Des syndicats demandent au gouvernement de freiner ses visées anti-égalitaires



    OTTAWA, le 10 déc. /CNW Telbec/ - Plusieurs grands syndicats prennent les
devants en fournissant un appui financier à des organismes de femmes qui ont
fait les frais des visées anti-égalitaires du gouvernement Harper. L'annonce
de ces syndicats coincide avec le 26e anniversaire de la ratification, par le
Canada, de la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les
formes de discrimination à l'égard des femmes.
    "En mettant fin au financement des travaux de recherche et de défense des
droits réalisés par les organismes de femmes, le gouvernement Harper a pris
une décision à courte vue et nous allons continuer de faire pression pour
qu'elle soit annulée", a indiqué John Gordon, président national de l'Alliance
de la fonction publique du Canada (AFPC). "D'ici là, il est essentiel que ces
groupes ne disparaissent pas."
    L'AFPC a versé 100 000 $ et le Syndicat des travailleurs et travailleuses
des postes, 25 000 $. La somme de ces montants sera répartie également entre
quatre organismes de femmes, soit l'Institut canadien de recherches sur les
femmes (ICRA), l'Association canadienne pour la promotion des services de
garde à l'enfance (ACPSGE), l'Association nationale Femmes et Droit (ANFD) et
l'Alliance canadienne féministe pour l'action internationale (AFAI). De plus,
l'AFPC a remis 15 000 $ à la Fédération des femmes du Québec, l'organisme le
plus important en matière d'égalité des femmes dans cette province.
    La Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de
l'Ontario (OSSTF) s'est engagée à fournir 30 000 $ au cours de l'année à venir
pour aider ces quatre organismes nationaux, ainsi que deux groupes
provinciaux, soit la Ontario Association of Transition and Interval Houses et
la Coalition ontarienne pour de meilleurs services de garde à l'enfance
(COMSEE).
    "Un an après l'élimination, par le gouvernement Harper, du financement
versé à Condition féminine Canada pour les travaux de recherche et de défense,
les organismes de femmes à l'échelle locale, régionale et nationale luttent
pour accomplir ce travail indispensable", affirme Deborah Bourque, présidente
nationale du STTP.
    Déjà, l'ANFD a été forcée de fermer ses portes et de mettre à pied la
plupart de son personnel. Les organismes de femmes, comme l'ANFD, ont soutenu
les efforts des syndicats pour obtenir l'équité salariale, le congé de
maternité et le congé parental ainsi que l'amélioration des conditions de
travail des femmes qui occupent un emploi précaire.
    "Vingt-six ans après la ratification, par le Canada, de la Convention des
Nations Unis, les femmes ne font toujours pas l'objet d'un traitement égal",
soutient Ken Coran, président de l'OSSTF. "Il incombe aux gouvernements
démocratiques de veiller à ce que les organismes de femmes poursuivent leurs
travaux d'analyse des politiques, de recherche et de défense." Les
statistiques indiquent que les femmes n'ont toujours pas atteint l'égalité
avec les hommes. A preuve, elles touchent 71 % du salaire des hommes, de
nombreuses femmes ne peuvent entrer sur le marché du travail parce que
seulement 15 % des enfants de 0 à 12 ans ont une place en garderie réglementée
et la violence à l'égard des femmes est encore une réalité pour de trop
nombreuses femmes.




Renseignements :

Renseignements: Patty Ducharme, vice-présidente exécutive nationale,
AFPC, (613) 560-4310; Ken Coran, président, OSSTF, (416) 751-8300, 1 800
267-7867; Richard McGrath, communication, STTP, (613) 222-3952


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.