Emissions métropolitaines de GES - Le temps est venu de passer des bonnes intentions aux actes



    MONTREAL, le 15 juin /CNW Telbec/ - Le Conseil régional de
l'environnement de Montréal (CRE) entend demander des comptes aux deux grandes
raffineries de l'Est de Montréal responsables à elles seules du quart de
toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la région
métropolitaine. Pour André Porlier, porte-parole du Conseil, ces grandes
entreprises doivent être en mesure de démontrer aux Montréalais que leurs
techniques de production sont à l'avant-garde et qu'elles ont fait tous les
efforts nécessaires pour se doter des technologies de pointe en matière de
réduction de la pollution et des émissions de GES. Cette démonstration s'avère
d'autant plus nécessaire que d'autres projets de développement de l'industrie
pétrolière dans l'Est sont présentement à l'étude pour obtenir les
autorisations nécessaires. Le CRE entend donc suivre la situation de près et
rencontrer des représentants de l'industrie pour explorer comment les
entreprises peuvent faire mieux pour améliorer leur performance.
    Le CRE rappelle toutefois que, si ces entreprises produisent l'énergie
non-renouvelable, c'est l'ensemble de notre économie et nos habitudes de vie
qui sont responsables de sa consommation. Pour le CRE, les résultats de ce
premier bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la région
métropolitaine publié par la Ville de Montréal sur le site de son Plan de
développement durable, confirment en effet toutes les appréhensions des
écologistes à savoir que le secteur des transports constitue plus de 50% de
toutes les émissions de GES. Ce seul secteur a vu ses émissions s'accroître au
rythme de plus de 4% annuellement. Les orientations du Plan de transport de la
Ville de Montréal se voient ainsi à contrario confirmer par les résultats du
bilan; le CRE entend donc interpeller la Ville pour qu'elle passe enfin aux
actes et traduise dans les faits les grands principes qu'elle invoque si
souvent.
    De plus, le Conseil régional de l'environnement de Montréal (CRE)
s'adressera à nouveau au gouvernement du Québec pour lui demander de surseoir
à toute décision relativement à l'octroi d'un contrat en
partenariat-public-privé pour son projet de prolongement de l'autoroute 25.
Une lettre vient d'être transmise à cet effet à la ministre des Transports,
madame Julie Boulet. Pour le porte-parole du CRE, André Porlier, Québec doit
être conséquent et appuyer, plutôt que contrecarrer, le plan de transport de
la Ville de Montréal.




Renseignements :

Renseignements: André Porlier, CRE-Montréal, (514) 842-2890, poste 224

Profil de l'entreprise

Conseil régional de l'environnement de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.