Educ'alcool énonce les niveaux de consommation d'alcool à faible risque : "2 . 3 . 4 . 5 . 0".



    MONTREAL, le 16 janv. /CNW Telbec/ - "2 . 3 . 4 . 5 . 0" : c'est par ces
cinq chiffres que se résument les recommandations d'Educ'alcool aux personnes
intéressées à connaître les règles à suivre en matière de consommation
personnelle d'alcool à faible risque. C'est une première au Québec.
    "En publiant sa cinquième monographie dans la collection Alcool et santé,
consacrée aux niveaux de consommation d'alcool à faible risque, Educ'alcool
comble à la fois un vide et un besoin", a précisé le directeur général de
l'organisme, Hubert Sacy.
    "Certes, a-t-il poursuivi, les Québécois peuvent consulter diverses
directives dans différentes publications et auprès d'associations notamment à
vocation médicale. Cependant il n'y a pas encore, chez nous, de normes
établies et largement diffusées. C'est désormais chose faite. Le vide est
comblé".
    Quant au besoin, il est manifeste. Les Québécois ont soif de savoir.
Selon un sondage Educ'alcool-CROP fait en 2007, 7 de nos concitoyens sur 10
veulent en apprendre davantage sur la quantité d'alcool que l'on peut boire
sans courir de risques pour la santé. Compte tenu de la multitude d'études
régulièrement produites quant aux effets - tantôt bénéfiques, tantôt néfastes
- de la consommation d'alcool, nombreuses sont les personnes intéressées à
connaître les règles à suivre en matière de consommation personnelle d'alcool
à faible risque.

    2 . 3 . 4. 5 . 0

    La formule est simple et facilement mémorable. Les niveaux de
consommation recommandés - 2, 3, 4, 5 ou 0 - varient principalement en
fonction du sexe.

    2. Les femmes qui veulent consommer de l'alcool de façon responsable -
voire bénéfique pour celles qui sont ménopausées - devraient se limiter à
2 consommations par jour.
    3. Quant aux hommes qui veulent boire de façon modérée - voire
bienfaisante pour ceux qui ont 40 ans et plus -, ils devraient se limiter à
3 consommations par jour.
    4. Afin d'éviter l'intoxication et les complications qui l'accompagnent,
les femmes ne devraient pas prendre plus de 4 consommations lors d'un même
événement.
    5. Si les hommes, à l'instar des femmes, veulent éviter l'intoxication et
les complications qui l'accompagnent, ils ne devraient pas prendre plus de
5 consommations lors d'un même événement.
    0. Une bonne habitude : afin d'éviter qu'une accoutumance ou qu'une
dépendance ne s'installe, il est recommandé que tous - femmes et hommes - ne
prennent AUCUNE consommation d'alcool au moins une journée par semaine.

    Et un rappel : Educ'alcool invite les femmes en âge de procréer à ne pas
consommer d'alcool à partir du moment où elles décident de devenir enceintes,
si elles croient qu'elles peuvent être enceintes ou en cas de grossesse non
planifiée.

    Des vulnérabilités individuelles

    Les niveaux de consommation recommandés s'adressent à la population en
général. Il est cependant de plus en plus clairement établi - sur le plan
scientifique - que les gens ne naissent pas tous égaux face à l'alcool. Il
existe donc une grande variabilité individuelle quant aux effets de l'alcool
et les directives proposées ne conviennent pas nécessairement à tous.
    Pour chacun d'entre nous, la génétique, le poids et l'âge sont des
variables importantes à prendre en considération afin de consommer avec
modération.

    Des vulnérabilités contextuelles

    Il existe en outre des vulnérabilités liées au contexte de consommation,
précise la publication d'Educ'alcool.
    Les niveaux de consommation proposés ne sont pas nécessairement
appropriés à une personne qui est sous médication. En effet, les personnes qui
prennent des médicaments devraient redoubler de vigilance et bien s'informer
auprès de leur pharmacien ou de leur médecin des effets possibles de la
consommation d'alcool conjuguée à la prise de leurs médicaments.
    Toute personne qui est particulièrement affamée, fatiguée ou stressée et
qui veut éviter les effets négatifs de la surconsommation d'alcool devrait
boire des quantités moindres que celles qui sont mentionnées dans les
directives sur les niveaux de consommation généralement recommandés.

    Des éléments à prendre en compte

    Educ'alcool conclut sa publication par des mises en garde :

    
    - Etre bien informé sur ce qu'est une consommation standard, qu'elle soit
      de bière, de vin, de cidre, de spiritueux, de vin fortifié ou de
      boissons prémélangées (coolers).
    - Etre attentif à la quantité d'alcool versée et au pourcentage d'alcool
      dans les produits, surtout que la tendance est à l'augmentation du
      pourcentage d'alcool dans les produits.
    - Enfin, se souvenir que la consommation d'alcool est inappropriée dans
      certaines circonstances.
    

    Disponibilité de la publication

    "Les niveaux de consommation d'alcool à faible risque" peut être
téléchargé à partir du site Internet d'Educ'alcool (www.educalcool.qc.ca). On
peut aussi recevoir la publication sans frais en communiquant avec Educ'alcool
au 1-888-ALCOOL1. Celle-ci est également disponible dans les hôpitaux, les
CLSC et les succursales de la Société des alcools du Québec.




Renseignements :

Renseignements: Sarah-Emilie Bouchard, HKDP Communications et affaires
publiques, (514) 395-0375 poste 229, Cellulaire: (514) 250-7595,
sebouchard@hkdp.qc.ca; Source: Educ'alcool, Hubert Sacy, directeur général,
Educ'alcool


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.