Elections fédérales - Le SFPQ invite ses membres et la population à rejeter les idées de droite



    QUEBEC, le 11 oct. /CNW Telbec/ - A quelques jours des élections
fédérales, le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) invite ses
membres et la population en général à rejeter les idées de droite et à voter
pour des candidats et des candidates défendant une vision progressiste de la
société. A cet égard, tant sur le plan économique que sur le plan social, le
SFPQ estime que les politiques conservatrices et néolibérales qui sont
proposées à la population par certains partis vont à l'encontre des valeurs
généralement partagées par la société québécoise.
    Par sa mission, le SFPQ s'est engagé à défendre un projet de société axé
sur la démocratie, le développement durable, le partage, l'équité, la
solidarité et le progrès de la société. "Malheureusement, force est de
constater qu'au fil des ans, les politiques néolibérales mises de l'avant par
les différents gouvernements qui se sont succédé à la tête de l'Etat canadien
ont contribué à l'affaiblissement de notre filet de sécurité sociale et ont eu
des impacts négatifs dans la prestation des services publics rendus par les
provinces. De surcroît, avec l'arrivée au pouvoir du gouvernement Harper, le
conservatisme a fait un pas de plus en envahissant la sphère sociale et en
entraînant des reculs considérables au chapitre de l'environnement", a
expliqué la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

    Crise financière ou crise du néolibéralisme?

    Le SFPQ rappelle que les gouvernements libéral et conservateur ont, à
tour de rôle, appliqué les vieilles recettes économiques néolibérales qui sont
actuellement remises en question de toute part dans le contexte de la crise
financière qui frappe les Etats-Unis et l'ensemble de la planète.
"Déréglementation, libéralisation des marchés, diminution des impôts et
coupures dans les transferts aux provinces ont gravement hypothéqué la
capacité du Canada et celle des provinces d'agir pour réguler l'économie. Nos
gouvernements ont préféré le "laisser faire" à l'intervention de l'Etat.
Aujourd'hui, c'est l'ensemble de la population qui s'apprête à en payer le
prix", a précisé la présidente générale du SFPQ.
    "Tant les libéraux que les conservateurs nous ont entraînés vers une plus
grande intégration aux politiques américaines, notamment en favorisant le
développement du Partenariat sur la sécurité et la prospérité, négocié avec
les Etats-Unis et le Mexique dans le plus grand des secrets. Ce sont ces
politiques qui ont entraîné la crise financière que nous connaissons
actuellement. Il s'agit là d'un aspect fort important à prendre en
considération avant d'exercer son droit de vote", a soutenu Mme Martineau.

    Conservatisme social

    Sur la question de la liberté de choix en matière d'avortement, le SFPQ
juge très sévèrement le gouvernement Harper qui, avec le projet de loi C-484,
a tenté d'ouvrir la porte à la recriminalisation de l'avortement. Au Québec,
sept députés conservateurs, deux députés libéraux et un indépendant ont voté
en faveur de ce controversé projet de loi. "Il s'agit d'une question
fondamentale en matière de droit des femmes. Avant d'aller voter, j'invite la
population - et plus particulièrement les femmes - à s'intéresser à la
position des candidates et des candidats de leur circonscription sur cette
question", a ajouté Lucie Martineau.
    D'autre part, le SFPQ s'inquiète de la volonté du gouvernement de Stephen
Harper d'introduire des peines plus sévères contre les jeunes contrevenants
plutôt que de miser sur la réinsertion sociale. Ironiquement, c'est ce même
gouvernement qui s'oppose à un contrôle plus sévère des armes à feu, rappelle
Lucie Martineau. " Il s'agit de positions idéologiques, qui n'ont rien à voir
avec la réalité et les valeurs québécoises. Comme citoyenne et comme citoyen
et comme parent, on ne peut accepter de se faire dire que des enfants de moins
de 18 ans sont irrécupérables et qu'ils doivent prendre le chemin des prisons
pour adultes. L'expérience québécoise a démontré que la solution réside plutôt
dans la prévention et la réinsertion."
    Enfin, la leader syndicale a dit souhaiter que les élections du
14 octobre permettent d'élire un Parlement qui soit plus représentatif des
valeurs progressistes des sociétés canadienne et québécoise. "Que ce soit en
matière d'environnement, de culture, de justice sociale et de répartition de
la richesse, la population a des attentes auxquelles les futurs élus devront
répondre. Il nous appartient donc à nous, citoyennes et citoyens, d'exercer
notre droit de vote dans le respect de nos valeurs et de nos aspirations", a
conclu Mme Martineau.




Renseignements :

Renseignements: Stéphane Caron, Responsable des relations avec les
médias, Cell.: (418) 564-4150


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.