurs ont
perdu la vie frappés par un objet.

    Rappel des faits

    Le jour de l'accident, M. Boudreau répare un chariot élévateur pour
allées étroites. Afin de changer le boyau hydraulique défectueux du chariot en
panne, un deuxième chariot est utilisé pour soulever les fourches et mettre en
place une poutre en H pour soutenir le mât télescopique du chariot en position
élevée. Après avoir installé l'équipement nécessaire, M. Boudreau grimpe sur
la carrosserie du chariot élévateur. La secousse alors générée fait bouger le
chariot élévateur. La poutre qui supporte le mât télescopique par une seule
extrémité se désengage, le mât télescopique chute et il frappe mortellement le
travailleur.

    Mieux identifier les dangers

    L'enquête a permis à la CSST de retenir trois causes pour expliquer
l'accident. La méthode de travail utilisée pour retirer le boyau hydraulique
est dangereuse. De plus, l'organisation des travaux de réparation des chariots
élévateurs est déficiente. Enfin, la gestion de la santé et de la sécurité est
inadéquate autant pour la supervision des travaux de réparation des chariots
élévateurs que pour la formation des travailleurs.

    Exigences de la CSST

    Le jour de l'accident, la CSST a interdit l'utilisation des deux chariots
élévateurs impliqués dans l'accident. De plus, elle a interdit tout changement
de boyau hydraulique sur les chariots élévateurs de même que toute réparation
exigeant l'élévation des fourches des chariots élévateurs. Enfin, la CSST a
également communiqué à l'employeur des exigences relatives à l'organisation du
travail et la gestion des activités sécuritaires de réparation notamment en ce
qui concerne la supervision et la formation.
    La CSST considère que l'employeur, Tri-Texco inc. a agi de façon à
compromettre la sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat
d'infraction lui a été délivré. Pour ce type d'infraction, l'amende peut
varier de 5 000 $ à 20 000 $ pour une première offense et de 10 000 $ à 50 000
$ en cas de récidive.

    Prévenir les accidents

    La CSST rappelle que, afin de respecter les règles de sécurité, les
travaux de réparation d'un chariot élévateur doivent être effectués par du
personnel ayant reçu la formation requise pour travailler de façon sûre.
    De plus, le personnel doit appliquer des méthodes de travail assurant sa
sécurité notamment l'utilisation d'un dispositif de blocage ou de cales
lorsqu'une intervention exige que le mécanicien soit sous le mât de levage en
position élevée. Ce dispositif doit résister aux contraintes exercées par le
mât et il doit être stable.

    Suivi de l'enquête

    Compte tenu que l'utilisation de cet équipement est largement répandue et
pour éviter qu'un autre accident de ce type ne survienne, la CSST transmettra
les conclusions de son enquête à l'ensemble des associations sectorielles
paritaires pour la santé et la sécurité du travail afin qu'elles en informent
leurs membres.

    
    Source : Vicki Jung
             Direction régionale des Laurentides - CSST
             Tél. : 1 800 465-2234 ou 450 431-4000
    
    -%SU: SAN
    -%RE: 67




Renseignements :

Renseignements: Vicki Jung, Direction régionale des Laurentides - CSST,
(450) 431-4000, 1-800-465-2234

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.