Elèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA) - Intervention précoce, prévention et dépistage: la FPPE-CSQ prévient la ministre que l'ajout de ressources est essentiel



    MONTREAL, le 10 juin /CNW Telbec/ - En prévision de la présentation
imminente d'un plan d'action concernant les élèves handicapés ou en difficulté
d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA), le président de la Fédération des
professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ)
prévient la ministre de l'Education de la nécessité de prévoir des ressources
supplémentaires pour intervenir, prévenir et dépister auprès de ces élèves,
sinon le plan d'action n'aura aucun sens.
    "L'effort mis en prévention, en dépistage et en intervention précoce par
les commissions scolaires est nettement insuffisant et il contribue à
accroître les problèmes d'apprentissage au primaire et le décrochage au
secondaire. De plus, si le personnel professionnel déjà en place est affecté à
la prévention et à l'intervention précoce, ce sont les élèves en difficulté
suivis actuellement qui seront laissés pour contre. C'est par l'ajout de
personnel professionnel spécifiquement affecté à ces dossiers que la ministre
pourra répondre aux besoins urgents des élèves à risque et aux EHDAA", affirme
Jean Falardeau, président de la FPPE-CSQ.

    Une situation qui n'aide personne

    L'intégration sans les services appropriés pour les enseignantes et
enseignants et les élèves contribue à mettre tout l'effort d'intégration des
EHDAA sur les épaules des enseignantes et enseignants. Malheureusement, cette
lourde responsabilité donne lieu à des situations comme des départs en maladie
ou l'abandon de la carrière pour les débutants, car faut-il rappeler que c'est
plus d'un enseignant sur cinq qui quittera la profession avant sa cinquième
année de pratique. "Les élèves laissés sans services voient leurs problèmes
augmenter et leur parcours les mener vers l'échec et/ou le décrochage.
L'intégration sans les services appropriés, c'est le maintien en classe
régulière et ça ne sert ni les élèves ni les enseignantes et enseignants",
ajoute Jean Falardeau.

    De nécessaires balises à prévoir

    Pour le représentant du personnel professionnel, il faut également mettre
des balises à l'intégration. On sait qu'en plus des élèves HDAA intégrés, il y
a dans la classe dite "régulière" des élèves à risque, qui ne sont pas
considérés comme intégrés, mais qui exigent une attention particulière. Notons
que les élèves dyslexiques, ceux ayant une déficience intellectuelle légère ou
un trouble du comportement autre qu'un trouble grave, sont des élèves dits "à
risque" et ne comptent pas dans le calcul des élèves intégrés.
    La ministre doit fixer les balises qui tiendront compte de la situation
réelle de tous les élèves de la classe. Car si certains élèves ne sont pas
suivis, notamment par les services professionnels appropriés, ce sont en plus
de ces élèves, les autres élèves de la classe et leur enseignante ou leur
enseignant qui en font les frais.

    Les limites du "faire plus avec moins"

    La ministre répète depuis quelques mois que les services professionnels
sont suffisants et qu'il faut travailler autrement, une nouvelle version du
traditionnel "faire plus avec moins". Les professionnelles et professionnels
donnent déjà au-delà de ce qu'ils pouvaient faire, mais maintenant, la limite
du possible est atteinte. Une recherche de 2006 sur l'épuisement professionnel
démontre clairement que c'est en risquant leur santé que les professionnelles
et professionnels consentent cet effort.
    Il y a présentement à peine 1,1 professionnelles ou professionnels en
service direct aux élèves par école. Ceux-ci ne représentent que 2,91 % du
budget global des commissions scolaires. En 2006-2007, première année de la
mesure visant les services aux élèves à risque et les EHDAA, les commissions
scolaires n'ont ajouté que 61,4 professionnels (équivalent à temps plein) pour
l'ensemble des commissions scolaires alors que le budget global de 15 millions
aurait permis d'en ajouter 300.
    "Nous avons beaucoup d'attente au sujet du plan d'action de la ministre
de l'Education, Michelle Courchesne. L'intervention auprès des élèves à risque
et des EHDAA constitue un défi de taille et il ne peut y avoir de
demi-solution ni de pensée magique. Nous sommes convaincus que cela ne peut se
faire sans l'expertise du personnel professionnel et donc sans l'ajout de
personnel professionnel en nombre suffisant", conclut le président de la
FPPE-CSQ.

    Profil de la CSQ et de la FPPE

    La CSQ représente quelque 160 000 membres, dont plus de 100 000 dans le
secteur public. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en
éducation au Québec. La Fédération des professionnelles et professionnels de
l'éducation du Québec (FPPE-CSQ) est affiliée à la CSQ. Elle est constituée de
21 syndicats affiliés représentant près de 6 000 membres répartis dans la
majorité des commissions scolaires francophones, anglophones, Crie et Kativik
du Québec.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, Tél.
cell.: (514) 235-5082, perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.