Desjardins confirme son appui au projet de regroupement des bourses de Montréal et de Toronto



    Certaines ambiguités devraient cependant être levées afin de mieux
    refléter les intentions des partenaires

    MONTREAL, le 26 mars /CNW Telbec/ - Compte tenu de la tendance mondiale
vers la consolidation dans le secteur boursier, le Mouvement des caisses
Desjardins considère toujours que l'entente de fusion entre les deux bourses
canadiennes est nécessaire pour assurer leur pérennité dans leur marché
respectif, de même que pour renforcer leur positionnement à l'échelle
nationale et internationale.
    C'est la conclusion qui se dégage des commentaires soumis par Desjardins
auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF), dans le cadre de ses
consultations sur le regroupement des bourses de Montréal et de Toronto.
    "La mise en place du Groupe TMX représente la meilleure option pour
assurer le rayonnement de l'expertise développée à Montréal dans ce secteur de
pointe et de forte croissance, a déclaré le président et chef de la direction
du Mouvement des caisses Desjardins, M. Alban D'Amours. De plus, j'estime que
la fusion permet aussi de lever l'incertitude quant à l'avenir de la Bourse de
Montréal face à l'échéance de mars 2009 et assure ainsi sa pérennité pour le
bénéfice de Montréal et du Québec."
    Tout en endossant le projet de regroupement, Desjardins souhaite écarter
toute possibilité d'ambiguités associée à la manière dont les textes sont
rédigés. C'est pourquoi il demande que des précisions soient apportées afin de
mieux refléter les intentions et l'esprit des travaux qui ont conduit à
l'élaboration du projet de regroupement des bourses.
    Ainsi, malgré l'interprétation favorable que Desjardins fait de la
demande, des doutes subsistent quant à la possibilité que les attributions du
chef de la direction de la Bourse de Montréal puissent être modifiées si une
autre personne que M. Luc Bertrand occupait ce poste. Pour Desjardins,
l'attribution des responsabilités évoquées dans la demande de regroupement des
bourses devrait l'être en fonction du poste de chef de la direction de la
Bourse de Montréal et non de la personne que représente M. Bertrand.
    De plus, Desjardins souhaite que certains engagements du Groupe TSX à
l'égard de l'AMF, soient précisés. Par exemple, il est écrit dans la demande
que le "Groupe TSX s'engage à faire en sorte que les activités existantes
liées à la négociation d'instruments dérivés et aux autres produits connexes
de la Bourse continueront à être exercées à Montréal". Selon Desjardins,
l'expression "activités existantes" paraît limitative et ne semble pas
traduire adéquatement les intentions des partenaires de faire de Montréal un
centre d'expertise pour le développement futur de produits dérivés.
    Un autre élément pourrait porter à interprétation et laisser croire que
les activités de la Bourse de Montréal seraient limitées au seul ensemble
canadien, ce qui ne reflèterait pas, là non plus, les intentions des
partenaires. Desjardins voudrait donc que l'engagement du Groupe TSX à faire
de la Bourse de Montréal la bourse nationale de négociation de tous les
instruments dérivés et produits connexes, d'être l'unique plateforme de
négociation du commerce d'échange de droits d'émissions de carbone et d'autres
droits d'émissions, au Canada et ailleurs, soit affirmé plus clairement.
    "Il est important de lever ces ambiguités pour que le Groupe TMX puisse
démarrer ses activités rapidement et sur une base solide. Cela me semble par
ailleurs une formalité d'autant plus que, lors d'échanges avec des
représentants du Groupe TSX, leurs intentions quant au rôle que jouera la
Bourse de Montréal dans le domaine des produits dérivés nous paraissaient fort
claires", a précisé M. D'Amours.
    Enfin, en ce qui a trait aux règles de gouvernance, Desjardins considère
qu'il faut analyser la proposition dans son ensemble avant de porter un
jugement. Il faut notamment éviter de juger la gouvernance sur la seule
question du nombre de résidents du Québec au conseil d'administration. La
question est plutôt de savoir si la structure proposée permettra d'assurer la
pérennité de la Bourse de Montréal à l'échelle nationale et internationale
comme pôle d'expertise en matière de produits dérivés et de maintenir l'AMF
comme régulateur de la nouvelle entité. Ce à quoi Desjardins répond par
l'affirmative, en autant que soient levées les ambiguités mentionnées plus
haut.

    A propos de Desjardins

    Plus important groupe financier intégré de nature coopérative au Canada,
avec un actif global de 144 milliards de dollars au 31 décembre 2007, le
Mouvement des caisses Desjardins regroupe un réseau de caisses, credit unions
et centres financiers aux entreprises au Québec et en Ontario, de même qu'une
vingtaine de sociétés filiales en assurances de personnes et de dommages, en
valeurs mobilières, en capital de risque et en gestion d'actifs, dont
plusieurs sont actives à l'échelle du pays. S'appuyant sur la compétence de
ses 40 000 employés et l'engagement de plus de 6 500 dirigeants élus,
Desjardins met à la disposition de ses 5,8 millions de membres et ses clients,
particuliers et entreprises, une gamme complète de produits et services
financiers. Son réseau de distribution physique est complété par des modes
d'accès virtuel à la fine pointe de la technologie. Pour en savoir plus,
consultez le site www.desjardins.com.




Renseignements :

Renseignements: (à l'intention des journalistes uniquement): André
Chapleau, Directeur Information et Relations de presse, (514) 281-7229,
1-866-866-7000, poste 7229, andre.chapleau@desjardins.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.