Elections scolaires 2007 - La FCSQ demande au gouvernement de donner suite à ses propositions de renouvellement de la démocratie scolaire



    QUEBEC, le 5 nov. /CNW Telbec/ - Les élections scolaires se sont
déroulées hier aux quatre coins de la province. Au cours d'une rencontre de
presse tenue ce matin, le président de la Fédération des commissions scolaires
du Québec (FCSQ), M. André Caron, a déclaré avoir pris acte du fait que le
taux de participation est de 7,9 % et pratiquement identique à celui de 2003.
Il estime qu'il faut donner un vigoureux coup de barre pour dynamiser la
démocratie scolaire et il insiste sur l'importance pour le gouvernement de
donner rapidement suite aux propositions que la Fédération a faites en mai
dernier pour renouveler la démocratie scolaire.
    "Le réseau scolaire a fait le point sur les modifications qu'il serait
nécessaire d'apporter à la démocratie scolaire de façon rigoureuse, une
réflexion que nous avons amorcée dès 2003 avec nos membres. Nous sommes
conscients de la nécessité de faire prendre un virage majeur à la démocratie
scolaire", a expliqué M. Caron. La FCSQ demande au gouvernement :

    
    - de définir clairement la mission et de décentraliser davantage de
      fonctions et de pouvoirs vers les commissions scolaires pour leur
      permettre de mieux répondre aux besoins et aux particularités de leur
      milieu;
    - de reconnaître explicitement les fonctions et responsabilités de la
      présidence de la commission scolaire pour un plus grand leadership
      politique de la commission scolaire auprès des instances locales et
      régionales, ainsi que les fonctions et responsabilités des
      commissaires;
    - de négocier un pacte fiscal renouvelable aux cinq ans entre le
      gouvernement et les commissions scolaires afin de mieux répondre aux
      besoins de nos communautés;
    - l'organisation conjointe des élections scolaires et municipales comme
      cela se fait en Ontario, par exemple;
    - la possibilité d'équipes électorales permanentes regroupées sur une
      base volontaire ainsi que des règles de financement appropriées;
    - une rémunération accrue des élus scolaires en vertu des dispositions
      équivalentes à celles qui prévalent dans le monde municipal;
    - la révision des critères pour l'établissement du nombre de
      circonscriptions électorales.
    

    Un taux de participation qui ne correspond pas au rôle stratégique que
jouent les élus et les commissions scolaires

    L'élection d'hier présente certains points positifs pour la démocratie
scolaire, malgré les faibles moyens à la disposition des candidats pour faire
leur campagne sur des territoires très vastes et le peu de valorisation
publique. Mentionnons particulièrement la présence importante de plus de 48 %
de femmes dans les postes de commissaire. De plus, l'élection scolaire de 2007
a aussi intéressé 1812 candidats et candidates, soit 70 de plus qu'en 2003,
malgré une certaine campagne de dénigrement.
    Par ailleurs, avec un taux de participation de 7,9 %, c'est pratiquement
le statu quo par rapport à 2003 si l'on tient compte que les conditions
climatiques ont forcé l'annulation de l'élection à la Commission scolaire de
la Moyenne-Côte-Nord qui avait eu un taux de participation de 49 %. Dans la
région de la Gaspésie, qui a connu une forte tempête, le taux de participation
est passé de 29 % à 22 %.
    "L'élection scolaire n'a pas échappé non plus au phénomène que l'on
constate à tous les niveaux de gouvernement, soit une baisse du taux de
participation aux diverses élections", a expliqué le président. Pour la FCSQ,
il est clair que le taux de participation aux élections scolaires ne
correspond pas à la valeur et au rôle stratégique que jouent les élus
scolaires et la commission scolaire dans leur milieu, non seulement dans
l'éducation des élèves mais aussi dans le développement socioéconomique du
Québec.
    "La population ne connaît pas très bien notre mission et notre importante
contribution à la qualité de vie de la communauté, les particularités
exclusives de la démocratie scolaire, les performances des commissions
scolaires en matière de services aux élèves et de développement régional, et
cela avec des coûts de gestion les plus bas dans les secteurs public et
parapublic. Nous avons des devoirs à faire pour mieux communiquer avec la
population", a reconnu M. André Caron.
    M. Caron a félicité chaleureusement les quelque 1300 femmes et hommes
élus à des postes de commissaire et les candidats qui, sans remporter la
victoire, ont eu la détermination de faire une campagne électorale et
d'afficher publiquement leur croyance et leurs valeurs à l'égard de la
démocratie scolaire et du système public d'éducation. Il a réitéré
l'importance d'agir dès maintenant pour dynamiser la démocratie scolaire, à
l'heure où les citoyens réclament d'être associés aux décisions que les
concernent, au lieu de faire table rase et de lancer un autre débat de
structures à ne plus finir. "Ce débat se ferait inévitablement au détriment
des élèves, des parents et de notre système public d'éducation", a conclu
M. Caron, ajoutant que "Les Québécois peuvent compter sur une gouvernance
scolaire efficace qui rendra des comptes à la population".




Renseignements :

Renseignements: Jean-Pierre St-Gelais, Conseiller en communications, La
Fédération des commissions scolaires du Québec, (418) 651-3220


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.