Document de travail du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune : un recul par rapport aux consensus du secteur forestier



    QUEBEC, le 26 juin /CNW Telbec/ - Après des semaines de travail sérieux
et de multiples rencontres avec le ministre, les sous-ministres et des
consultants, les représentants du Conseil de l'industrie forestière du Québec
(CIFQ), de l'Association des entrepreneurs en travaux sylvicoles du Québec
(AETSQ), du Regroupement des sociétés d'aménagement forestier du Québec
(RESAM) et de la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF)
sont déçus et inquiets de ne pas comprendre le contenu du document de travail
publié le 19 juin dernier par le ministère des Ressources naturelles et de la
Faune (MRNF).
    C'est un net recul par rapport aux consensus auxquels en sont arrivés les
participants au Sommet sur l'avenir du secteur forestier. C'est aussi un recul
évident par rapport au Livre vert. Enfin, c'est un recul encore plus flagrant
sur certains éléments en regard desquels le gouvernement s'était pourtant
engagé publiquement.
    Alors que le secteur traverse la pire crise de son histoire, le
gouvernement n'arrive pas à présenter un projet clair répondant aux besoins
exprimés maintes fois par les intervenants pendant la période de consultation
sur le Livre vert. En plus, le processus qui encadre l'exercice est encore
plus nébuleux depuis que le ministre a déposé un simple document de travail
plutôt que l'avant-projet de loi qui avait été annoncé.
    "Comment pourrons-nous contrôler nos coûts si on ne peut planifier nos
opérations ? Comment pourrons-nous investir si le ministre ne nous garantit
pas un approvisionnement stable et minimal pour plusieurs années ? Comment
peut-on avoir oublié d'analyser ces éléments et dire, haut et fort, que l'on
veut lever l'incertitude et assurer que l'industrie québécoise soit la plus
compétitive du Canada ?" a déclaré le président-directeur général du CIFQ,
M. Guy Chevrette.
    "Depuis plusieurs mois, on nous invite à changer les fondements du régime
forestier. Parmi ces changements, le Sommet sur l'avenir du secteur forestier
avait unanimement proposé de migrer d'un régime qui produisait du "bois" vers
un qui produisait de la "valeur" en forêt favorisant ainsi une approche
d'investissements sylvicoles. Cette vision avait été reprise dans le Livre
vert en visant le doublement de la valeur des produits issus de la forêt d'ici
25 ans. Comment expliquer ce retour vers un système similaire à ce que l'on
connaît aujourd'hui ?" a renchéri le directeur-général du RESAM, M. Marc
Beaudoin.
    "Comment réagir face à un document qui s'éloigne du consensus établi lors
du Sommet sur l'avenir du secteur forestier québécois alors qu'on proposait
une diversification des modes de tenure ? Nous nous retrouvons maintenant face
à un timide changement qui nous propose plutôt de changer un régime pour un
autre. C'est déplorable de constater que le MRNF n'a pas écouté les
revendications de l'ensemble des acteurs forestiers en intensifiant non
seulement les travaux d'aménagement, mais aussi ses investissements en forêt.
Comment peut-on faire fi d'une mesure qui permettrait de rassurer non
seulement la main-d'oeuvre de tout un secteur de notre foresterie, mais aussi
des régions où se réalisent ces travaux ? C'est vraiment nier l'évidence" a
souligné le directeur-général de l'AETSQ, M. Fabien Simard.
    "Le document de travail ne répond à aucune des attentes des coopératives
forestières. Celles-ci souhaitaient voir se renforcer la capacité d'optimiser
la chaîne de valeur et surtout la consolidation des entreprises et des
travailleurs de l'aménagement forestier. Il s'agit d'une très grande
déception" a ajouté le directeur-général de la FQCF, M. Jocelyn Lessard.
    En un mot, tous ceux qui travaillent en forêt publique n'arrivent pas à
comprendre pourquoi le gouvernement a rendu public un projet inachevé, et
cherchent surtout à savoir comment il espère mener la prochaine étape de
consultation alors qu'il ne semble avoir rien retenu de celle qui a suivi la
sortie du Livre vert. Nous sommes en droit de nous demander s'il a vraiment
pris la peine d'examiner les consensus réalisés lors du Sommet sur l'avenir du
secteur forestier.
    Les dirigeants de ces quatre regroupements entendent poursuivre leurs
démarches et faire en sorte qu'un projet de loi tienne compte ultimement du
réalisme et du gros bon sens afin de donner au Québec un régime forestier qui
contribue au retour de la compétitivité. "Sans une industrie et des
entreprises compétitives, il n'y a pas d'emplois, pas de projets novateurs,
pas d'investissements ! Pouvons-nous comprendre cela ?" ont conclu les quatre
porte-paroles des regroupements.

    Ces quatre organismes regroupent les principaux acteurs de la forêt
publique.




Renseignements :

Renseignements: Laurence Drouin, Adjointe aux communications, Conseil de
l'industrie forestière du Québec (CIFQ), (418) 657-7916, poste 411,
laurence.drouin@cifq.qc.ca; Fabien Simard, Directeur général, Association des
entrepreneurs en travaux sylvicoles du Québec (AETSQ), (418) 780-1360, Jocelyn
Lessard, Directeur général, Fédération québécoise des coopératives forestières
(FQCF), (418) 651-0388; Marc Beaudoin, Directeur général, Regroupement des
sociétés d'aménagement forestier du Québec (RESAM), (418) 877-1344


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.