Destruction de la forêt boréale - Greenpeace occupe le siège social d'AbitibiBowater



    MONTREAL, le 24 sept. /CNW Telbec/ - Greenpeace occupe depuis ce matin le
siège social montréalais d'AbitibiBowater. Trois militants se sont introduits
dans les locaux de l'entreprise forestière au 8e étage de l'édifice Sun Life.
Ils sont enchaînés aux portes d'entrée et perturbent le cours des activités du
plus important fabricant de papier journal au monde. Greenpeace accuse
AbitibiBowater de refuser de protéger la forêt boréale.
    "Le leurre a assez duré", affirme Mélissa Filion, responsable de la
campagne Forêt boréale de Greenpeace. "AbitibiBowater refuse toujours de
protéger la forêt boréale. Elle poursuit cette année ses opérations
forestières dans les derniers massifs encore intacts et ne compte pas changer
ses pratiques."
    Cette action de désobéissance civile s'inscrit dans la logique de la
campagne menée par Greenpeace depuis plus d'un an. Son but : mettre un terme à
la destruction des dernières zones intactes de la forêt boréale. Les forêts
intactes sont des écosystèmes essentiels au maintien de la biodiversité, à
l'équilibre du climat mondial et à la protection d'espèces menacées comme le
caribou forestier. Plusieurs rapports scientifiques récents démontrent que les
forêts intactes sont d'importants réservoirs de carbone.
    Greenpeace rappelle qu'AbitibiBowater (une fusion d'Abitibi-Consolidated
et de Bowater) a la mainmise sur les plus grandes superficies de forêts
publiques au Québec et en Ontario, pour un total de 24 millions d'hectares. La
forestière mène ses activités d'exploitation en laissant très peu de place à
la conservation. Moins de 3 % des territoires forestiers pour lesquels elle
détient un permis important au Québec sont protégés et moins de 23 % demeurent
de grands espaces intacts.
    Selon Greenpeace, des changements mineurs et des gestes environnementaux
isolés ne suffiront pas à redresser le bilan de l'entreprise. Pour
qu'AbitibiBowater devienne un leader du développement durable, des mesures
cohérentes à l'échelle de millions d'hectares de forêt devront être
appliquées.
    "Comment AbitibiBowater peut-elle prétendre embrasser la cause du
développement durable et au même moment refuser de mettre en réserve certains
territoires de forêts intactes pour la création d'aires protégées ?", souligne
Mélissa Filion. "Aujourd'hui, nous rappelons à David J. Paterson, PDG
d'AbitibiBowater, que tant qu'il refusera de protéger les forêts intactes, il
rencontrera Greenpeace sur sa route."
    Dans le but de les protéger, Greenpeace continuera de sensibiliser le
public, les clients et actionnaires de la compagnie de son médiocre bilan.
Jusqu'à maintenant, des contrats valant plusieurs millions de dollars ont été
annulés par d'importants clients parce qu'AbitibiBowater refuse de protéger
les forêts intactes.
    En appui aux militants qui perturbent les activités courantes à
l'intérieur du siège social, d'autres bénévoles manifestent pacifiquement
devant l'édifice ayant pignon sur la rue Metcalf. Ils distribuent des journaux
sur lesquels on peut lire : "AbitibiBowater refuse de protéger la forêt
boréale."

    Note aux médias : Des photos haute-résolution seront disponibles au
    www.greenpeace.ca/gallery.




Renseignements :

Renseignements: Mélissa Filion, Campagne Forêt boréale, (514) 581-8216;
Isabelle Monette, Relation de presses, (514) 212-5749

Profil de l'entreprise

Greenpeace Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.