Elections du Québec - Menaces pour la lutte à la pauvreté



    QUEBEC, le 23 mars /CNW Telbec/ - Au cours de cette dernière semaine de
campagne électorale, deux sujets sont venus susciter de sérieuses craintes au
sein du Collectif pour un Québec sans pauvreté. Le premier concerne la volonté
d'un parti de sortir 25 000 personnes de l'aide sociale. Le peu de détails sur
le sujet et les déclarations contradictoires font craindre que l'on veuille
davantage lutter contre les "pauvres" que contre la pauvreté. Le deuxième est
la promesse d'un autre parti d'utiliser pour des baisses d'impôt la totalité
des argents non rattachés à des programmes spécifiques, promis au Québec dans
le dernier budget fédéral. Cette promesse nous priverait des moyens attendus
depuis longtemps pour lutter contre la pauvreté. Ces deux orientations
menacent l'atteinte de l'objectif de la Loi visant à lutter contre la pauvreté
et l'exclusion sociale qui est de faire du Québec, d'ici 2013, l'une des
nations industrialisée où il y a le moins de personnes pauvres.
    Le Collectif souhaite depuis longtemps que toutes les personnes qui
veulent retourner sur le marché de l'emploi ou aux études puissent avoir accès
à des mesures. Déjà amputés au cours des années '90, les fonds du Québec
consacrés à l'aide à l'emploi ont diminué de 16.6% depuis 2000. Les personnes
à l'aide sociale jugées aptes au travail sont de plus en plus éloignées du
marché du travail. En effet leurs conditions de vie, qui ne permettent pas de
couvrir leurs besoins essentiels, ont contribué à détériorer leur santé et à
les éloigner davantage du marché de l'emploi. En conséquence, les mesures dont
elles auraient besoin sont des mesures à long terme, donc plus coûteuses.
L'ADQ prétend remettre les personnes au travail mais ne prévoit pas de budget
supplémentaire pour la formation ni d'amélioration des conditions de travail
au bas de l'échelle. Au contraire, il prévoit même faire des économies de
175 M$ dans le budget d'aide sociale! Les coupures de budget, la volonté du
chef de parti de l'ADQ de serrer la vis aux prestataires d'aide sociale et
l'absence d'engagement concernant la lutte à la pauvreté font craindre le pire
sur les intentions réelles de ce parti.
    A propos des baisses d'impôts, les organismes luttant contre la pauvreté
se sont vu répondre à plusieurs reprises par les gouvernements successifs
qu'ils auraient voulu en faire plus mais qu'ils n'en avaient pas les moyens,
entre autres parce qu'une partie de l'argent est au fédéral. Or, le récent
budget fédéral promet au Québec 700 M$ d'argent neuf via la péréquation,
argent qui pourrait être affecté aux programmes choisis par le Québec, dont la
lutte à la pauvreté. Mais dès le lendemain de cette annonce, le chef du Parti
libéral engageait toute cette marge de manoeuvre dans des réductions d'impôt.
Rappelons que depuis 2000, les deux gouvernements péquiste et libéral ont
consenti d'importantes baisses d'impôts, notamment celles des budgets
2000-2001 et 2001-2002 qui à elles seules ont privé le Québec de plus de 3.5
G$ annuellement. En plus d'enlever des moyens d'action aux gouvernements, ces
baisses d'impôt ont creusé les écarts entre les riches et les pauvres.
    Avec les 700 M$ du fédéral, on pourrait prendre de nombreuses mesures
urgentes, qui permettraient de respecter les droits sociaux reconnus dans les
chartes et traités internationaux : l'indexation annuelle et complète des
prestations d'aide sociale, l'exemption totale des pensions alimentaires du
calcul du revenu des personnes assistées sociales, la gratuité des médicaments
pour toutes les personnes dont le revenu est inférieur à 12 000 $ par année,
le rétablissement des budgets à la formation et à l'insertion au niveau de
1997, l'abolition de la coupure de 100 $ pour solidarité familiale (clause
Tanguy), pour un total de 450 M$. Il en resterait pour de nombreux autres
chantiers : le logement social, l'aide aux étudiants, l'amélioration des
barèmes à l'aide sociale. Le Collectif considère ainsi que les sommes promises
pour les réductions d'impôt pourraient être mieux investies, pour un Québec
riche de tout son monde.




Renseignements :

Renseignements: Solène Tanguay, responsable des communications,
Cellulaire: (418) 254-7238, communications@pauvrete.qc.ca.;
www.pauvrete.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.