Durant son cours à l'Université de Montréal (HEC Montréal) - Les lock-outés du Journal de Montréal portent un message à Joseph Facal



    MONTREAL, le 7 avr. /CNW Telbec/ - Plus d'une quarantaine de lock-outés
du Journal de Montréal sont actuellement dans la salle de cours Proctor &
Gamble, à HEC Montréal, pour livrer un message particulier à Joseph Facal. Les
membres du Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal
(CSN) reprochent au chroniqueur non seulement de continuer à écrire dans le
quotidien durant le conflit, mais d'avoir doublé sa contribution en signant
deux chroniques par semaine.
    Ce faisant, estime le STIJM-CSN, il enfreint la loi anti-briseurs de
grève en remplaçant un syndiqué. Le 31 mars, le syndicat a déposé une plainte
à la Commission des relations du travail pour contester l'utilisation de scabs
au Journal de Montréal. Dans cette plainte, Joseph Facal est visé en raison de
la deuxième chronique qu'il signe, plutôt qu'une seule comme avant le début de
la phase de négociation. Il s'agit, aux dires du syndicat, d'un des nombreux
subterfuges utilisés par Quebecor Media pour alimenter en contenu le Journal
durant le conflit de travail, chose impossible avec les 25 cadres qui y
oeuvrent.
    "L'attitude de Joseph Facal, qui a été membre du cabinet du Parti
québécois, est honteuse, inacceptable et foncièrement méprisante à l'endroit
des lectrices et des lecteurs, des annonceurs et des vrais artisans du Journal
de Montréal, ont indiqué les porte-parole syndicaux. Souvenons-nous que c'est
le PQ, en 1977, qui a voté la loi anti-scabs. Joseph Facal devrait avoir un
problème de conscience."
    Les syndiqué-es demandent à Joseph Facal de cesser d'appuyer Quebecor
Media qui a jeté ses employé-es sur le trottoir le 24 janvier. En continuant
de signer des chroniques, il fait indument perdurer le conflit de travail. Par
le dépôt d'une plainte à la CRT, les 253 lock-outés du quotidien de la rue
Frontenac veulent rétablir le rapport de force avec leur employeur. Au cours
des prochaines semaines, le STIJM-CSN continuera de multiplier les occasions
de dénoncer les agissements de l'empire, qui bafoue le Code du travail et le
droit du public à une information de qualité, afin qu'il revienne à la table
de négociation.




Renseignements :

Renseignements: Louis-Serge Houle, Information-CSN, (514) 792-0795;
Source: Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal
(CSN)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.