Deux chefs syndicaux joignent leurs voix pour réclamer une politique d'achat au Canada



    TORONTO, le 10 févr. /CNW/ - Le président des TCA, Ken Lewenza, et le
directeur national des Métallos, Ken Neumann, ont tous deux critiqué le fait
que le gouvernement Harper ne stimule pas suffisamment l'économie grâce à ses
dépenses et ont réclamé l'établissement d'une politique d'achat au Canada pour
les achats financés par les deniers publics, à l'occasion d'une conférence de
presse tenue aujourd'hui à Ottawa.
    Les deux chefs syndicaux ont déclaré qu'une politique d'achat au Canada
est une mesure nécessaire qui aurait dû être établie depuis longtemps et qui
garantirait aux travailleurs canadiens de tirer le maximum des retombées des
achats du gouvernement, incluant les 12 milliards de dollars prévus au budget
pour les dépenses d'infrastructure. En outre, sur le plan du commerce
international, une politique d'achat au Canada permettrait d'uniformiser les
règles du jeu avec de nombreux pays ayant eux-mêmes adopté des politiques
similaires, dont certains des plus importants partenaires commerciaux du
Canada comme les Etats-Unis, le Mexique, la Chine, le Japon et la plupart des
Etats membres de l'Union européenne.
    Cette déclaration commune des deux syndicats, un geste inhabituel, fait
suite à la dernière série de mauvaises nouvelles économiques, à un moment où
les statistiques sur le marché du travail montrent que 129 000 emplois ont été
perdus au Canada au cours du mois de janvier, dont les trois quarts dans le
secteur manufacturier.

    Les TCA et les Métallos sont les deux plus grands syndicats industriels
au Canada. Ensemble, ils représentent près d'un demi-million de travailleurs.
    La version intégrale de la déclaration commune est accessible ci-dessous
:

    
             Déclaration commune des TCA et des Métallos à propos
                      d'une politique d'achat au Canada
                             Le 10 février 2009
    

    Les travailleurs canadiens font face à des difficultés économiques sans
précédent tandis que la crise financière s'aggrave. Des centaines de milliers
de travailleurs ont déjà été mis à pied au cours des dernières années,
notamment près d'un demi-million de travailleurs du secteur manufacturier. Et
d'autres pertes d'emploi pointent à l'horizon, au fur et à mesure que l'assise
industrielle du Canada continue de s'affaiblir.
    Au nom des membres des syndicats des Métallos et des TCA, qui
représentent près d'un demi-million de travailleurs partout au pays, nous
sommes convaincus que le gouvernement fédéral doit faire tout ce qui est en
son pouvoir pour protéger le bien-être économique et social des citoyens
canadiens et des collectivités dont ils font partie. Il s'agit là d'une
responsabilité fondamentale du gouvernement, en période de prospérité
économique comme en période de crise.
    En 2008, le gouvernement Harper a dévoilé son vrai visage lorsqu'il a
déposé une mise à jour sur la situation économique qui ne tenait absolument
pas compte des problèmes économiques du Canada. C'est seulement sous la menace
de la défaite que le gouvernement conservateur a montré de la bonne volonté
pour venir en aide aux Canadiens - une aide encore insuffisante, compte tenu
de l'ampleur des problèmes économiques que nous connaissons. Cette approche
molle et opportuniste en matière de gouvernance est inacceptable; les
Canadiens ont le droit et le devoir de réclamer davantage à leurs dirigeants
élus.
    Au-delà des dépenses budgétaires, le gouvernement fédéral dispose de
différents outils politiques pour diriger les travailleurs canadiens, leurs
familles et les collectivités dont ils font partie à travers cette tempête
économique. L'un de ces outils consiste à établir une politique
d'approvisionnement prévoyant l'achat au Canada pour faire en sorte que la
majorité des dépenses de fonds publics soient affectées à des produits et
services canadiens. Cela permettrait aux Canadiens de recevoir leur part du
lion des retombées économiques des dépenses du gouvernement, contribuant ainsi
à créer et à protéger les emplois et à éperonner le développement économique.
Qui plus est, une telle mesure permettrait d'uniformiser les règles du jeu
avec nos principaux partenaires commerciaux.
    Etant donné que nos gouvernements s'apprêtent à dépenser des milliards de
dollars pour reconstruire les infrastructures, qui en ont bien besoin, nous
croyons que la politique d'achat au Canada est non seulement nécessaire, mais
qu'elle aurait dû être établie depuis longtemps afin de faire en sorte que les
Canadiens tirent le maximum des retombées des achats du gouvernement effectués
avec les deniers publics, y compris le financement incitatif de 12 milliards
de dollars dans l'infrastructure prévu par le plus récent budget.
    Toutefois, plutôt que de prouver aux Canadiens que son gouvernement est
capable de se tenir à l'écart de la partisanerie pour appliquer des politiques
intelligentes en période de crise, Stephen Harper demeure aveuglé par son
idéologie (vouée à l'échec) relative au libre-échange et à la
déréglementation, et a fait complètement abstraction de l'utilisation de
politiques d'achat au Canada. De plus, dans une tentative visant à mettre fin
au débat public sur cet enjeu, son gouvernement n'a pas cessé de brandir la
menace selon laquelle une politique d'achat au pays constituerait un
manquement aux règles du commerce international et serait condamnée par nos
partenaires commerciaux internationaux - ce qui pourrait même aller jusqu'à
déclencher une guerre commerciale internationale. Nous ne sommes pas d'accord
avec cette position.
    Nous avons été profondément déçus d'entendre des représentants du
gouvernement critiquer ouvertement l'inclusion d'une disposition d'achat au
pays à l'American Recovery and Reinvestment Act. La critique, incitée par le
gouvernement Harper, a exagéré les répercussions qu'une telle disposition
pourrait avoir sur l'économie canadienne. Elle ne tient pas compte du fait que
les règlements d'achat aux Etats-Unis visant les achats du fédéral existent
depuis 1933 et que ceux concernant l'infrastructure de transport (Etats et
local) existent depuis 1982 - soit depuis bien plus longtemps que l'American
Recovery and Reinvestment Act.
    En réalité, des politiques d'achat au pays existent déjà dans de nombreux
pays développés et en voie de développement partout dans le monde et sont
clairement acceptées dans le cadre des modalités d'accords commerciaux
internationaux tels que l'ALENA et l'OMC. Le Japon, la Corée du Sud, le
Mexique, la Chine et la plupart des Etats membres de l'Union européenne ont
déjà adopté des politiques d'achat au pays. L'adoption de politiques
similaires au Canada permettrait tout simplement d'uniformiser les règles du
jeu.
    En ces moments difficiles, le gouvernement doit agir de manière
responsable et faire le nécessaire et tout ce qui est en son pouvoir afin de
protéger les travailleurs, leurs familles et les collectivités dont ils font
partie. La preuve est faite que l'établissement d'une politique d'achat au
Canada visant les achats effectués avec les fonds publics est non seulement
une solution viable pour contribuer à redémarrer le secteur industriel au
Canada; cela aura également des retombées sur le reste de l'économie
canadienne.
    Au milieu de cette crise, les Canadiens n'ont pas besoin de stratégies
politiques; ils ont besoin d'une autorité compétente et ils demandent à Ottawa
de prendre des mesures immédiates. Il est temps d'agir maintenant.





Renseignements :

Renseignements: communications du syndicat des TCA, Angelo DiCaro,
(cell.) (416) 606-6311; communications du syndicat des Métallos, Pat Van
Horne, (416) 544-5990, ou Peter D. Birt, (416) 544-5966


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.