D+H présente ses résultats du premier trimestre de 2013

Symbole boursier : DH
Site Web : www.dhltee.com

TORONTO, le 7 mai 2013 /CNW/ - Société Davis + Henderson (« D+H » ou la « Société ») a présenté aujourd'hui de solides résultats financiers pour le trimestre clos le 31 mars 2013 qui sont conformes au programme stratégique de la Société consistant à devenir un important fournisseur de technologies auprès du secteur des services financiers en Amérique du Nord.

« La croissance sur douze mois des produits, du BAIIA1 et du BAIIA ajusté1 au premier trimestre rend compte des progrès réalisés en matière de constitution d'une clientèle aux États-Unis au moyen d'initiatives internes et d'acquisitions, ainsi qu'en matière de prestation efficace d'importants services habilitants à nos clients canadiens », a affirmé Gerrard Schmid, chef de la direction. « Comme prévu, D+H a continué de mettre l'accent sur le service à la clientèle, le développement de technologies et l'efficience au niveau des coûts pour dégager de tels résultats. »

« Nous avons continué de tirer des avantages importants de nos activités récentes de transformation et d'intégration et les économies réalisées sont affectées au financement de la croissance et de l'innovation », a affirmé le chef des finances Brian Kyle. « Nous avons également pris deux importantes mesures au cours du trimestre afin d'améliorer notre position parmi les meilleurs fournisseurs de technologies auprès du secteur financier. Nous avons fait l'acquisition des actions restantes de Compushare Inc. le 29 janvier, dotant ainsi D+H de nouvelles solutions d'infonuagique pour le marché des services de technologies offerts au secteur financier, et nous avons également conclu le 7 mars une convention visant la vente d'actifs non stratégiques pour davantage axer nos activités sur les technologies offertes au secteur financier. Il est prévu que cette transaction sera menée à terme au cours du deuxième trimestre. »

Faits saillants du premier trimestre

  • Les produits des activités poursuivies se sont chiffrés à 171,7 millions de dollars, soit une augmentation de 6,3 millions de dollars, ou de 3,8 %, par rapport à ceux de 165,3 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2012, et ils rendent compte de la croissance des produits du secteur américain propulsée par l'inclusion des produits de Compushare Inc. (« Compushare ») et d'Avista Solutions, Inc. (« Avista ») et la croissance interne des produits des services en mode SaaS (Software as a Service) au point de vente.
  • Le bénéfice découlant des activités poursuivies s'est chiffré à 16,4 millions de dollars (0,2775 $ par action), soit une augmentation de 1,3 million de dollars, ou de 8,3 %, par rapport à celui de 15,2 millions de dollars (0,2562 $ par action) au même trimestre en 2012.
  • Le bénéfice net a atteint 5,7 millions de dollars (0,0969 $ par action), ayant reculé de 9,2 millions de dollars, ou de 61,6 %, par rapport à celui de 14,9 millions de dollars (0,2521 $ par action) pour le trimestre correspondant de 2012, essentiellement en raison de pertes liées aux activités poursuivies de 10,7 millions de dollars, partiellement contrebalancées par un profit de 1,6 million de dollars lié à la réévaluation à la juste valeur de la participation déjà détenue dans Compushare, comptabilisée à l'acquisition des actions en circulation restantes en janvier 2013.
  • Le BAIIA a atteint 42,0 millions de dollars (marge de 24,5 %), comparativement à 40,2 millions de dollars (marge de 24,3 %) pour le trimestre correspondant de 2012. La croissance du BAIIA rend compte de l'inclusion des chiffres de Compushare et d'Avista, de la croissance soutenue des autres services en mode SaaS et des économies réalisées grâce aux projets d'intégration et de transformation.
  • Le BAIIA ajusté a atteint 43,0 millions de dollars (marge de 25,1 %), en hausse de 2,0 millions de dollars, ou de 5,0 %, par rapport à celui de 41,0 millions de dollars (marge de 24,8 %) pour la période correspondante de 2012.
  • Le bénéfice net ajusté1 de 23,1 millions de dollars a augmenté de 1,3 million de dollars, ou de 5,9 %, en regard de celui de la période correspondante de 2012. Par action, le bénéfice net ajusté a augmenté pour s'établir à 0,3901 $ par action, comparativement à 0,3682 $ par action au premier trimestre de 2012.
  • Au cours du premier trimestre de 2013, D+H a versé à ses actionnaires un dividende d'un montant de 0,32 $ par action. Au cours de la période correspondante de 2012, la Société avait versé un dividende de 0,31 $ par action.
  • D+H a récemment été classée au 24e rang du palmarès des 250 meilleures sociétés du secteur des technologies de l'information et des communications, ainsi qu'en tête des cinq meilleures sociétés de services en mode SaaS dans l'édition 2013 du classement Branham300.

___________________________

1 Les résultats financiers de D+H sont présentés selon les IFRS. D+H présente certaines mesures financières non conformes aux IFRS, notamment le BAIIA, le BAIIA ajusté et le bénéfice net ajusté dont il est question précédemment. Le BAIIA ajusté correspond au BAIIA après ajustements afin d'exclure certains éléments notables tels que les coûts liés aux acquisitions et autres charges, y compris les coûts de transaction et de maintien en poste liés aux acquisitions, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, les charges liées à l'intégration des entreprises et les charges liées aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts, ces éléments n'étant pas considérés comme étant engagés dans le cours normal des activités. Le bénéfice net ajusté correspond au bénéfice net après ajustements afin d'exclure certains éléments hors trésorerie et certains autres éléments notables susmentionnés, les activités abandonnées, le profit à la réévaluation de la participation déjà détenue dans Computershare et l'incidence fiscale de ces ajustements, y compris l'incidence fiscale des acquisitions et de la conversion en société. Ces éléments sont exclus du calcul du BAIIA ajusté et du bénéfice net ajusté, car ils ne sont pas considérés comme représentatifs de la performance sous-jacente de l'entreprise pour la période à l'étude; la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants. Les mesures non conformes aux IFRS doivent être prises en compte à la lumière des états financiers établis conformément aux IFRS; elles ne doivent pas être prises en compte isolément ni perçues comme un substitut au bénéfice net ou aux flux de trésorerie établis conformément aux IFRS. Par ailleurs, il se peut que les mesures de D+H soient calculées différemment des mesures désignées de la même façon par d'autres sociétés. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.

Les états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités de D+H pour le premier trimestre de 2013, les notes afférentes aux états financiers et le rapport de gestion, ainsi que les informations financières supplémentaires, seront accessibles aujourd'hui sur www.dhltee.com et demain sur www.sedar.com.

Pour obtenir une analyse plus approfondie des résultats et les perspectives établies par la direction, il y a lieu de se reporter au rapport de gestion plus bas.

MISE EN GARDE AU SUJET DES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains énoncés compris dans le présent communiqué de presse constituent des renseignements prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables (les « énoncés prospectifs »). Les énoncés concernant les objectifs, les cibles, les stratégies, les intentions, les plans, les convictions, les attentes et les estimations de D+H, ainsi que son entreprise, ses activités et sa performance et sa situation financières constituent des énoncés prospectifs. Des termes et expressions comme « croire », « s'attendre à », « prévoir », « estimer » et « avoir l'intention de », aux formes présente, future ou conditionnelle, de même que d'autres mots et locutions similaires ou la forme négative de ces expressions, visent à signaler des énoncés prospectifs, mais ne devraient pas être considérés comme étant le seul moyen de le faire. D'importantes hypothèses sont posées dans le cadre de ces énoncés prospectifs, dont celles-ci en particulier : la capacité de D+H d'atteindre ses objectifs en matière de produits, de « BAIIA », de « BAIIA ajust »é et de « bénéfice net ajusté » (il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée des termes « BAIIA », « BAIIA ajusté » et « bénéfice net ajusté »); les conditions générales du secteur et la conjoncture économique; l'évolution des relations que D+H entretient avec ses clients et ses fournisseurs; les pressions exercées sur les prix et d'autres facteurs concurrentiels; les effets prévus des acquisitions sur la performance financière de D+H; et les avantages attendus des acquisitions. D+H a aussi utilisé certaines hypothèses macroéconomiques et générales pour rédiger ces énoncés prospectifs. Bien que D+H soit d'avis que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables sur la foi des renseignements disponibles en date des présentes, rien ne garantit que les résultats réels seront conformes à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont assujettis à des risques, à des incertitudes et à d'autres facteurs, connus et inconnus, qui pourraient faire en sorte que les résultats, la performance et les accomplissements réels de D+H, ainsi que l'évolution réelle de ses secteurs d'activité, diffèrent de manière importante des résultats, de la performance, des accomplissements et de l'évolution prévus qui sont formulés, implicitement ou explicitement, dans ces énoncés prospectifs.

Les risques liés aux énoncés prospectifs comprennent, notamment, les défis liés à la diminution de l'utilisation de chèques par les particuliers et les entreprises; la dépendance de la Société à l'égard d'un nombre limité de grandes institutions financières clientes ainsi qu'à l'accueil que celles-ci réservent à ses nouveaux programmes; les projets stratégiques entrepris par la Société dans le but d'atteindre ses objectifs financiers; la stabilité et la croissance des secteurs de l'immobilier, du financement hypothécaire et du crédit; l'augmentation de la pression sur les prix et de la concurrence lui faisant courir le risque de perdre des contrats ou de voir ses marges diminuer; de même que la conjoncture générale des marchés, y compris la dynamique de l'économie et des taux d'intérêt. Compte tenu de ces incertitudes, le lecteur est avisé de ne pas accorder de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Les documents intégrés par renvoi aux présentes indiquent également des facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats opérationnels et la performance financière de la Société. Les énoncés prospectifs sont fondés sur les projets, estimations, projections, convictions et opinions actuels de la direction, et D+H ne s'engage aucunement à mettre à jour les énoncés prospectifs si les hypothèses qui sous-tendent ces projets, estimations, projections, convictions et opinions venaient à changer, à l'exception de ce qui est prévu par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Tous les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué de presse et dans les documents intégrés par renvoi aux présentes sont visés par cette mise en garde ainsi que par d'autres mises en garde et facteurs indiqués aux présentes, et il n'existe aucune garantie que les résultats ou événements réels seront conformes à ceux-ci. Même s'ils se révélaient conformes, en totalité ou en partie, il n'existe aucune garantie qu'ils auront les résultats attendus pour la Société.

Téléconférence

D+H analysera ses résultats financiers du trimestre clos le 31 mars 2013 dans le cadre d'une conférence téléphonique qu'elle tiendra le mercredi 8 mai 2013, à 10 h HNE (heure de Toronto). Le numéro à composer pour cette conférence est le 647-427-7450, pour les personnes qui appellent de la région de Toronto et de l'étranger, ou le 1-888-231-8191, pour les personnes qui appellent des États-Unis et du Canada. La conférence sera animée par Gerrard Schmid, chef de la direction, et par Brian Kyle, chef des finances. Elle sera également accessible sur le site Web de Groupe CNW, à l'adresse www.newswire.ca/en/webcast/detail/1140931/1245367. Un enregistrement de la conférence sera offert aux personnes qui ne peuvent pas écouter l'événement à l'heure prévue. Il leur suffira de composer le 416-849-0833, dans la région de Toronto, ou le 1-855-859-2056, à l'extérieur de Toronto, et de saisir le code d'accès 33553731. La rediffusion sera accessible jusqu'au mercredi 22 mai 2013. La téléconférence sera par ailleurs archivée à l'adresse Web susmentionnée pendant un mois, et une transcription de la conférence pourra être consultée sur le site www.dhltee.com.

AUTRES RENSEIGNEMENTS

D'autres renseignements relatifs à la Société, y compris la plus récente notice annuelle qu'elle a déposée, peuvent être consultés sur le site SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

RAPPORT DE GESTION

Le présent rapport de gestion a été préparé en date du 7 mai 2013 et doit être lu en parallèle avec le rapport de gestion figurant dans le rapport annuel de Société Davis + Henderson (la « Société », l'« Entreprise », « Davis + Henderson », « D+H » ou « nous ») de l'exercice clos le 31 décembre 2012, daté du 26 février 2013, et les états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités ci-joints du trimestre clos le 31 mars 2013. Les facteurs externes, qu'ils soient de nature économique ou propres au secteur d'activité, demeurent essentiellement les mêmes que ceux qui sont décrits dans le rapport de gestion annuel et la dernière notice annuelle déposée de la Société, exception faite de ce qui est mentionné dans les présentes.

MESURES FINANCIÈRES NON CONFORMES AUX IFRS

Les données fournies dans les tableaux du présent rapport de gestion incluent certaines mesures financières ajustées comme le « BAIIA » (bénéfice découlant des activités poursuivies compte non tenu des intérêts, de l'impôt, des amortissements et des ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt qui sont directement liés aux charges d'intérêts, au bénéfice découlant de la participation dans une entreprise associée et au profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue) et des mesures financières ajustées telles que le « BAIIA ajusté » (BAIIA après ajustements afin d'exclure les charges liées aux acquisitions et autres charges, notamment les charges engagées en lien avec les mesures de réharmonisation de la structure de coûts, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, certaines charges liées au maintien en poste et aux incitatifs, les coûts de transaction ainsi que les charges liées à l'intégration des entreprises se rapportant aux acquisitions qui ont été engagées, toutes ces charges n'étant pas considérées comme étant engagées dans le cours normal des activités et n'étant pas représentatives de la performance sous-jacente de l'Entreprise), le « bénéfice net ajusté » (bénéfice net avant certaines charges hors trésorerie comme l'amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions et les ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt et certains autres éléments notables, notamment les coûts liés aux acquisitions et autres charges, les activités abandonnées, y compris l'incidence fiscale de ces éléments, et l'incidence fiscale des acquisitions et de la conversion en société par actions), et le « bénéfice net ajusté par action », ces notions n'étant pas définies selon les Normes internationales d'information financière (les « IFRS »).

Les mesures financières non conformes aux IFRS présentées ci-après doivent être lues à la lumière des comptes consolidés de résultat. Il y a lieu de se reporter au rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté et du bénéfice net ajusté avec la mesure IFRS la plus directement comparable, soit le bénéfice net, à la rubrique « Résultats opérationnels » du présent rapport de gestion.

La direction est d'avis que ces mesures supplémentaires fournissent des renseignements additionnels utiles sur les résultats opérationnels de la Société. Ces totaux partiels sont utilisés par la direction à titre de mesures de la performance financière ainsi que comme complément aux comptes consolidés de résultat. Les investisseurs sont priés de noter que ces mesures ne devraient pas être interprétées comme un substitut au bénéfice net en tant que mesure de la rentabilité, aux comptes consolidés de résultat préparés aux termes des IFRS ou à tout autre état préparé aux termes des IFRS.

Par ailleurs, ces mesures n'ont pas de signification normalisée et la méthode de calcul dont D+H se sert pour établir chaque solde pourrait ne pas être comparable à celle qu'utilisent d'autres sociétés pour calculer des éléments dont l'appellation est identique.

BAIIA

En plus d'être utilisé par la direction comme indicateur interne de la performance financière, le BAIIA (compte tenu des ajustements) sert à mesurer la conformité à certaines clauses restrictives de nature financière prévues aux termes de la facilité de crédit et des obligations de la Société. Le BAIIA est aussi utilisé par D+H afin d'évaluer la performance et la valeur d'une entreprise. Le BAIIA comporte des limites à titre d'outil d'analyse et il ne doit pas être considéré isolément par le lecteur ni perçu par ce dernier comme un substitut à une analyse des résultats aux termes des IFRS.

BAIIA ajusté

Le BAIIA ajusté est aussi utilisé par D+H afin d'évaluer la performance de ses activités. Le BAIIA ajusté ne tient pas compte de ce qui suit : i) les coûts liés aux acquisitions comme les coûts de transaction, les coûts liés aux regroupements d'entreprises et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs se rapportant aux acquisitions; et ii) les autres charges telles les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et les coûts engagés dans le cadre des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, ces coûts et charges n'étant pas considérés comme faisant partie du cours normal des activités. Ces éléments sont exclus du calcul du BAIIA ajusté, car ils ne sont pas considérés comme étant représentatifs de la performance sous-jacente de l'Entreprise pour la période à l'étude; la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.

Tout comme le BAIIA, le BAIIA ajusté comporte des limites à titre d'outil d'analyse et il ne doit pas être considéré isolément par le lecteur ni perçu par ce dernier comme un substitut à une analyse des résultats aux termes des IFRS.

Bénéfice net ajusté et bénéfice net ajusté par action

Tout comme le bénéfice net, le bénéfice net ajusté sert de mesure interne de la performance, mais il est calculé déduction faite des incidences de certains éléments notables, notamment les coûts liés aux acquisitions et autres charges, y compris les coûts de transaction, les coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs et les charges liées à l'intégration des entreprises; les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et les charges engagées dans le cadre des mesures de réharmonisation de la structure de coût, ces coûts et charges n'étant pas considérés comme ne faisant partie du cours normal des activités; les activités abandonnées; et certaines charges hors trésorerie comme l'amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions, le profit à la réévaluation de la participation déjà détenue dans Compushare et les ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt. Les incidences fiscales de la conversion en société par actions et des acquisitions sont également exclues du bénéfice net ajusté. Ces éléments sont exclus du calcul du bénéfice net ajusté, car ils ne sont pas considérés comme représentatifs de la performance financière de l'Entreprise pour les périodes à l'étude.

STRATÉGIE

D+H aspire à devenir un important fournisseur de technologies auprès du secteur des services financiers en Amérique du Nord. Les sociétés de prestation de solutions technologiques au secteur des services financiers développent et offrent des produits et services fondés sur les technologies destinés aux banques, aux coopératives de crédit et aux autres clients de premier plan du secteur des services financiers qui ont recours à ces solutions pour stimuler la croissance, améliorer la convivialité pour les clients, simplifier les activités, réduire les coûts liés aux infrastructures et améliorer la conformité.

La stratégie de D+H consiste à se positionner comme chef de file dans des créneaux bien définis et en croissance du secteur des services financiers, ainsi qu'à consolider ces positions au moyen de solutions technologiques qui accroissent la valeur pour sa clientèle et ses actionnaires. La Société prévoit mettre en œuvre sa stratégie au moyen de projets internes, d'associations avec des tiers et d'acquisitions ciblées. En accroissant les produits au moyen des initiatives internes, d'acquisitions stratégiques et du maintien d'activités efficaces, D+H prévoit atteindre son objectif financier à long terme consistant à accroître ses résultats.

Au cours des derniers exercices, D+H a mis en œuvre sa stratégie en améliorant les solutions de paiement, en réalisant plusieurs acquisitions, notamment celle de Compushare en janvier 2013, en améliorant davantage ses services et ses diverses capacités et en réalisant de nouvelles économies.

La progression de D+H au sein du classement FinTech 100, liste des meilleurs fournisseurs de technologies auprès du secteur financier au monde (selon leurs produits tirés des produits et services financiers technologiques) dressée par American Banker, Bank Technology News et IDC Financial Insights, ainsi qu'au palmarès Branham300 rendent compte des capacités technologiques croissantes de D+H et des mesures qu'elle a prises dans le but de fournir un large éventail de produits et services financiers technologiques à ses clients, en continuant notamment d'innover et de prendre de l'expansion afin de mieux répondre aux besoins du secteur des services financiers.

Au sein du secteur américain, son objectif stratégique consiste à établir un éventail de services technologiques, l'accent étant mis sur les services en mode SaaS et les solutions infonuagiques, en vue de mieux servir les banques régionales et locales ainsi que les coopératives de crédit. La Société prévoit soutenir cette stratégie au moyen de projets internes en offrant des services connexes, comme l'illustre sa récente expansion dans le secteur des technologies de montage de prêts à la consommation, ainsi qu'au moyen de nouvelles acquisitions aux États-Unis qui lui permettront d'élargir ses capacités auprès des banques et coopératives de crédit.

Conformément à la stratégie de la Société, la direction s'emploie dorénavant i) à poursuivre ses projets de croissance interne aux États-Unis et au Canada, ii) à assurer l'évolution de ses programmes de solutions de paiement, iii) à accroître la valeur pour les clients et élargir ses services fondés sur la technologique relatifs aux prêts hypothécaires, aux prêts automobiles, aux prêts personnels, aux prêts aux étudiants, ainsi qu'aux marchés du crédit commercial et de la location, et iv) à repérer des cibles d'acquisition pertinentes afin d'appuyer l'orientation stratégique de D+H.

Pour obtenir une analyse plus approfondie des résultats du trimestre clos le 31 mars 2013 et pour connaître les perspectives établies par la direction, il y a lieu de se reporter aux rubriques s'y rapportant.

PRINCIPES COMPTABLES ET PRÉSENTATION DE L'INFORMATION FINANCIÈRE

Les états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités de la Société ont été préparés selon les IFRS publiées par l'International Accounting Standards Board (l'« IASB »), plus particulièrement l'IAS 34, Information financière intermédiaire.

Les résultats des activités poursuivies comprennent la performance des entreprises acquises à compter de la date de leur acquisition et excluent les résultats des activités classées dans les activités abandonnées.

Depuis le 1er janvier 2013, D+H présente ses produits selon les catégories suivantes : i) solutions de paiement; ii) solutions de traitement de prêts (anciennement les services de gestion de prêts et services d'enregistrement et de recouvrement de prêts) et iii) solutions technologiques bancaires (anciennement services technologiques de crédit). Aux fins de la présentation de l'information sectorielle, les solutions de paiement, les solutions de traitement de prêts et les solutions technologiques bancaires, qui comprennent les solutions technologiques bancaires s'adressant au marché des prêts hypothécaires au Canada et les solutions technologiques de crédit commercial, de prêts aux petites entreprises et de location, sont présentées dans le secteur canadien. Le secteur américain comprend les solutions technologiques bancaires s'adressant au marché des prêts hypothécaires aux États-Unis, y compris les résultats des solutions en mode SaaS au point de vente et de montage de prêts ainsi que des solutions infonuagiques de Compushare.

Les périodes comparatives ont été retraitées pour être conformes au classement actuel.

Tous les montants sont présentés en dollars canadiens, à moins d'indication contraire.

ACQUISITION

Compushare

Le 29 janvier 2013, D+H a annoncé qu'elle avait acheté le reste des actions en circulation de Compushare inc., société basée à Santa Ana, en Californie, qui fournit des services de gestion technologique et d'infonuagique auprès des institutions financières. Cette acquisition s'ajoute à la participation ne donnant pas le contrôle initiale annoncée le 24 avril 2012 et D+H devient, au moyen de cette transaction, le propriétaire exclusif de Compushare. Compushare offre une gamme complète de solutions technologiques conçues expressément pour les institutions financières aux banques locales, aux coopératives de crédit ainsi qu'à d'autres fournisseurs de services financiers en proposant des solutions de gestion de systèmes et de sécurité de réseaux ainsi que des applications. L'acquisition a été financée à même les facilités de crédit existantes de D+H.

Les résultats de Compushare ont été présentés dans le secteur américain aux fins de la présentation de l'information sectorielle. Pour obtenir de plus amples renseignements sur l'acquisition et l'attribution du prix d'acquisition, il y a lieu de se reporter à la note 4 afférente aux états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités pour le trimestre clos le 31 mars 2013. La Société n'a pas terminé son évaluation des actifs acquis et des passifs repris dans le cadre de l'acquisition; par conséquent, les informations portant sur l'acquisition présentées dans les présentes peuvent faire l'objet de changements.

Lors de l'acquisition de la participation restante le 29 janvier 2013, un profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue a été comptabilisé conformément aux IFRS.

DESSAISISSEMENT

Le 7 mars 2013, D+H a annoncé qu'elle avait conclu une convention visant le dessaisissement de ses activités de traitement non stratégiques, qui comprennent les services de cartes de crédit, de centres d'appels, d'avantages sociaux et d'administration ainsi que de coupons et rabais, de même que les services immobiliers. Ces activités s'adressaient essentiellement à des détaillants, à des chambres immobilières et à des sociétés manufacturières de produits emballés et offraient des services qui ne sont pas considérés comme faisant partie des activités stratégiques de D+H à long terme, lesquelles consistent à offrir des services aux institutions financières. Il est prévu que cette transaction sera menée à terme au cours du deuxième trimestre de 2013, après la réception des consentements requis de la part des organismes de réglementation et des clients.

Les résultats opérationnels de ces composantes, qui étaient auparavant compris dans les Solutions aux entreprises et les services de gestion de prêts du secteur canadien, ont été reclassés à titre d'activités abandonnées pour toutes les périodes présentées et les actifs et passifs connexes ont été classés dans les actifs et passifs détenus en vue de la vente à l'état consolidé de la situation financière pour le trimestre clos le 31 mars 2013, conformément aux IFRS. Se reporter à la note 14 afférente aux états financiers consolidés intermédiaires résumés non audités pour le trimestre clos le 31 mars 2013 pour obtenir de plus amples renseignements à l'égard de l'incidence de ces activités abandonnées sur les états financiers de la Société.

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS - PREMIER TRIMESTRE DE 2013

Les données des tableaux présentés ci-après doivent être lues à la lumière du compte consolidé intermédiaire résumé de résultat pour le trimestre clos les 31 mars 2013. Certaines de ces données ont été établies au moyen de mesures non conformes aux IFRS. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements additionnels utiles. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux IFRS » pour obtenir une description des termes non conformes aux IFRS qui ont été utilisés.

Les résultats consolidés comprennent ceux de Compushare à compter de sa date d'acquisition, soit le 29 janvier 2013. Les produits et les charges liés à Compushare ont été présentés dans le secteur américain.

Survol

Globalement, D+H a réalisé au cours du premier trimestre de 2013 une solide performance opérationnelle qui a été conforme à son objectif stratégique consistant à devenir un important fournisseur de technologies financières auprès du secteur des services financiers en Amérique du Nord. La croissance sur douze mois des produits est principalement attribuable au secteur américain et rend compte de l'inclusion de Compushare et d'Avista, de même que de la croissance interne des produits tirés des services en mode SaaS au point de vente. Les secteurs canadien et américain ont chacun contribué à la croissance sur douze mois du BAIIA et du BAIIA ajusté, grâce aux économies réalisées au moyen de la réharmonisation de la structure de coûts pour ce qui est du secteur canadien et aux acquisitions et à la croissance interne pour ce qui est du secteur américain. Le bénéfice net consolidé pour le premier trimestre de 2013 a été inférieur à celui de la période correspondante de 2012, en raison principalement de la perte découlant des activités abandonnées relativement au dessaisissement. Le bénéfice net ajusté consolidé, lequel ne tient pas compte de la perte découlant des activités abandonnées, a été plus élevé que celui de la période comparative.

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

  Trimestres clos le 31 mars
  2013   2012  
Produits       171 661 $       165 321 $
Charges 129 664   125 074  
BAIIA1 41 997   40 247  
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à
des acquisitions
6 519   6 465  
Amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions 10 914   10 395  
Charges d'intérêts 4 471   4 821  
Bénéfice découlant de la participation dans une entreprise associée, après impôt 2 (130)   -  
Profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue2 (1 587)   -  
Ajustements de la juste valeur des instruments dérivés3 (107)   (1 645)  
Charge d'impôt 5 480   5 034  
Bénéfice découlant des activités poursuivies 16 437   15 177  
Perte découlant des activités abandonnées, après impôt4 (10 695)   (243)  
Bénéfice net       5 742 $       14 934 $
         
Bénéfice découlant des activités poursuivies par action de base et dilué5,6       0,2775 $       0,2562 $
Perte découlant des activités abandonnées par action de base et diluée, après impôt4, 5, 6       (0,1806) $       (0,0041) $
Bénéfice net par action de base et dilué5, 6       0,0969 $       0,2521 $

1  Le BAIIA est une mesure non conforme aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour une définition complète de cette mesure.
2  Le bénéfice découlant de la participation dans une entreprise associée est constitué de la quote-part revenant à D+H du bénéfice de Compushare, dont la Société a acquis une participation ne donnant pas le contrôle le 24 avril 2012. À l'acquisition de la participation restante en janvier 2013, un profit découlant de la réévaluation de la participation déjà détenue a été comptabilisé conformément aux IFRS.
3  Comprend des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée au compte consolidé de résultat.
4  Le 7 mars 2013, D+H a annoncé qu'elle avait conclu une convention visant le dessaisissement de plusieurs de ses activités de services de traitement non stratégiques. Ces activités étaient présentées dans les solutions aux entreprises et de gestion de prêtsau cours des périodes antérieures et sont maintenant classées à titre d'activités abandonnées pour la période considérée et la période comparative présentées.
5  Le bénéfice net dilué par action rend compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen du marché pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul de l'effet dilutif.
6  Le nombre moyen pondéré d'actions en circulation s'est élevé à 59 233 373 actions pour le premier trimestre de l'exercice 2013 (59 233 373 actions pour le premier trimestre de 2012).





(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Produits       171 661 $       165 321 $
Charges 129 664   125 074  
         
BAIIA1 41 997   40 247  
Marge du BAIIA 24,5 %       24,3 %
Ajustements        
  Coûts liés aux acquisitions et autres charges2 1 028   737  
         
BAIIA ajusté1       43 025 $       40 984 $
Marge du BAIIA ajusté       25,1 %       24,8 %

Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.
2  Pour le premier trimestre de 2013, les coûts liés aux acquisitions et autres charges comprennent des coûts de transaction, certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés aux acquisitions d'entreprises ainsi que des charges liées à l'intégration des entreprises. Les coûts liés aux acquisitions et autres charges pour la période correspondante de 2012 comprenaient certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés aux acquisitions de Mortgagebot et d'Avista.

  Trimestres clos les 31 mars
  2013 c. 2012
  Variation (%)
Produits   3,8 %
BAIIA1   4,3 %
BAIIA ajusté1   5,0 %

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Bénéfice net       5 742 $       14 934 $
Ajustements        
  Éléments hors trésorerie        
    Amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions 10 914   10 395  
    Profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue2 (1 587)   -  
    Ajustements de la juste valeur des instruments dérivés3 (107)   (1 645)  
  Autres éléments notables        
    Coûts liés aux acquisitions et autres charges4 1 028   737  
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus6 (3 578)   (2 854)  
  Perte découlant des activités abandonnées, après impôt5 (10 695)   243  
Bénéfice net ajusté1       23 107 $       21 810 $
         
Bénéfice net ajusté par action, de base et dilué1, 7, 8       0,3901 $       0,3682 $




  Trimestres clos les 31 mars
  2013 c. 2012
  Variation (%)
Bénéfice net ajusté par action, debase et dilué1, 7, 8   5,9 %

1   Le bénéfice net ajusté et le bénéfice net ajusté par action sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.
2   À l'acquisition de la participation restante dans Compushare en janvier 2013, un profit découlant de la réévaluation de la participation déjà détenue a été comptabilisé conformément aux IFRS.
3  Comprend des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée au compte consolidé de résultat.
4  Pour le premier trimestre de 2013, les coûts liés aux acquisitions et autres charges comprennent des coûts de transaction, certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs et des coûts d'intégration des entreprises relatifs aux acquisitions.
5  Le 7 mars 2013, D+H a annoncé qu'elle avait conclu une convention visant le dessaisissement de ses activités de services de traitement non stratégiques. Ces activités étaient présentées dans les solutions aux entreprises et de gestion de prêtsau cours des périodes antérieures et sont maintenant classées à titre d'activités abandonnées pour la période considérée et la période comparative présentées.
6  Les ajustements suivants au bénéfice net ont été imposés à leur taux d'impôt respectif : i) l'amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions; ii) les ajustements de la juste valeur des instruments dérivés; et iii) les coûts liés aux acquisitions et autres charges.
7  Le bénéfice net ajusté dilué par action (mesure non conforme aux IFRS) rend compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen du marché pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul de l'effet dilutif.
8  Le nombre moyen pondéré d'actions en circulation s'est élevé à 59 233 373 actions pour le premier trimestre de l'exercice 2013 (59 233 373 actions pour le premier trimestre de 2012).

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS SECTORIELS

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

                                     
                Trimestres clos les 31 mars
  Secteur canadien   Secteur américain   Siège social     Résultats consolidés
  2013   2012     2013   2012     2013   2012       2013   2012  
Produits       152 380 $       153 730 $         19 281 $       11 591 $   - $  - $    171 661 $       165 321 $
Charges 117 361   118 785     11 275   5 552     1 028   737     129 664   125 074  
BAIIA1 35 019   34 945     8 006   6 039     (1 028)   (737)     41 997   40 247  
Marge du BAIIA 23,0 % 22,7 %   41,5 % 52,1 %   -   -     24,5 % 24,3 %
Ajustements                                      
  Coûts liés aux acquisitions et
autres charges2
-   -     -   -     1 028   737     1 028   737  
BAIIA ajusté1       35 019 $       34 945 $         8 006 $       6 039 $   - $ - $        43 025 $       40 984 $
Marge du BAIIA ajusté 23,0 % 22,7 %   41,5 % 52,1 %   -   -     25,1 % 24,8 %

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.
2  Pour le premier trimestre de 2013, les coûts liés aux acquisitions et autres charges comprennent des coûts de transaction, certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés aux acquisitions d'entreprises ainsi que des charges liées à l'intégration des entreprises. Les coûts liés aux acquisitions et autres charges pour la période correspondante de 2012 comprenaient certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés aux acquisitions de Mortgagebot et d'Avista.

    Trimestres clos les 31 mars
  Secteur
canadien
Secteur
américain
Résultats
consolidés
  2013 c. 2012 2013 c. 2012 2013 c. 2012
  Variation (%) Variation (%) Variation (%)
Produits (0,9)% 66,3 % 3,8 %
BAIIA 1 0,2 % 32,6 % 4,3 %
BAIIA ajusté 1 0,2 % 32,6 % 5,0 %

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux IFRS » pour obtenir une description plus détaillée de ces termes.

PRODUITS

Produits consolidés

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Solution de paiement       73 679 $       74 781 $
Solution de traitement de prêts1 65 123   64 401  
Solutions technologiques bancaires2 32 859   26 139  
         
        171 661  $       165 321  $

1  Présenté à titre de services de gestion de prêts et de services d'enregistrement et de recouvrement de prêts au cours des périodes antérieures.
2  Présenté à titre de services technologiques de crédit au cours des périodes antérieures.

Les produits consolidés du premier trimestre de 2013 se sont établis à 171,7 millions de dollars, en hausse de 6,3 millions de dollars, ou de 3,8 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2012. L'augmentation est principalement attribuable à la croissance dans le secteur américain par suite de l'inclusion des résultats de Compushare avec prise d'effet le 29 janvier 2013, de ceux d'Avista acquise le 3 mai 2012 et de la croissance interne soutenue de Mortgagebot.

Produits - secteur canadien

Le total des produits dans le secteur canadien pour le premier trimestre de 2013 s'est chiffré à 152,4 millions de dollars, en baisse de 1,4 million de dollars, ou de 0,9 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2012.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Solution de paiement       73 679  $       74 781 $
Solution de traitement de prêts1 65 123   64 401  
Solutions technologiques bancaires2 13 578   14 548  
         
        152 380  $       153 730  $

1  Présenté à titre de services de gestion de prêts et de services d'enregistrement et de recouvrement de prêts au cours des périodes antérieures.
2  Présenté à titre de services technologiques de crédit au cours des périodes antérieures. Ne tient pas compte des produits tirés de Mortgagebot, d'Avista et de Compushare.

Solutions de paiement

Les solutions de paiement comprennent i) le programme d'approvisionnement en chèques à l'intention des particuliers et des petites entreprises titulaires de comptes auprès des clients du secteur des services financiers de la Société; et ii) divers services de protection avec abonnement et autres services destinés aux comptes de chèques et de cartes de crédit. Ces offres de services (compte non tenu des services de protection et contre l'usurpation d'identité qui sont intégrés aux commandes de chèques) constituent à l'heure actuelle une petite part des produits de cette catégorie de produits. Les volumes de commandes de chèques diminuent, car les consommateurs et les petites entreprises choisissent d'autres méthodes de paiement. Ce repli des volumes a été atténué par l'augmentation de la valeur moyenne des commandes de chèques et par l'accroissement des services de protection offerts dans le cadre des programmes proposés aux titulaires de comptes de chèques et de cartes de crédit.

Les produits tirés de solutions de paiement se sont chiffrés à 73,7 millions de dollars au cours du premier trimestre de 2013, en baisse de 1,1 million de dollars, ou de 1,5 %, par rapport à ceux de la période correspondante de 2012. Pour le premier trimestre de 2013, les produits tirés des solutions de paiement ont rendu compte de la diminution du volume de commandes de chèques, diminution en partie contrebalancée par les incidences favorables découlant de l'augmentation de la valeur moyenne des commandes et de l'amélioration des produits et services offerts dans le cadre des programmes liés aux comptes de chèques et aux cartes de crédit. Les produits pour le trimestre considéré ont également été touchés par le fait que le premier trimestre de 2013 comptait deux jours ouvrables de moins que le premier trimestre de l'exercice précédent. La direction estime que la tendance à la baisse des commandes de chèques se chiffre à quelques points de pourcentage par année, et au cours des périodes récentes, une plus grande volatilité des volumes de commandes de chèques personnels a été observée, alors que le recul des volumes de commandes de chèques d'entreprises continue de se situer à quelques points de pourcentage et de présenter une faible volatilité relative. La direction est d'avis que ces tendances se poursuivront tout au long de 2013. D+H continue d'améliorer les services offerts afin de neutraliser cette tendance et de stimuler la croissance future dans cette catégorie de produits.

Solutions de traitement de prêts

Les solutions de traitement de prêts sont constituées de deux ensembles distincts de solutions clients : l'enregistrement et le recouvrement de prêts d'une part, et les services d'administration des prêts aux étudiants d'autre part. Les services d'enregistrement et de recouvrement de prêts, qui comptent pour environ 55 % à 65 % des produits de cette catégorie, concourent aux activités de prêts personnels et de crédit commercial de nos clients des services financiers en assurant l'enregistrement et la gestion des données relatives aux prêts garantis pour les prêts personnels et hypothécaires et en offrant des services de recouvrement pour les activités de crédit garanti et non garanti. Les prêts destinés à l'achat d'automobiles représentent un facteur important d'activités; par conséquent, les produits peuvent varier. En règle générale, la cyclicité économique et les fluctuations saisonnières ont une incidence sur les services d'enregistrement, tandis que les services de recouvrement sont en général contra-cycliques. Les services connexes de cette catégorie de produits comprennent les services de mainlevée d'hypothèques et divers services de recherche, qui sont dans les deux cas destinés aux institutions financières clientes.

Dans notre secteur des services d'administration de prêts étudiants, qui représente de 35 % à 45 % des produits de cette catégorie, nous gérons un portefeuille de 20 milliards de dollars regroupant des services offerts à 1,7 million d'étudiants au nom de gouvernements et prêteurs canadiens. Nos services comprennent l'inscription des étudiants, la gestion des débours de fonds, le suivi des prêts, les services de soutien aux étudiants, la présentation de rapports et le recouvrement. Les volumes des services de gestion de prêts aux étudiants ont été généralement stables, connaissant une modeste croissance attribuable au solde plus élevé des prêts aux étudiants et aux échéances prolongées de ceux-ci.

Les produits tirés du traitement des prêts se sont chiffrés à 65,1 millions de dollars au premier trimestre de 2013, soit une augmentation de 0,7 million de dollars, ou de 1,1 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2012. Cette hausse est principalement le fait de l'augmentation des volumes de transactions liées aux services d'enregistrement, laquelle découle d'une reprise soutenue sur les marchés de l'automobile et des prêts automobiles et d'une augmentation des services de recouvrement de prêts automobiles. Ces augmentations ont été partiellement contrebalancées par une réduction attendue des commissions découlant d'une annonce ayant été faite antérieurement à propos de la consolidation et de l'intégration de services entre deux clients au sein du programme de prêts aux étudiants. Les volumes liés aux services d'administration de prêts aux étudiants devraient demeurer relativement stables et enregistrer une faible hausse à court terme. Nous nous attendons à ce que l'incidence du regroupement et de l'intégration des deux clients susmentionnés sur les produits se fasse sentir pendant tout le premier semestre de 2013. Des mesures de gestion des coûts et d'amélioration de l'efficience de la prestation des services sont mises en œuvre dans le but d'atténuer l'incidence de la réduction des commissions et des frais liée au récent regroupement de clients. Les avantages que nous avons commencé à tirer de ces projets de gestion des coûts en 2012 devraient se poursuivre en 2013.

Solutions technologiques bancaires

Les solutions technologiques bancaires faisant partie du secteur canadien comprennent des services destinés au marché des prêts hypothécaires au Canada. En outre, la Société offre au Canada et aux États-Unis des produits et des services technologiques destinés aux secteurs de la location, du crédit commercial et des prêts aux petites entreprises. Aux fins de la présentation de l'information sectorielle, les produits tirés des solutions technologiques de crédit destinées aux marchés des prêts hypothécaires au Canada ainsi que des produits et solutions technologiques de location, de crédit commercial et de prêts aux petites entreprises sont présentés dans le secteur canadien. Les produits liés aux marchés des prêts hypothécaires représentent à l'heure actuelle environ 75 % à 85 % des produits de cette catégorie, dont environ 35 % à 45 % proviennent des commissions gagnées sur les transactions liées au montage de prêts hypothécaires au Canada. Les commissions gagnées dans le cadre des services liés au montage de prêts hypothécaires sont variables et de nombreux facteurs peuvent avoir une incidence sur celles-ci, notamment la conjoncture économique, le marché de l'habitation, les taux d'intérêt et les changements apportés à la réglementation gouvernementale.

Les produits tirés des solutions bancaires technologiques dans le secteur canadien se sont situés à 13,6 millions de dollars pour le premier trimestre de 2013, soit un recul de 1,0 million de dollars, ou de 6,7 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2012. Les produits du premier trimestre de 2013 ont été touchés par la baisse des commissions de montage de prêts hypothécaires en raison du ralentissement du marché de l'habitation et du financement hypothécaire au Canada et des variations de prix en regard du trimestre correspondant de 2012. De façon générale, en raison des nouvelles règles hypothécaires annoncées par le ministère des Finances en 2012, les analystes du secteur prévoient que la baisse des prix et le ralentissement des ventes récemment observés sur le marché canadien de l'habitation se poursuivront dans les principaux centres urbains tout au long de 2013. Les produits des périodes futures pourraient continuer d'être touchés par les modifications de prix, lesquelles devraient être compensées par d'éventuels produits tirés du lancement de nouveaux produits sur le marché canadien des prêts, y compris l'élargissement de nos solutions technologiques à l'ensemble de la chaîne de valeur du crédit

Produits - secteur américain
(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Solutions technologiques bancaires       19 281 $       11 591 $
         
        19 281  $       11 591  $

Les produits tirés des solutions de montage de prêts en mode SaaS aux États-Unis attribuables aux services en nuage de Mortgagebot, Avista et Compushare sont présentés dans le secteur américain. Une proportion représentant de 65 % à 75 % des produits américains liés au marché des prêts hypothécaires a trait à des frais d'abonnement récurrents et quelque 15 % à 25 % ont trait à des commissions gagnées sur des transactions.

Les produits pour le premier trimestre de 2013 se sont établis à 19,3 millions de dollars, en hausse de 7,7 millions de dollars, ou de 66,3 %, par rapport à ceux de 11,6 millions de dollars du trimestre correspondant de 2012. L'augmentation est attribuable à la prise en compte des résultats de Compushare depuis son acquisition le 29 janvier 2013 et d'Avista depuis son acquisition en mai 2012, ainsi qu'à la croissance interne de Mortgagebot liée à l'accroissement de notre clientèle.

CHARGES

Charges consolidées

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Rémunération et avantages du presonnel1       47 047 $       44 572 $
Charges directes autres que de rémunération2 58 042   56 947  
Autres charges opérationnelles3 24 575   23 555  
         
        129 664 $       125 074 $

1  Sur une base consolidée, les crédits d'impôt pour apprentissage et les montants inscrits à l'actif en lien avec la mise au point de logiciels sont déduits des charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel, qui incluent des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à des acquisitions d'entreprises.
2  Les charges directes autres que de rémunération comprennent le coût des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers.
3  Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires, la rémunération des entrepreneurs, les coûts de transaction liés aux acquisitions d'entreprises et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories.

Les charges consolidées de 129,7 millions de dollars du premier trimestre de 2013 ont augmenté de 4,6 millions de dollars, ou de 3,7 %, par rapport à celles du premier trimestre de 2012, et comprennent des coûts liés aux acquisitions et autres charges s'élevant à 1,0 million de dollars n'étant pas considérées comme faisant partie du cours normal des activités et étant comptabilisées dans les charges du siège social. La prise en compte des charges de Compushare et d'Avista a également contribué à l'augmentation au premier trimestre de 2013.

Charges - secteur canadien

Les charges du secteur canadien ont totalisé 117,4 millions de dollars pour le premier trimestre de 2013, en baisse de 1,4 million de dollars, ou de 1,2 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2012.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Rémunération et avantages du presonnel1       39 523 $       40 802 $
Charges directes autres que de rémunération2 57 469   56 690  
Autres charges opérationnelles3 20 369   21 293  
         
        117 361 $       118 785  $

1  Les crédits d'impôt pour apprentissage et les montants inscrits à l'actif en lien avec la mise au point de logiciels sont déduits des charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel.
2  Les charges directes autres que de rémunération comprennent le coût des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers.
3  Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires, la rémunération des entrepreneurs et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories. Les frais de gestion intersectoriels reçus du secteur américain sont déduits des autres charges opérationnelles.

Pour le premier trimestre de 2013, les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel se sont élevées à 39,5 millions de dollars dans le secteur canadien, en baisse de 1,3 million de dollars, ou de 3,1 %, en regard de celles du trimestre correspondant de 2012, essentiellement en raison des économies réalisées grâce aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts prises en 2012.

Les charges directes autres que de rémunération ont été de 57,5 millions de dollars au premier trimestre de 2013, soit une augmentation de 0,8 million de dollars, ou de 1,4 %, en regard de celles du trimestre correspondant de 2012. De façon générale, ces charges fluctuent dans le même sens que les produits. Une augmentation des charges directes liées au secteur des solutions de traitement de prêts suivant la hausse des produits a été atténuée par une baisse des charges directes liées au secteur des solutions de paiement, suivant également les produits de ce secteur.

Les autres charges opérationnelles de 20,4 millions de dollars au premier trimestre de 2013 ont diminué de 0,9 million de dollars, ou de 4,3 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2012, en raison surtout des économies réalisées grâce aux activités de transformation et d'intégration.

Charges - secteur américain

Le total des charges du secteur américain s'est élevé à 11,3 millions de dollars pour le premier trimestre de 2013, en hausse de 5,7 millions de dollars, ou de 103,1 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2012. L'augmentation découle principalement de la prise en compte des coûts de Compushare et d'Avista.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Rémunération et avantages du personnel2       6 632  $       3 147  $
Charges directes autres que de rémunération 573   257  
Autres charges opérationnelles1 4 070   2 148  
         
        11 275 $       5 552 $

1

2




Les autres charges opérationnelles comprennent les frais de gestion intersectoriels, les frais d'occupation et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories.
La rémunération et les avantages du personnel sont présentés déduction faite des montants inscrits à l'actif au titre du développement de logiciels.

 



Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel du secteur américain se sont élevées à 6,6 millions de dollars au premier trimestre de 2013, en hausse de 3,5 millions de dollars, ou de 110,7 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2012. L'augmentation au premier trimestre de 2013 est principalement attribuable à la prise en compte des coûts de Compushare et d'Avista, ainsi qu'à la hausse des charges liées à l'intégration de Mortgagebot et d'Avista, qui comprennent notamment l'harmonisation des avantages du personnel aux termes de l'intégration des entreprises.

Pour le premier trimestre de 2013, les charges directes autres que de rémunération du secteur américain se sont chiffrées à 0,6 million de dollars, en hausse de 0,3 million de dollars comparativement à celles de la période correspondante de 2012, en raison de la prise en compte des résultats de Compushare.

Les autres charges opérationnelles, de 4,1 millions de dollars au premier trimestre de 2013, ont augmenté de 1,9 million de dollars, ou de 89,5 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2012, principalement en raison de la prise en compte des charges de Compushare et d'Avista liées aux projets de croissance axés sur l'infonuagique.

Charges - secteur siège social

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Rémunération et avantages du personnel       892 $       623 $
Autres charges opérationnelles 136   114  
         
        1 028 $       737 $

Charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel pour les premiers trimestres de 2013 et 2012 sont constituées de coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés aux acquisitions d'Avista et de Mortgagebot.

Autres charges

Pour le premier trimestre de 2013, les autres charges comprennent des coûts de transaction qui ont été engagés relativement à l'acquisition de Compushare et des charges liées à l'intégration des entreprises. Pour la période correspondante de 2012, les autres charges opérationnelles étaient liées aux coûts de transaction engagés dans le cadre de l'acquisition d'Avista.

BAIIA ET MARGE DU BAIIA

Le BAIIA consolidé pour le premier trimestre de 2013 s'est élevé à 42,0 millions de dollars, en hausse de 1,8 million de dollars, ou de 4,3 %, par rapport à celui de 40,2 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2012. Sur une base consolidée, la marge du BAIIA s'est établie à 24,5 % pour le premier trimestre de 2013, en légère hausse par rapport à celle de 24,3 % enregistrée au trimestre correspondant de 2012. La croissance du BAIIA du secteur américain a été partiellement contrebalancée par des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs et par des coûts de transaction relatifs aux acquisitions dans le secteur siège social.

Secteur canadien

Le BAIIA du secteur canadien pour le premier trimestre de 2013, se chiffrant à 35,0 millions de dollars, est demeuré stable par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. La marge du BAIIA de 23,0 % du secteur canadien pour le premier trimestre de 2013 a été légèrement supérieure à la marge du BAIIA de 22,7 % du premier trimestre de 2012 principalement en raison des économies réalisées grâce aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts et aux projets de transformation et d'intégration, partiellement contrebalancées par une réduction des produits tirés des secteurs des solutions de paiement et des solutions technologiques bancaires. Les initiatives de gestion des coûts continuent d'être axées sur l'amélioration de l'efficacité opérationnelle au sein du secteur canadien à mesure que les marchés deviennent plus matures, de manière à faire face aux défis économiques prévus en ce qui concerne les diverses sources de produits du secteur canadien.

Secteur américain

Le BAIIA du secteur américain pour le premier trimestre de 2013 a atteint 8,0 millions de dollars, une augmentation de 2,0 millions de dollars en comparaison de celui du même trimestre de 2012. Cette hausse tient à la prise en compte des résultats de Compushare et d'Avista et à la croissance soutenue des activités des services en mode SaaS au point de vente. La marge du BAIIA de 41,5 % au premier trimestre de 2013 a été inférieure à celle de 52,1% au trimestre correspondant de l'exercice précédent, principalement en raison de la prise en compte des résultats de Compushare.

BAIIA AJUSTÉ ET MARGE DU BAIIA AJUSTÉ

Le BAIIA ajusté consolidé pour le premier trimestre de 2013 s'est établi à 43,0 millions de dollars, en hausse de 2,0 millions de dollars, ou de 5,0 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2012. Le BAIIA ajusté consolidé ne tient pas compte des coûts liés aux acquisitions et autres charges de 1,0 million de dollars au premier trimestre de 2013, constitués d'une tranche de 0,9 million de dollars afférente à certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement aux acquisitions et d'une tranche de 0,1 million de dollars liée aux coûts de transaction engagés dans le cadre de l'acquisition de Compushare. Sur une base consolidée, la marge du BAIIA ajusté est passée de 24,8 % au premier trimestre de l'exercice dernier à 25,1 % au premier trimestre de 2013.

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES NON LIÉES À DES ACQUISITIONS

L'amortissement consolidé des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions s'est chiffré à 6,5 millions de dollars pour le premier trimestre de 2013, en hausse de 0,1 million de dollars, ou de 0,8 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2012. Cette augmentation est attribuable à l'amortissement des projets menés à bien en 2012.

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES DÉCOULANT DES ACQUISITIONS

L'amortissement consolidé des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions pour le premier trimestre de 2013 s'est chiffré à 10,9 millions de dollars, soit une augmentation de 0,5 million de dollars en regard de celui du même trimestre de 2012. L'augmentation est attribuable à l'amortissement découlant de l'acquisition de Compushare en janvier 2013 et d'Avista en mai 2012.

CHARGES D'INTÉRÊTS

Les charges d'intérêts du premier trimestre de 2013 ont diminué de 0,4 million de dollars par rapport à celles du trimestre correspondant de 2012, les prix favorables de la facilité de crédit renouvelée attribuables à la renégociation des modalités ayant plus que compensé l'augmentation des charges d'intérêts découlant des emprunts à long terme à taux fixe se rapportant aux acquisitions.

BÉNÉFICE DÉCOULANT DE LA PARTICIPATION DANS UNE ENTREPRISE ASSOCIÉE

Le bénéfice net consolidé pour le premier trimestre de 2013 comprend la part de D+H du bénéfice relatif à la participation ne donnant pas le contrôle détenue dans Compushare jusqu'au 28 janvier 2013, date après laquelle les résultats de Compushare ont été consolidés par suite de l'obtention de la propriété exclusive le 29 janvier 2013.

À l'acquisition des actions en circulation restantes de Compushare, un profit de 1,6 million de dollars a été comptabilisé à la réévaluation de la participation déjà détenue, conformément aux IFRS.

AJUSTEMENTS DE LA JUSTE VALEUR DES INSTRUMENTS DÉRIVÉS

Swaps de taux d'intérêt

Comparativement à un profit latent net de 1,6 million de dollars au premier trimestre de 2012, un profit latent net de 0,1 million de dollars sur les swaps de taux d'intérêt a été comptabilisé au premier trimestre de 2013, ce qui rend compte des ajustements de la juste valeur attribuables aux fluctuations des taux d'intérêt du marché au 31 mars 2013 par rapport au 31 décembre 2012.

CHARGE D'IMPÔT SUR LE RÉSULTAT

Une charge d'impôt sur le résultat de 5,5 millions de dollars a été comptabilisée au premier trimestre de 2013, comparativement à une charge d'impôt sur le résultat de 5,0 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2012, à la suite de l'augmentation des produits tirés des activités poursuivies avant impôt. La charge d'impôt exigible de 8,9 millions de dollars pour le premier trimestre de 2013 a été contrebalancée en partie par un recouvrement d'impôt différé de 3,4 millions de dollars. Le profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue n'était pas imposable. Uniquement une charge d'impôt différé a été comptabilisée au cours du premier trimestre de 2012.

BÉNÉFICE DÉCOULANT DES ACTIVITÉS POURSUIVIES

Le bénéfice découlant des activités poursuivies pour le premier trimestre de 2013 s'est chiffré à 16,4 millions de dollars (0,2775 $ par action), comparativement à 15,2 millions de dollars (0,2562 $ par action) au même trimestre en 2012. L'augmentation au cours de la période considérée est attribuable à la hausse du BAIIA et au profit réalisé à la réévaluation de la participation déjà détenue dans Compushare, facteurs contrebalancés en partie par la baisse du profit latent découlant des variations de la juste valeur liées aux swaps de taux d'intérêt.

PERTE DÉCOULANT DES ACTIVITÉS ABANDONNÉES

La perte découlant des activités abandonnées de 10,7 millions de dollars (0,1806 $ par action) pour le premier trimestre de 2013 a trait au dessaisissement des services de traitement non stratégiques. Il y a lieu de se reporter à la rubrique Dessaisissement pour obtenir de plus amples renseignements. Pour la période comparative de 2012, la perte découlant des activités abandonnées s'était chiffrée à 0,2 million de dollars (0,0041 $ par action). La perte découlant des activités abandonnées pour le premier trimestre de 2013 comprend une perte de 9,7 millions de dollars liée à l'évaluation de la juste valeur, déduction faite des coûts estimatifs de la vente des actifs détenus en vue de la vente, après impôt.

BÉNÉFICE NET

Le bénéfice net consolidé de 5,7 millions de dollars (0,0969 $ par action) du premier trimestre de 2013 a reculé de 9,2 millions de dollars, ou 61,6 %, par rapport à celui de 14,9 millions de dollars (0,2521 $ par action) inscrit au trimestre correspondant de 2012, principalement en raison de la perte de 10,7 millions de dollars découlant des activités abandonnées susmentionnée et des variations de la juste valeur liées aux swaps de taux d'intérêt. Ces incidences ont été contrebalancées en partie par une augmentation du BAIIA et par un profit de 1,6 million de dollars relatif à la réévaluation à la juste valeur de la participation déjà détenue dans Compushare, laquelle a été comptabilisée à l'acquisition des actions en circulation restantes en janvier 2013.

BÉNÉFICE NET AJUSTÉ

Le bénéfice net ajusté consolidé s'est établi à 23,1 millions de dollars (0,3901 $ par action) pour le premier trimestre de 2013, en hausse de 1,3 million de dollars en regard de celui de 21,8 millions de dollars (0,3682 $ par action) pour la période correspondante de 2012, principalement en raison de la hausse du BAIIA ajusté. Le bénéfice net ajusté consolidé ne tient pas compte des incidences après impôt des éléments suivants : i) l'incidence d'éléments hors trésorerie comme l'amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions, les profits et pertes liés à l'ajustement de la juste valeur des instruments dérivés et un profit à la réévaluation d'une participation déjà détenue dans Compushare; ii) d'autres éléments notables, notamment les coûts liés aux acquisitions et autres charges décrits précédemment ainsi que la perte liée aux activités abandonnées; et iii) les charges ou recouvrements d'impôt sur le résultat hors trésorerie liés aux acquisitions.

FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS ET LIQUIDITÉ 

Les données du tableau suivant sont tirées des tableaux consolidés des flux de trésorerie, et elles doivent être lues à la lumière de ceux-ci. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements supplémentaires utiles sur les flux de trésorerie de la Société, les remboursements sur la dette et les autres activités d'investissement.

Sommaire consolidé des flux de trésorerie

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

Trimestres clos les 31 mars  
  2013   2012  
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités suivantes :        
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES        
Bénéfice découlant des activités poursuivies       16 437 $       15 177 $
Amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles 17 433   16 860  
Amortissement et ajustements de la juste valeur des instruments dérivés (107)   (1 645)  
Bénéfice découlant de la participation dans une entreprise associée, après impôt (130)   -  
Profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue (1 587)   -  
Différence entre les charges d'intérêts et les intérêts payés en trésorerie 428   600  
Charges hors trésorerie liées à l'impôt et aux options 4 247   6 952  
  36 721   37 944  
Augmentation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement (15 148)   (14 640)  
Variations des autres actifs et passifs opérationnels 1 792   683  
Flux de trésorerie liés aux activités abandonnées (4 731)   586
Entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles 18 634   24 573  
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT        
Variation nette de la dette à long terme 26 049   5 000
Dividendes payés au cours de la période (18 955)   (18 362)  
Entrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités de financement 7 094   (13 362)  
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT        
Dépenses d'investissement (6 286)   (10 536) 
Acquisition d'une filiales (24 393)   -  
Sorties nettes de trésorerie liées aux activités d'investissement (30 679)   (10 536)  
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie pour la période (4 951)   675  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de la période 5 719   2 213  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de la période       768  $       2 888 $

Au 31 mars 2013, la trésorerie et les équivalents de trésorerie totalisaient 0,8 million de dollars, contre 5,7 millions de dollars au 31 décembre 2012.

Activités opérationnelles

Les activités opérationnelles ont généré 18,6 millions de dollars au cours du trimestre clos le 31 mars 2013, comparativement aux 24,6 millions de dollars générés au cours de la même période en 2012. Les variations des entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles pour le trimestre clos le 31 mars 2013 sont principalement attribuables aux variations à la baisse du fonds de roulement, comme il est décrit ci-après.

Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et d'autres éléments

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 mars
  2013   2012  
Augmentation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement       (15 148)  $       (14 640)  $
Variation des autres actifs et passifs opérationnels 1 792   683  
Activités abandonnées (4 731)   586  
Augmentation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement
et d'autres éléments
      (18 087) $       (13 371) $
         

La hausse nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement pour le premier trimestre de 2013 a découlé essentiellement de l'augmentation des créances clients attribuable au prolongement des échéances de paiement à la suite des négociations contractuelles visant les ventes de technologies au Canada ainsi qu'à l'adoption de modalités et de processus de recouvrements plus conformes à ceux pratiqués pour les nouveaux produits. La hausse du fonds de roulement a également découlé de la diminution des montants comptabilisés au titre de la rémunération en raison du calendrier des périodes de paye et des paiements dans le cadre d'accords de rémunération au cours du premier trimestre de 2013.

Les flux de trésorerie affectés aux activités abandonnées de 4,7 millions de dollars rendent compte de la séparation des flux de trésorerie liés aux activités abandonnées et des flux de trésorerie opérationnels liés aux activités poursuivies. Les montants isolés pour la période à l'étude comprennent les flux de trésorerie opérationnels de la période se rapportant aux activités abandonnées ainsi que la trésorerie figurant à l'état de la situation financière au 31 mars 2013 se rapportant aux activités abandonnées. Cette séparation a été effectuée conformément à l'IFRS 5, Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées, qui exige la séparation des actifs et des passifs se rapportant à des actifs classés comme étant détenus en vue de la vente à l'état de la situation financière au 31 mars 2013. Le montant correspondant de 0,6 million de dollars au 31 mars 2012 a trait à la séparation des flux de trésorerie opérationnels liés aux activités abandonnées.

Activités de financement

Les rentrées nettes de trésorerie liées aux activités de financement se sont chiffrées à 7,1 millions de dollars au cours du trimestre clos le 31 mars 2013, comparativement à des sorties nettes de 13,4 millions de dollars pour la même période de 2012. La variation nette observée au cours du trimestre est principalement attribuable aux fonds tirés des facilités de crédit afin de financer l'acquisition de Compushare en janvier 2013 et à une augmentation des versements de dividende à la suite d'une augmentation du dividende au quatrième trimestre de 2012.

Dividendes

Au premier trimestre de 2013, D+H a versé à ses actionnaires un dividende d'un montant de 0,32 $ par action par suite d'une augmentation au quatrième trimestre de 2012 du dividende annuel cible, qui est passé de 1,24 $ par action à 1,28 $ par action sur une base annualisée. Au trimestre correspondant de 2012, elle avait versé un montant de 0,31 $ par action aux actionnaires.

Activités d'investissement

Au cours du premier trimestre de 2013, un montant de 30,7 millions de dollars a été affecté aux activités d'investissement relativement à des dépenses d'investissement et à l'acquisition des actions en circulation restantes de Compushare. Au cours de la période correspondante de 2012, les dépenses d'investissement s'étaient chiffrées à 10,5 millions de dollars.

Dépenses d'investissement

Les dépenses d'investissement consolidées ont atteint 6,3 millions de dollars au premier trimestre de 2013, soit 4,3 millions de dollars de moins que celles de la même période en 2012. Les dépenses d'investissement moins élevées pour le trimestre considéré s'expliquent par le calendrier des dépenses.

SOMMAIRE DES COMPTES CONSOLIDÉS DE RÉSULTAT DES HUIT DERNIERS TRIMESTRES

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

           
  2013   2012   2011  
  T1   T4   T3   T2   T1   T4   T3   T2  
Produits       171 661 $       172 457 $       176 689 $       180 989 $       165 321 $       166 580 $       169 334 $       167 873 $
Charges1 129 664   131 082   129 405   128 289   125 074   121 865   123 655   120 295  
BAIIA1, 3 41 997   41 375   47 284   52 700   40 247   44 715   45 679   47 578  
Ajustements                                
  Coûts liés aux acquisitions et autres charges2 1 028   6 558   3 265   4 378   737   637   610   707  
BAIIA ajusté3       43 025 $       47 933 $       50 549 $       57 078 $       40 984 $       45 352 $       46 289 $       48 285 $
                                 
BAIIA1, 3       41 997 $       41 375 $       47 284 $       52 700 $       40 247 $       44 715 $       45 679 $       47 578 $
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions 6 519   7 568   6 648   6 986   6 465   6 171   5 242   5 249  
Amortissement des immobilisations incorporelles
découlant des acquisitions
10 914   11 292   10 597   10 706   10 395   10 465   10 496   10 046  
Charges d'intérêts 4 471   4 629   4 943   4 821   4 821   4 909   4 792   5 272  
Perte (bénéfice) découlant de la participation dans une entreprise associée, après impôt (130)   23   (53)   (38)   -   -   -   -  
Profit découlant de la réévaluation d'une
participation déjà détenue2
(1 587)   -   -   -   -   -   -   -  
Amortissement et ajustements de la juste valeur
des instruments dérivés4
(107)   (542)   (445)   616   (1 645)   (145)   3 991   1 227  
Charge d'impôt sur le résultat 5 480   4 165   5 987   8 345   5 034   7 758   5 685   1 887  
Bénéfice découlant des activités poursuivies 16 437   14 240   19 607   21 264   15 177   15 557   15 473   23 897  
Perte découlant des activités abandonnées,
après impôt 5
(10 695)   (529)   (2)   (377)   (243)   (188)   (413)   (433)  
Bénéfice net       5 742 $       13 711 $       19 605 $       20 887 $       14 934 $       15 369 $       15 060 $       23 464 $
Ajustements                                
  Éléments hors trésorerie                                
    Amortissement des immobilisations
incorporelles découlant des acquisitions
      10 914 $       11 292 $       10 597  $       10 706 $       10 395 $       10 465 $       10 496  $       10 046 $
    Profit découlant de la réévaluation d'une
participation déjà détenue2
(1 587)   -   -   -   -   -   -   -  
    Amortissement et ajustements de la juste
valeur des instruments dérivés4
(107)   (542)   (445)   616   (1 645)   (145)   3 991   1 227  
  Autres éléments notables                                
  Coûts liés aux acquisitions et autres charges1 1 028   6 558   3 265   4 378   737   637   610   707  
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus6 (3 578)   (5 543)   (3 962)   (4 615)   (2 854)   (3 237)   (4 311)   (3 103)  
  Perte découlant des activités abandonnées,
après impôt5
10 695   529   2   377   243   188   413   433  
  Incidence fiscale des acquisitions7 -   -   (1 156)   -   -   2 080   -   (3 628)  
Bénéfice net ajusté3       23 107 $       26 005 $       27 906 $       32 349 $       21 810 $       25 357 $       26 259 $       29 146  $
                                 
Bénéfice net ajusté par action, de base et dilué3, 8, 9       0,3901 $       0,4390 $       0,4711 $       0,5461 $       0,3682 $       0,4281 $       0,4433 $       0,4982 $
Bénéfice par action découlant des activités
poursuivies, de base et dilué8, 9
      0,2775 $       0,2404 $       0,3310 $       0,3590 $       0,2562 $       0,2626 $       0,2612 $       0,4084 $
Perte découlant des activités abandonnées par
action, de base et dilué8, 9
      (0,1806) $       (0,0089)  $ - $       (0,0064) $       (0,0041) $       (0,0032) $       (0,0070) $       (0,0074) $
Bénéfice net par action, de base et dilué8, 9       0,0969 $       0,2315 $       0,3310 $       0,3526 $       0,2521 $       0,2595 $       0,2542 $       0,4010 $

1 Pour le premier trimestre de 2013, les coûts liés aux acquisitions et autres charges comprennent des coûts de transaction, certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs et des coûts d'intégration des entreprises relatifs aux acquisitions.
2   À l'acquisition de la participation restante en janvier 2013, un profit découlant de la réévaluation de la participation déjà détenue a été comptabilisé conformément aux IFRS.
Le BAIIA, le BAIIA ajusté, le bénéfice net ajusté et le bénéfice net ajusté par action sont des mesures non conformes aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée de ces termes.
Comprend des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée au compte consolidé de résultat.
Le 7 mars 2013, D+H a annoncé qu'elle avait conclu une convention visant le dessaisissement de ses activités de services de traitement non stratégiques. Ces activités étaient présentées dans les solutions aux entreprises et de gestion de prêts au cours des périodes antérieures et sont maintenant classées à titre d'activités abandonnées pour la période considérée et les périodes comparatives présentées.
Les ajustements suivants au bénéfice net ont été imposés à leur taux d'impôt respectif : i) l'amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions; ii) l'amortissement et les ajustements de la juste valeur des instruments dérivés; et iii) les coûts liés aux acquisitions et autres charges.
7 Pour le troisième trimestre de 2012, les ajustements ont trait à un recouvrement d'impôt hors trésorerie lié à des passifs comptabilisés au titre de l'acquisition de Mortgagebot. Les ajustements pour le deuxième trimestre de 2011 comprennent des recouvrements d'impôt hors trésorerie liés aux acquisitions. Les ajustements du quatrième trimestre de 2011 sont liés à la décomptabilisation d'attributs fiscaux inscrits antérieurement.
Le bénéfice net ajusté dilué par action (mesure non conforme aux IFRS) rend compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen du marché pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul de l'effet dilutif.
9 Le nombre moyen pondéré d'actions en circulation s'est élevé à 59 233 373 actions pour le premier trimestre de l'exercice 2013 (59 233 373 actions pour le premier trimestre de 2012).

Les produits trimestriels de D+H ont été généralement stables, mais croissants, d'un exercice à l'autre. Toutefois, les changements survenus récemment au sein du climat économique, plus particulièrement au sein des marchés de l'habitation, des prêts hypothécaires et des prêts automobiles, ont entraîné une plus grande volatilité. Il y a également eu davantage de volatilité au chapitre des volumes de commandes de chèques personnels. Les produits peuvent varier d'un trimestre à l'autre, puisqu'ils sont également sujets aux fluctuations saisonnières. Les commissions gagnées dans le cadre des services liés au montage de prêts hypothécaires et des services d'enregistrement de prêts automobiles sont habituellement plus marquées aux deuxième et troisième trimestres qu'aux premier et quatrième trimestres. Par ailleurs, l'acquisition d'Avista le 3 mai 2012 et celle de Compushare, le 29 janvier 2013, ont accru les produits et les charges. Le BAIIA a été touché par les coûts liés aux acquisitions et autres charges engagés au cours des trimestres, y compris les coûts de transaction, les coûts d'intégration des entreprises et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement aux acquisitions, ainsi que par d'autres charges imputables aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts et aux projets d'acquisitions stratégiques, qui ne sont pas considérées comme étant engagées dans le cours normal des activités. Le BAIIA ajusté ne tient pas compte des effets de ces charges, car elles ne sont pas considérées comme étant représentatives de la performance sous-jacente. La direction estime qu'en excluant ces éléments, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.

Les montants par action ont aussi été touchés par l'émission de 6 000 000 d'actions supplémentaires de Société Davis + Henderson en avril 2011, laquelle a servi à financer en partie l'acquisition de Mortgagebot.

Le bénéfice net a fluctué sous l'effet de divers éléments hors trésorerie comme les ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt, l'amortissement des immobilisations incorporelles découlant des acquisitions, les coûts liés aux acquisitions et autres charges, les activités abandonnées, le profit découlant de la réévaluation de la participation dans Compushare et les variations d'autres éléments fiscaux hors trésorerie.

Actions ordinaires en circulation

Au 31 mars 2013 et au 7 mai 2013, il y avait 59 233 373 actions ordinaires en circulation, soit le même nombre qu'au 31 décembre 2012.

Offre publique de rachat dans le cours normal des activités

Au 31 mars 2013 et au 7 mai 2013, aucune action n'avait été acquise aux termes de l'offre publique de rachat dans le cours normal des activités.

Instruments financiers

La Société utilise des swaps de taux d'intérêt et des contrats de change à terme en tant qu'instruments de couverture pour couvrir respectivement les taux d'intérêt et les cours du change.

Swaps de taux d'intérêt

En ce qui a trait aux contrats sous forme de swaps de taux d'intérêt conclus avec les prêteurs de la Société, au 31 mars 2013, les taux d'intérêt applicables à 47,8 % de l'encours de la dette à long terme de la Société en vertu de la septième convention de crédit modifiée et mise à jour (la « convention de crédit ») pour les périodes se terminant aux dates indiquées dans le tableau qui suit, étaient de fait fixés aux taux suivants :

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

      Juste valeur des swaps
de taux d'intérêt
 
Date d'échéance Montant
notionnel
  Actif   Passif   Taux
d'intérêt1
 
18 décembre 2014       25 000 $ - $       617 $ 2,720 %
18 mars 2015 25 000   -   800   2,940 %
18 mars 2017 25 000   -   1 750   3,350 %
20 mars 2017 20 000   -   1 412   3,366 %
        95 000 $ - $       4 579 $    

1  Les taux d'intérêt présentés excluent les commissions relatives aux acceptations bancaires et les écarts de taux préférentiels en vigueur. Ces commissions et ces écarts pourraient augmenter ou diminuer en fonction du niveau d'endettement de la Société par rapport à certains niveaux établis dans la convention de crédit. Sur la base du niveau d'endettement au 31 mars 2013, la dette bancaire à long terme de la Société sera assujettie à des commissions relatives aux acceptations bancaires s'établissant au taux des acceptations bancaires en vigueur majoré de 1,50 % ainsi qu'à des écarts de taux préférentiels s'établissant au taux préférentiel majoré de 0,50 %.

Contrats de change à terme

La Société n'avait aucun contrat de change à terme en vigueur au 31 mars 2013.

Dette à long terme

La dette à long terme est inscrite à l'état consolidé de la situation financière, après déduction des charges financières différées non amorties. Au 31 mars 2013, la dette à long terme, avant la déduction de charges financières différées non amorties de 5,4 millions de dollars, s'élevait à 374,8 millions de dollars, comparativement à 346,3 millions de dollars au 31 décembre 2012.

Au 31 mars 2013, des fonds totalisant 531,0 millions de dollars avaient été consentis à la Société. De cette somme, une tranche de 355,0 millions de dollars était consentie dans le cadre d'une facilité de crédit (dont le montant prélevé se chiffrait à 198,8 millions de dollars au 31 mars 2013) et la tranche restante de 176,0 millions de dollars avait trait à des obligations. La Société disposait également de facilités de crédit non engagées supplémentaires de 282,6 millions de dollars, dont l'utilisation des fonds est conditionnelle à l'approbation préalable des prêteurs concernés; les frais, les écarts et les autres modalités devant être négociés à ce moment. Une tranche de 150,0 millions de dollars avait trait à la facilité de crédit, et la tranche restante de 132,6 millions de dollars avait trait aux obligations.

Par le passé, la Société s'est couverte contre les hausses des taux d'intérêt du marché s'appliquant à certains de ses titres d'emprunt en ayant recours à des swaps de taux d'intérêt et en émettant des obligations à long terme à taux fixe, comme il a été mentionné plus haut. Au 31 mars 2013, le taux d'intérêt effectif moyen sur la dette totale de la Société était d'environ 4,3%, comparativement à 4,5 % au 31 décembre 2012.

Le rapport de gestion figurant dans le rapport annuel de 2012 présente de plus amples détails sur la facilité de crédit, les obligations et les politiques de couverture.

RISQUES D'ENTREPRISE

Un exposé complet des risques ayant une incidence sur l'Entreprise est présenté dans la version la plus récente de la notice annuelle et du rapport de gestion annuel de la Société, qui peuvent être consultés sur SEDAR, à l'adresse www.sedar.com. Les risques et les incertitudes relatifs à la Société n'ont pas changé depuis le dépôt du rapport de gestion annuel de 2012 et de la notice annuelle de 2012.

PERSPECTIVES

L'objectif financier à long terme de D+H consiste à dégager des résultats durables et en progression au moyen de la croissance interne soutenue des produits et d'acquisitions stratégiques. Les acquisitions récentes continuent i) de renforcer la capacité de la Société à réaliser son objectif d'être un fournisseur de premier plan de technologies destinées au secteur des services financiers en Amérique du Nord; ii) d'assurer une diversification des produits; iii) de permettre de présenter des flux de trésorerie solides et durables pour financier la croissance et les distributions futures et iv) de soutenir sa stratégie à long terme.

Dans les années à venir, la Société mettra l'accent sur la mise en œuvre de ses projets de croissance interne et continuera de travailler avec diligence pour repérer les occasions qui lui permettront de mieux répondre aux besoins de ses clients à mesure qu'évolueront ses activités. Les mesures de réharmonisation de la structure de coûts mises en œuvre en 2012 continueront d'entraîner des économies annualisées aussi bien au cours de la période considérée que des périodes futures, et les sommes épargnées serviront à contrebalancer l'augmentation des charges afin de soutenir la croissance future. Par la suite, la position de chef de file de D+H sur le marché et ses capacités combinées devraient lui permettre de consolider sa position sur les marchés servis et de prospérer conformément à ses objectifs à long terme.

Tel qu'il est établi dans son énoncé de stratégie, D+H veut accroître ses activités grâce à une combinaison de projets internes, de partenariats avec des tiers et d'acquisitions ciblées. Ses projets internes comprennent i) la poursuite de ses efforts en vue d'élargir la clientèle ayant recours à ses solutions de financement hypothécaire en mode SaaS au point de vente, de montage de prêts et d'infonuagique aux États-Unis; ii) la promotion constante des solutions de paiement grâce à l'ajout de services à valeur ajoutée pour les consommateurs et les entreprises offerts aux clients des institutions financières; iii) l'élargissement de sa gamme de services reposant sur la technologie offerts actuellement aux secteurs du financement hypothécaire, du crédit automobile, des prêts personnels, des prêts aux étudiants, du crédit commercial et de la location; et iv) la vente et la prestation de solutions technologiques de crédit à de nouveaux clients.

Notre stratégie en matière d'acquisitions consiste à acquérir des entreprises qui nous permettent soit d'ajouter de nouveaux services, soit d'élargir la gamme de ceux que nous offrons déjà au secteur des services financiers, et ce, tout en privilégiant les entreprises qui possèdent de bonnes capacités d'infonuagique en mode SaaS, des modèles d'affaires soutenables, des produits en progression, de solides flux de trésorerie et des dirigeants compétents, et qui nous permettrait d'élargir notre gamme d'activités.

Par suite de l'ajout de plusieurs nouveaux secteurs de services au cours des dernières années, D+H s'attend à connaître une certaine augmentation de la variabilité des produits, des résultats et des flux de trésorerie trimestriels d'un exercice à l'autre en raison des facteurs suivants : i) la volatilité du recul des commandes de chèques personnels; ii) la concurrence sur le marché du crédit canadien; iii) les fluctuations des volumes au sein des marchés de l'enregistrement de privilèges et du montage de prêts hypothécaires; iv) les différences temporaires et la fluctuation du travail au sein du secteur des services professionnels; et v) les commissions et les frais liés aux acquisitions et aux activités connexes d'intégration. Pour ce qui est du secteur canadien, la Société est d'avis que les produits tirés des solutions technologiques bancaires au cours de l'exercice 2013 pourraient être touchés par des prix plus modérés dans le secteur de l'habitation et un ralentissement des activités dans le secteur de l'immobilier comparativement aux exercices précédents et par d'éventuelles modifications de prix, facteurs qui devraient être compensés par d'éventuels produits tirés du lancement de nouveaux produits sur le marché canadien des prêts, dont l'élargissement de nos solutions technologiques à l'ensemble de la chaîne de valeur du crédit. En ce qui a trait au secteur américain, le marché de l'habitation aux États-Unis devrait enregistrer une légère reprise qui devrait compenser en partie la diminution des activités de refinancement en 2013.

Pour 2013, des dépenses d'investissement se chiffrant à environ 35 millions de dollars sont prévues à l'heure actuelle, ce montant pouvant varier en fonction des dépenses supplémentaires qui seront engagées à l'appui des nouvelles possibilités de croissance, au moment où elles se présenteront, le cas échéant.

Comme il a déjà été mentionné, la Société ne prévoit payer un montant considérable d'impôt en trésorerie qu'après 2013.

MISE EN GARDE AU SUJET DES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains énoncés compris dans le présent rapport de gestion constituent des renseignements prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables (les « énoncés prospectifs »). Les énoncés concernant les objectifs, les cibles, les stratégies, les intentions, les plans, les convictions, les attentes et les estimations de D+H, ainsi que son entreprise, ses activités et sa performance et sa situation financières constituent des énoncés prospectifs. Des termes et expressions comme « croire », « s'attendre à », « prévoir », « estimer » et « avoir l'intention de », aux formes présente, future ou conditionnelle, de même que d'autres mots et locutions similaires ou la forme négative de ces expressions, visent à signaler des énoncés prospectifs, mais ne devraient pas être considérés comme étant le seul moyen de le faire. D'importantes hypothèses sont posées dans le cadre de ces énoncés prospectifs, dont celles-ci en particulier : la capacité de D+H d'atteindre ses objectifs en matière de produits, de « BAIIA », de « BAIIA ajust »é et de « bénéfice net ajusté » (il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » pour obtenir une définition plus détaillée des termes « BAIIA », « BAIIA ajusté » et « bénéfice net ajusté »); les conditions générales du secteur et la conjoncture économique; l'évolution des relations que D+H entretient avec ses clients et ses fournisseurs; les pressions exercées sur les prix et d'autres facteurs concurrentiels; les effets prévus des acquisitions sur la performance financière de D+H; et les avantages attendus des acquisitions. D+H a aussi utilisé certaines hypothèses macroéconomiques et générales pour rédiger ces énoncés prospectifs. Bien que D+H soit d'avis que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables sur la foi des renseignements disponibles en date des présentes, rien ne garantit que les résultats réels seront conformes à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont assujettis à des risques, à des incertitudes et à d'autres facteurs, connus et inconnus, qui pourraient faire en sorte que les résultats, la performance et les accomplissements réels de D+H, ainsi que l'évolution réelle de ses secteurs d'activité, diffèrent de manière importante des résultats, de la performance, des accomplissements et de l'évolution prévus qui sont formulés, implicitement ou explicitement, dans ces énoncés prospectifs.

Les risques liés aux énoncés prospectifs comprennent, notamment, les défis liés à la diminution de l'utilisation de chèques par les particuliers et les entreprises; la dépendance de la Société à l'égard d'un nombre limité de grandes institutions financières clientes ainsi qu'à l'accueil que celles-ci réservent à ses nouveaux programmes; les projets stratégiques entrepris par la Société dans le but d'atteindre ses objectifs financiers; la stabilité et la croissance des secteurs de l'immobilier, du financement hypothécaire et du crédit; l'augmentation de la pression sur les prix et de la concurrence lui faisant courir le risque de perdre des contrats ou de voir ses marges diminuer; de même que la conjoncture générale des marchés, y compris la dynamique de l'économie et des taux d'intérêt. Compte tenu de ces incertitudes, le lecteur est avisé de ne pas accorder de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Les documents intégrés par renvoi aux présentes indiquent également des facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats opérationnels et la performance financière de la Société. Les énoncés prospectifs sont fondés sur les projets, estimations, projections, convictions et opinions actuels de la direction, et D+H ne s'engage aucunement à mettre à jour les énoncés prospectifs si les hypothèses qui sous-tendent ces projets, estimations, projections, convictions et opinions venaient à changer, à l'exception de ce qui est prévu par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Tous les énoncés prospectifs formulés dans le présent rapport de gestion et dans les documents intégrés par renvoi aux présentes sont visés par cette mise en garde ainsi que par d'autres mises en garde et facteurs indiqués aux présentes, et il n'existe aucune garantie que les résultats ou événements réels seront conformes à ceux-ci. Même s'ils se révélaient conformes, en totalité ou en partie, il n'existe aucune garantie qu'ils auront les résultats attendus pour la Société.

AUTRES RENSEIGNEMENTS

D'autres renseignements relatifs à la Société, y compris la plus récente notice annuelle qu'elle a déposée, peuvent être consultés sur le site SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.


États consolidés de la situation financière        
(en milliers de dollars canadiens, non audité)        
           
    31 mars 2013   31 décembre 2012  
ACTIFS        
Trésorerie et équivalents de trésorerie 768 $ 5 719 $
Clients et autres débiteurs 74 556   84 996  
Charges payées d'avance 11 853   14 104  
Stocks 3 389   4 181  
Actifs détenus en vue de la vente 24 051   -  
Total des actifs courants 114 617   109 000  
Actifs d'impôt différé 28 805   28 095  
Immobilisations corporelles  27 660   30 201  
Participation dans une entreprise associée -   10 145  
Immobilisations incorporelles  421 988   421 366  
Goodwill 717 555   690 583  
Total des actifs non courants 1 196 008   1 180 390  
Total des actifs 1 310 625 $ 1 289 390 $
PASSIFS        
Fournisseurs, charges à payer et autres passifs  79 269 $ 99 910 $
Produits différés 15 712   12 586  
Passifs d'impôt exigible 7 953   697  
Passifs détenus en vue de la vente 11 795   -  
Total des passifs courants 114 729   113 193  
Produits différés 9 113   9 419  
Passifs dérivés détenus aux fins de la gestion des risques 4 579   4 686  
Prêts et emprunts 369 340   340 577  
Passifs d'impôt différé 112 758   113 291  
Autres passifs à long terme 7 939   6 116  
Total des passifs non courants 503 729   474 089  
Total des passifs 618 458   587 282  
CAPITAUX PROPRES        
Capital 673 791   673 680  
Résultats non distribués  8 946   22 544  
Cumul des autres éléments du résultat global  9 430   5 884  
Total des capitaux propres 692 167   702 108  
Total des passifs et des capitaux propres 1 310 625 $ 1 289 390 $





Comptes consolidés de résultat        
(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)        
  Trimestres clos les  
  31 mars 2013   31 mars 2012  
Produits       171 661 $       165 321 $
Rémunération et avantages du personnel 47 047   44 572  
Autres charges 82 617   80 502  
Bénéfice découlant des activités opérationnelles avant amortissements 41 997   40 247  
Amortissement des immobilisations corporelles  1 936   1 893  
Amortissement des immobilisations incorporelles  15 497   14 967  
Bénéfice découlant des activités opérationnelles 24 564   23 387  
Charges financières:        
    Ajustements de la juste valeur des instruments dérivés (107)   (1 645)  
    Charges d'intérêts 4 471   4 821  
Profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà détenue (1 587)   -  
Bénéfice découlant de la participation dans une entreprise associée,
après impôt sur le résultat
(130)   -  
Bénéfice découlant des activités poursuivies, avant impôt sur le résultat 21 917   20 211  
Charge d'impôt sur le résultat 5 480   5 034  
Bénéfice découlant des activités poursuivies 16 437   15 177  
Perte découlant des activités abandonnées, après impôt sur le résultat
(10 695)   (243)  
Bénéfice net        5 742 $       14 934 $
Bénéfice net par action découlant des activités poursuivies, de base et dilué       0,2775  $       0,2562 $
Perte par action découlant des activités abandonnées, de base et dilué       (0,1806) $       (0,0041) $
Bénéfice net par action, de base et dilué       0,0969 $       0,2521  $





États consolidés du résultat global    
  Trimestres clos les  
(en milliers de dollars canadiens, non audité) 31 mars 2013   31 mars 2012  
Bénéfice net       5 742  $       14 934 $
Les éléments ci-après peuvent être reclassés au résultat net :        
  Couvertures de flux de trésorerie        
  Partie efficace des variations de la juste valeur -   170  
  Montant net viré au résultat net -   (281)  
Conversion des monnaies étrangères 3 546   (2 937)  
Total du résultat global        9 288 $       11 886  $





États consolidés des variations des capitaux propres
(en milliers de dollars canadiens, non audité)          
           
      Trimestre clos le 31 mars 2013  
    Cumul des autres éléments
du résultat global
       
  Capital social   Écarts de
conversion
  Réserve de
couverture
  Résultats
non
distribués
  Total des
capitaux
propres
 
                     
Solde au 1er janvier 2013       673 680  $       5 884  $ - $       22 544  $       702 108  $
Incidence de l'adoption de l'IAS 19R -   -   -   (385)   (385)  
Bénéfice net de la période -   -   -   5 742   5 742  
Conversion des monnaies étrangères -   3 546   -   -   3 546  
Dividendes -   -   -   (18 955)   (18 955)  
Options 111   -   -   -   111  
Solde au 31 mars 2013       673 791  $       9 430  $ - $       8 946  $       692 167  $




     

Trimestre clos le 31 mars 2012
 
    Cumul des autres éléments
du résultat global
   
  Capital social   Écarts de
conversion
  Réserve de
couverture
  Résultats
non
distribués
  Total des
capitaux
propres
 
                     
Solde au 1er janvier 2012       673 163 $       9 326  $       (240) $       27 449  $       709 698  $
Bénéfice net de la période -   -   -   14 934   14 934  
Couvertures de flux de trésorerie -   -   (111)   -   (111)  
Conversions des monnaies étrangères -   (2 937)   -   -   (2 937)  
Dividendes -   -   -   (18 362)   (18 362)  
Options 189   -   -   -   189  
Solde au 31 mars 2012       673 352  $       6 389  $       (351)  $       24 021  $       703 411  $





Tableaux consolidés des flux de trésorerie        
(en milliers de dollars canadiens, non audité)        
Trimestres clos les  
      31 mars 2013   31 mars 2012  
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités suivantes :          
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES          
Bénéfice découlant des activités poursuivies         16 437  $       15 177  $
Ajustements pour :          
  Amortissement des immobilisations corporelles   1 936   1 893  
  Amortissement des immobilisations incorporelles    15 497   14 967  
  Ajustements de la juste valeur des instruments dérivés   (107)   (1 645)  
  Charges d'intérêts   4 471   4 821  
  Charge d'impôt sur le résultat   5 480   6 763  
  Charge au titre des options   111   189  
  Bénéfice découlant de la participation dans une entreprise associée,
après impôt sur le résultat  
(130)   -  
  Profit découlant de la réévaluation d'une participation déjà
détenue  
(1 587)   -  
  Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement (15 148)   (14 640)  
  Variations des autres actifs et passifs opérationnels 1 792   683  
  Entrées (sorties) de trésorerie liées aux activités abandonnées   (4 731)   586  
Entrées de trésorerie liées aux activités opérationnelles   24 021   28 794  
  Intérêts payés   (4 043)   (4 221)  
  Impôt payé   (1 344)   -  
Entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles   18 634   24 573  
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT          
Remboursement sur la dette à long terme   (1 016)   (5 000)  
Produit de la dette à long terme   27 065   10 000 
Dividendes versés   (18 955)   (18 362)  
Entrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités de financement   7 094   (13 362)  
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT          
Acquisition d'immobilisations corporelles   (1 923)   (3 685)  
Acquisition d'immobilisations incorporelles   (4 363)   (6 851)  
Acquisition d'une filiale   (24 393)   -  
Sorties nettes de trésorerie liées aux activités d'investissement   (30 679)   (10 536)  
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie
pour la période  
(4 951)   675  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de la période   5 719   2 213  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de la période         768  $       2 888  $



À propos de D+H

D+H est un fournisseur de premier plan de solutions technologiques sécuritaires et fiables aux institutions financières de l'Amérique du Nord. Forte d'une expérience de longue date à titre de partenaire de banques, de coopératives de crédit et d'autres fournisseurs de services financiers, D+H offre des solutions qui permettent à ses clients de se concentrer à servir leurs propres clients. Elle évolue au diapason du marché des services financiers. D+H offre un vaste éventail de technologies et de services conçus pour aider les institutions financières à demeurer concurrentielles en leur offrant des services de soutien dans des secteurs précis de leurs activités, de même que pour l'ensemble de leurs activités. L'offre de services diversifiée et croissante de D+H comprend des solutions technologiques bancaires, des solutions d'administration de prêts et des solutions de paiement, notamment les programmes de chèques et de marketing aux membres à valeur ajoutée. En 2012, D+H a atteint le 35rang du palmarès FinTech 100, auquel figurent les plus grands fournisseurs de technologies auprès du secteur des services financiers mondiaux, et elle a obtenu le 24e rang du palmarès Branham300, édition 2013, des meilleures entreprises de TIC canadiennes.

Société Davis + Henderson est inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole DH. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les documents d'information déposés par Société Davis + Henderson auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières, veuillez consulter le site Web de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

 

 

 

SOURCE : Société Davis + Henderson

Renseignements :

veuillez communiquer avec Brian Kyle, vice-président directeur et chef des finances, Société Davis + Henderson, au 416-696-7700, envoyer un courriel à l'adresse investorrelations@dhltd.com ou visiter notre site Web, à l'adresse www.dhltee.com.

Profil de l'entreprise

Société Davis + Henderson

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.