Droit de grève dans le transport en commun - L'UMQ croit qu'il est temps de donner les moyens d'agir aux municipalités



    MONTREAL, le 29 nov. /CNW Telbec/ - Afin de rétablir l'équilibre lors de
la négociation des conventions collectives en milieu municipal, l'Union des
municipalités du Québec (UMQ) considère qu'il faut revoir le Code du travail
et ses règles concernant le maintien des services essentiels. Depuis bon
nombre d'années, l'UMQ dénonce l'application des règles concernant le maintien
des services essentiels qui placent les municipalités et les sociétés de
transport en commun dans une situation de rapport de force inéquitable.
    Les municipalités et les sociétés de transport en commun évoluent dans un
contexte tout à fait unique dans lequel elles n'ont pas le pouvoir de décréter
de lock-out alors que les syndicats conservent le pouvoir de faire la grève.
C'est pourquoi l'UMQ estime que le rétablissement de l'équilibre lors de la
négociation de conventions collectives est prioritaire. L'Union propose donc
que des ajustements soient apportés à l'exercice du droit de grève. En matière
de transport en commun, elle croit que l'arbitrage de la meilleure offre
finale pourrait accélérer le règlement des conflits lorsque les négociations
traînent en longueur.

    Primauté du droit des citoyens aux services essentiels sur le droit de
    grève

    L'encadrement du droit de grève dans le secteur du transport en commun
aurait l'avantage d'éviter des impacts négatifs d'un point de vue économique,
social et environnemental, et d'assurer aux usagers leur accès à un service
essentiel. "La population est de plus en plus excédée par les moyens de
pression qui affectent son quotidien et elle se sent littéralement prise en
otage. La société a changé et les besoins en transports en commun sont
aujourd'hui bien différents. Plusieurs phénomènes expliquent cette situation :
conscience environnementale, horaires atypiques des travailleurs,
vieillissement de la population, horaires des étudiants. Ces facteurs
commandent une révision des règles prévues au Code du travail afin de les
adapter au nouveau contexte sociétal", a déclaré M. Arthur Fauteux, maire de
Cowansville et président de la Commission des ressources humaines de l'UMQ.
    L'avantage de l'arbitrage de la meilleure offre finale est d'inciter les
parties à présenter des demandes raisonnables, susceptibles de conduire à un
règlement, par crainte de se retrouver avec une sentence arbitrale
désavantageuse. "Parce que ce sont les citoyennes et citoyens payeurs de taxes
qui assument les frais de cette inégalité dans le rapport de force entre les
sociétés de transport en commun et leurs syndicats, l'UMQ croit qu'un
rééquilibrage est urgent et nécessaire", a ajouté M. Arthur Fauteux.

    Depuis sa fondation en 1919, l'UMQ représente les municipalités de toutes
tailles dans toutes les régions du Québec. Elle a pour mission de contribuer
au progrès et à la promotion de municipalités démocratiques, dynamiques et
performantes, dédiées au mieux-être des citoyennes et citoyens. La structure
de l'UMQ, qui regroupe ses membres en caucus d'affinité : municipalités
locales, municipalités de centralité, villes d'agglomération, grandes villes
et municipalités de la Métropole, est l'expression de toute la diversité et de
la solidarité municipale québécoise.




Renseignements :

Renseignements: François Sormany, Directeur des communications, (514)
282-7700, poste 265, Cellulaire: (514) 910-7272, fsormany@umq.qc.ca; Source:
Union des municipalités du Québec


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.