Données sur le pembrolizumab de Merck, tirées de la plus vaste étude menée à ce jour sur un anticorps anti-PD-1 expérimental dans le traitement de formes avancées de mélanomes, présentées au congrès de l'ASCO 2014

Le pembrolizumab administré en monothérapie a montré des taux de survie globaux estimés de 69 % à un an chez 411 patients présentant un mélanome avancé, à divers stades de la maladie, et ayant déjà reçu un traitement.

Des réponses durables et un profil de tolérabilité uniforme ont été observés pour les différentes doses, notamment chez les patients qui avaient déjà reçu de l'ipilimumab et chez ceux qui n'en avaient pas reçu.

Études de phase III en cours ou prévues pour différents schémas thérapeutiques, notamment un traitement adjuvant

CHICAGO, le 2 juin 2014 /CNW Telbec/ - Merck (NYSE: MRK) a annoncé aujourd'hui l'obtention de nouvelles données tirées d'une vaste étude de phase Ib (KEYNOTE-001) qu'elle mène actuellement pour évaluer le pembrolizumab, un anticorps anti-PD-1 expérimental, comme agent unique (monothérapie) chez 411 patients présentant des formes avancées de mélanomes. À la suite du traitement par le pembrolizumab, le taux de survie globale (SG) estimé à un an était de 69 % pour tous les patients de l'étude, notamment chez 74 % des patients qui n'avaient jamais reçu de traitement par l'ipilimumab (traitement standard actuel) et chez 65 % des patients qui présentaient une maladie évolutive pendant ou après un traitement par l'ipilimumab. À 18 mois, la SG estimée était de 62 %. La SG médiane n'a pas été atteinte, certains patients ayant reçu le traitement pendant plus de deux ans.

Ces nouvelles données seront présentées aujourd'hui lors d'un exposé oral du DAntoni Ribas, professeur d'hémato-oncologie et de chirurgie, et directeur du Tumor Immunology Program au Jonsson Comprehensive Cancer Center de l'Université de Californie, à Los Angeles. L'exposé aura lieu dans le cadre du 50congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO 2014) à Chicago (résumé nº LBA9000; 15 h heure du Centre; emplacement E, Arie Crown Theater).

« Les données présentées aujourd'hui viennent appuyer davantage l'activité anti-tumorale durable stimulée par le pembrolizumab comme agent unique chez les patients présentant un mélanome malin, affirme le DRoger M. Perlmutter, président des Laboratoires de recherche de Merck. Bien que l'on attende la confirmation de ces données par des études cliniques contrôlées, les taux de survie observés avec le traitement par le pembrolizumab, notamment chez les patients présentant une forme avancée de la maladie et chez qui les autres traitements ont échoué, appuient le recours à la manipulation du système immunitaire dans le traitement du cancer. »

Nouvelles données sur le pembrolizumab dans le traitement des formes avancées de mélanomes

Les données des 411 patients atteints de formes avancées de mélanomes admis dans plusieurs cohortes de l'étude KEYNOTE-001, la plus vaste étude de phase Ib à ce jour sur un anticorps anti-PD-1, seront présentées dans le cadre du programme destiné à la presse de l'ASCO 2014. L'étude KEYNOTE-001 regroupait sept cohortes de patients atteints de formes avancées de mélanomes à divers stades de la maladie et ayant reçu différents schémas thérapeutiques auparavant. Au départ, 56 % des patients étaient au stade le plus avancé de la maladie (M1c) (n = 232) et 77 % des patients avaient déjà reçu au moins un traitement général (n = 316). Les données intérimaires d'une seule cohorte de 135 patients de l'étude KEYNOTE-001 ont d'abord été présentées au congrès de l'ASCO 2013 et publiées simultanément dans le New England Journal of Medicine. Plus récemment, un rapport des résultats à jour de cette cohorte a été présenté lors du 10congrès international de la Society for Melanoma Research (novembre 2013).

Taux de réponse objective (TRO) d'après les critères de réponse liée au système immunitaire (irRC) et les critères RECIST chez 411 patients présentant des formes avancées de mélanomes

Dose irRC - Évaluation effectuée par le chercheur RECIST 1.1 - Examen centralisé†
N 1TRO, %
(IC à 95 %)
N 1TRO, %
(IC à 95 %)
Patients non traités par l'ipilimumab 190 43 (36 - 51) 168 40 (32 - 48)
Patients traités par l'ipilimumab 221 31 (25 - 37) 197 28 (22 - 35)
Total 411 37 (32 - 41) 365 34 (29 - 39)

Date limite de l'analyse : octobre 2013; date limite de l'analyse de la SG : mai 2014
1 Taux de réponse objective = réponse complète (RC) et réponse partielle (RP) confirmées
† Comprend les patients traités dont l'évolution de la maladie était mesurable au départ d'après l'examen centralisé en fonction des critères RECIST 1.1.


Au moment de l'analyse, 88 % (n = 115/130) des réponses signalées chez les patients évaluables persistaient et la durée médiane de la réponse, selon les critères RECIST, n'avait pas été atteinte (n = 115/130) (fourchette de plus de 6 semaines à plus de 76 semaines). La survie sans progression (SSP) médiane, selon les critères RECIST, était de 5,5 mois dans l'ensemble (IC à 95 % : 3,8-6,2), de 5,6 mois chez les patients n'ayant jamais été traités par l'ipilimumab (IC à 95 % : 3,7-11) et de 5,4 mois chez les patients qui présentaient une maladie évolutive pendant ou après le traitement par l'ipilimumab (IC à 95 % : 3,2-5,6). Une activité anti-tumorale a été observée pour toutes les doses étudiées, sans égard au type et au nombre de traitements antérieurs (y compris un traitement antérieur par l'ipilimumab), à l'indice fonctionnel, au taux de lacticodéshydrogénase (LDH), au statut de mutation du gène BRAF, à la taille de la tumeur au départ et à la région anatomique des métastases. Une analyse de sous-groupes de patients indique que la présence d'une masse tumorale faible au départ est un facteur prédictif important de la réponse au pembrolizumab.

Chez les patients dont l'évolution de la maladie était mesurable au départ et qui avaient subi au moins un examen de tomodensitométrie, 72 % (n = 227/317) ont présenté une réduction de la taille de la tumeur, dont 39 % (n = 123/317) ont obtenu une réduction tumorale de plus de 50 % selon les critères RECIST. D'après les critères de réponse liée au système immunitaire (irRC) (examen centralisé), 64 % (n = 204/319) des patients ont présenté une réduction de la taille de la tumeur, dont 31 % (n = 100/319) ont obtenu une réduction tumorale de plus de 80 %.

L'incidence des effets indésirables signalés était conforme aux données déjà obtenues sur le pembrolizumab. Les effets indésirables liés au traitement et évalués par le chercheur les plus fréquents étaient de grade 1 ou 2 et comprenaient la fatigue (36 %), le prurit (24 %), les éruptions cutanées (20 %), la diarrhée (16 %), l'arthralgie (16 %), les nausées (12 %), le vitiligo (11 %), l'asthénie (9 %) et la toux (9 %). Les effets indésirables liés au système immunitaire les plus fréquents comprenaient l'hypothyroïdie (8 %) et l'hyperthyroïdie (1 %). Douze (3 %) cas de pneumonite liée au traitement ont été signalés, dont un de grade 3 ou 4. L'effet indésirable de grade 3 ou 4 lié au traitement qui était le plus souvent signalé était la fatigue (2 %). Dans l'ensemble, 17 patients (4 %) ont abandonné le traitement en raison d'effets indésirables liés au traitement selon l'évaluation du chercheur. Aucun décès lié au traitement n'a été signalé.

Posologie et autres données sur les formes avancées de mélanomes présentées à l'ASCO 2014

La posologie du pembrolizumab a été analysée chez tous les patients évaluables atteints d'un mélanome de stade avancé. En effet, deux doses de pembrolizumab qui ont été comparées feront l'objet d'un exposé oral le mardi 3 juin à l'ASCO (résumé nº 3000; 9 h 45 heure du Centre; emplacement S100a). D'après ces données d'étude à répartition aléatoire, visant à comparer des doses de 2 mg/kg et de 10 mg/kg administrées toutes les trois semaines, et les données d'étude à répartition aléatoire d'une autre cohorte comparant une dose de 10 mg/kg administrée toutes les deux ou trois semaines, lesquelles devraient être présentées lors d'un prochain congrès, la dose recommandée de pembrolizumab proposée pour le traitement des formes avancées de mélanomes est de 2 mg/kg une fois toutes les trois semaines.

Les données sur l'évaluation du pembrolizumab dans le traitement des formes avancées de mélanomes font l'objet d'autres exposés oraux ainsi que d'une présentation par affiche à l'ASCO 2014. Pour en savoir plus au sujet des données sur les formes avancées de mélanomes qui seront présentées, voir le calendrier (iPlanner) de l'ASCO : https://iplanner.asco.org/am2014.

À propos de l'étude KEYNOTE

L'étude de phase Ib (KEYNOTE-001) est une étude multicentrique en cours, ouverte et à un seul volet, visant à évaluer le pembrolizumab en monothérapie chez plus de 1 000 patients atteints de divers types de cancer de stade avancé (carcinomes métastatiques), principalement le cancer du poumon et le mélanome. Trois schémas posologiques du pembrolizumab ont été évalués, notamment l'administration de 10 mg/kg toutes les deux semaines, de 10 mg/kg toutes les trois semaines et de 2 mg/kg toutes les trois semaines. Les paramètres d'évaluation principaux de l'étude comprennent le taux de réponse globale et l'innocuité. Les paramètres d'évaluation secondaires comprennent la survie sans évolution de la maladie, le taux de survie globale et la durée de la réponse. Chez les patients atteints d'une forme avancée de mélanome, la réponse de la tumeur a été évaluée toutes les 12 semaines selon les critères de réponse liée au système immunitaire (irRC) évalués par le chercheur et par une revue indépendante, centrale et sous insu, faite par radiographie selon les critères RECIST 1.1 (Response Evaluation Criteria in Solid Tumors).

À propos du pembrolizumab chez les patients atteints d'une forme avancée de mélanome

Le pembrolizumab est un anticorps anti-PD-1 monoclonal, humanisé, sélectif et expérimental, conçu pour bloquer l'interaction de la PD-1 sur les lymphocytes T par l'entremise de ses ligands, le PD-L1 et le PD-L2, pour réactiver l'immunité anti-tumorale. Le pembrolizumab inhibe les deux ligands bloqueurs de la voie du récepteur PD-1.

Le pembrolizumab est évalué relativement à plus de 30 types de cancers, en monothérapie et en association. Merck a un vaste programme de développement visant à évaluer le pembrolizumab dans le traitement des formes avancées de mélanomes à divers stades de la maladie, pour différents schémas thérapeutiques et en association avec d'autres agents anticancéreux. L'entreprise compte actuellement deux études de phase III en cours (KEYNOTE-002, 006) sur les formes avancées de mélanomes ainsi qu'une étude planifiée sur un traitement adjuvant pour la même indication.

Une demande d'homologation (Biologics License Application ou BLA) relativement au pembrolizumab fait actuellement l'objet d'un examen prioritaire par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour l'indication proposée, c'est-à-dire dans le traitement des patients qui présentent des formes avancées de mélanomes et qui ont déjà été traités par l'ipilimumab; la date butoir en vertu du Prescription Drug User Fee Act (PDUFA) est le 28 octobre 2014. Aux États-Unis, la FDA a accordé au pembrolizumab la désignation de Breakthrough Therapy Designation (percée thérapeutique) pour le traitement des formes avancées de mélanomes. S'il est homologué par la FDA, le pembrolizumab pourrait être le premier modulateur de point de contrôle (checkpoint) immunitaire PD-1 approuvé dans sa catégorie. L'entreprise prévoit déposer une demande d'autorisation de mise en marché en Europe relativement au pembrolizumab pour le traitement des formes avancées de mélanomes d'ici la fin de 2014.

À propos des formes avancées de mélanomes

Le mélanome est le type de cancer de la peau le plus dangereux1 et est l'un des rares cancers dont l'incidence continue d'augmenter chez les Canadiens (1,4 % par année chez les hommes et chez les femmes)2. Le nombre estimé de Canadiens ayant reçu un diagnostic de mélanome en 2013 est d'environ 6 000 et 1 050 personnes en seraient mortes3.

À propos de Merck Oncologie : Pleins feux sur l'immuno-oncologie

Merck Oncologie a pour but de créer des innovations biomédicales grâce à des techniques de pointe, pour aider les personnes atteintes de cancer partout dans le monde. Le programme de recherche et développement en oncologie vise principalement à tirer parti des mécanismes immunitaires pour lutter contre le cancer. L'entreprise a des produits d'immunothérapie et des traitements d'association qui sont actuellement en développement. Le traitement du cancer est un des besoins médicaux les plus urgents à l'échelle mondiale. Aider les gens à lutter contre le cancer est notre passion. Pour en savoir plus sur l'engagement de Merck envers l'oncologie, visitez le Centre d'information en oncologie, à l'adresse www.mercknewsroom.com/oncology-infocenter (page disponible en anglais seulement).

À propos de Merck

La société Merck d'aujourd'hui est un chef de file mondial dans le domaine des soins de santé qui œuvre au bien-être du monde. Merck est connue sous le nom de MSD à l'extérieur des États-Unis et du Canada. Grâce à nos médicaments d'ordonnance, vaccins, traitements biologiques, produits de santé grand public et de santé animale, nous collaborons avec nos clients et œuvrons dans plus de 140 pays à procurer des solutions de santé novatrices. Nous démontrons également notre détermination à améliorer l'accès aux soins de santé grâce à des politiques, programmes et partenariats d'envergure. Pour obtenir de plus amples renseignements à propos de nos activités au Canada, visitez le site www.merck.ca.

Déclarations prospectives

Ce site Web contient des « déclarations prospectives » (forward looking statements), au sens des dispositions libératoires de la Private Securities Litigation Reform Act de 1995 des États-Unis. Ces déclarations sont fondées sur les convictions et les prévisions actuelles de la direction de Merck et sont soumises à de nombreux risques et incertitudes. Rien ne garantit que les produits au stade expérimental recevront les approbations nécessaires des organismes de réglementation ou qu'ils auront un succès commercial. Si les hypothèses sous-jacentes se révèlent inexactes ou si les risques et incertitudes se concrétisent, les résultats réels pourraient être considérablement différents de ceux annoncés dans les déclarations prospectives.

Ces risques et incertitudes comprennent, sans s'y limiter, les conditions générales de l'industrie et la concurrence, les facteurs économiques généraux, incluant les fluctuations des taux d'intérêt et des taux de change; les effets de la réglementation de l'industrie pharmaceutique ou des lois concernant les soins de la santé aux États-Unis et dans le monde; les tendances mondiales à l'égard de la limitation des coûts des soins de santé; les avancées technologiques et les nouveaux produits et brevets des concurrents; les défis liés à l'élaboration d'un nouveau produit, ce qui inclut l'obtention de l'approbation réglementaire; la capacité de Merck à prédire précisément les conditions de marché futures; les difficultés ou les retards de fabrication; l'instabilité financière des économies mondiales et le risque de souveraineté; la dépendance à l'égard de l'efficacité des brevets de Merck et des autres protections relatives aux produits innovants; et le risque de faire l'objet d'actions judiciaires, y compris les litiges sur les brevets, ou de mesures réglementaires.

Merck n'est pas tenue de publier des mises à jour des déclarations prospectives, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou de tout autre élément. D'autres facteurs susceptibles d'entraîner une différence notable entre les résultats réels et les résultats décrits dans les déclarations prospectives sont énoncés dans le rapport annuel 2013 de Merck établi sur le document Form 10-K et dans les autres documents déposés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et accessibles sur le site Internet de cette dernière (www.sec.gov).

# # #

1 Medline Plus (mai 2012). « Melanoma ». Consulté le 8 mai 2014 à l'adresse http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/ency/article/000850.htm

2 Statistiques canadiennes sur le cancer 2011 tirées de la feuille de renseignements de l'Association canadienne de dermatologie. Consulté le 8 mai 2014 à l'adresse http://www.dermatology.ca/wp-content/uploads/2012/01/2011-Melanoma-Factsheet-EN.pdf

3 Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Consulté le 8 mai 2014 à l'adresse http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/skin-melanoma/statistics/?region=on

 

SOURCE : Merck Canada Inc.

Renseignements :

Relations avec les médias : 

Marie-Christine Garon   
Merck     
Marie-christine.garon@merck.com
514 409-0031      

Dominique Quirion
Le Cabinet de relations publiques NATIONAL
dquirion@national.ca
514 843-2302

Relations avec les investisseurs :
Justin Holko : (+1 908 423-5088 ou justin_holko@merck.com)
Carol Ferguson : (+1 908 423-4465 ou carol_ferguson@merck.com)

Profil de l'entreprise

Merck Canada Inc.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.