En 2007, au Québec, 16 accidents de travail mortels sont survenus dans le secteur de la construction - Un travailleur de la construction meurt écrasé par un module de dortoir: la CSST constate que la planification de l'installation des dortoirs modulaires est déficiente



    ROUYN-NORANDA, QC, le 5 févr. /CNW/ - Une planification déficiente de
l'installation des dortoirs modulaires et une méconnaissance des règles
d'utilisation sécuritaire des chariots élévateurs sont parmi les causes de
l'accident ayant coûté la vie à M. Christopher Fortin, à l'emploi de
l'entreprise Les constructions Benoit Doyon inc., sur le chantier Eastmain-1A
à la Baie James le 8 février 2008.
    A la suite de cet accident, la CSST rend public son rapport afin de
sensibiliser les employeurs à l'importance d'une bonne planification des
méthodes de travail et à la nécessité de former les travailleurs aux méthodes
de travail préconisées. Rappelons qu'au Québec en 2007, 16 travailleurs sont
décédés sur un chantier de construction à la suite d'un accident du travail.

    Un module de dortoir chute et écrase mortellement le travailleur de
    la construction

    Le jour de l'accident, M. Christopher Fortin, 20 ans, accompagné d'un
contremaître et de deux autres travailleurs de la construction, participe aux
manoeuvres pour mettre en place un bâtiment modulaire servant de dortoir sur
le chantier Eastmain-1A. Le bâtiment doit être déplacé à l'aide de deux
chariots élévateurs. Un des deux chariots n'arrive pas, après trois essais, à
permettre la manoeuvre. Les bras de rallonge des fourches plient sous la
charge. Une pièce de bois est en place sur les fourches du chariot. Lorsque M.
Fortin se déplace sous le module pour mieux ajuster la pièce de bois, le
module perd appui et le blesse mortellement.

    Mieux identifier les dangers

    L'enquête a permis à la CSST de retenir cinq causes pour expliquer
l'accident :

    
    1. L'un des deux chariots élévateurs, utilisés pour déplacer le module,
       a une capacité insuffisante pour le soulever avec la charge de neige
       sur le toit.

    2. Les bras de rallonge des fourches plient sous la charge. Une poutre
       de bois est installée à leurs extrémités pour parvenir à incliner la
       charge vers le chariot.

    3. Le module se déplace pour ne s'appuyer que partiellement sur les
       tréteaux, lors des essais de soulèvement.

    4. Le contremaître et les travailleurs méconnaissent les règles
       d'utilisation sécuritaire des chariots élévateurs.

    5. La planification de l'installation des dortoirs modulaires est
       déficiente.


    Exigences de la CSST

    La CSST exige l'arrêt immédiat des travaux. L'employeur doit élaborer une
méthode de travail sécuritaire dans laquelle sera précisée la formation des
travailleurs. Le fabricant doit faire une inspection détaillée des chariots
élévateurs.
    De plus, la CSST portera à la connaissance du Comité de révision du Code
de sécurité pour les travaux de construction les conclusions de cette enquête
afin qu'il voit à la pertinence de réviser les exigences réglementaires dans
ces cas, notamment en ce qui concerne la formation requise pour l'opération
d'un chariot.
    La CSST considère que l'employeur Les constructions Benoit Doyon et le
maître d'oeuvre SEBJ ont agi de manière à compromettre la sécurité des
travailleurs. En conséquence, des constats d'infraction ont été délivrés. Pour
ce type infraction, l'amende peut varier de 5 000 $ à 20 000 $ pour une
première offense ou de 10 000 $ à 50 000 $ en cas de récidive.

    Prévention des accidents

    Depuis dix ans au Québec, tous les mois en moyenne un jeune de moins de 24
ans meurt au travail. Toutes proportions gardées, les jeunes ont une fois et
demie plus d'accidents du travail que leurs aînés. Le site Web de la CSST
(www.csst.qc.ca/jeunes) diffuse des informations à l'intention des employeurs
afin de les aider dans l'intégration de jeunes et de nouveaux travailleurs.
N'hésitez pas à y référer!

    Source :  Marcel Charest, communicateur régional
              Direction régionale de l'Abitibi-Témiscamingue - CSST
              Tél. : 819 797-6191 ou 1 800 668-2922
    
    -%SU: LAW,LBR
    -%RE: 42




Renseignements :

Renseignements: Marcel Charest, communicateur régional, Direction
régionale de l'Abitibi-Témiscamingue - CSST, (819) 797-6191, 1 800 668-2922

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.