Des solutions concrètes pour améliorer les régimes de retraite et prévenir la pauvreté des futurs retraités

Colloque sur l'avenir des régimes de retraite 

MONTRÉAL, le 16 févr. /CNW Telbec/ - À l'Ex-Centris, rue Saint-Laurent à Montréal, avait lieu ce matin un colloque sur l'avenir des régimes de retraite au Québec, organisé conjointement par l'Institut du nouveau monde et le Fonds de solidarité FTQ.  Tout en rappelant les défis démographiques et économiques auxquels le Québec est confronté et à quel point il est important d'encourager les Québécois à épargner en vue de leur retraite, les panelistes  : Michel Arsenault, président de la FTQ, Claude Lamoureux, ex-président et chef de la direction de Teachers, Pierre Plamondon, directeur de l'évaluation, de la statistique et de la révision et actuaire en chef, Régie des rentes du Québec, Michel St-Germain, partenaire et actuaire chez Mercer et Yvon Bolduc, président-directeur général du Fonds de solidarité FTQ ont proposé des solutions concrètes pour contrer le phénomène de la pauvreté des retraités au Québec qui risque de s'accentuer si rien n'est fait.

Le panel qui était animé par Michel Venne, directeur général de l'Institut du Nouveau Monde, a permis de nourrir une réflexion fondée sur des faits marquants du Québec d'aujourd'hui et de demain, mais également d'ouvrir la voie à des solutions dont les gouvernements pourront tirer profit.

Des constats inquiétants
Actuellement entre 30 % et 40 % des Québécois n'ont pas un revenu satisfaisant à la retraite et la situation ne s'améliorera pas. Près de 50 000 PME employant un million de travailleurs n'offrent pas de régime de retraite à leurs employés, ce qui sous-entend que 46 % des travailleurs québécois ne sont pas couverts par un régime de retraite collectif. Le nombre de cotisants au Régime des rentes du Québec par retraité va passer de 3 à 1,5 d'ici 2040, ce qui représente un fardeau majeur pour les futures générations.

Les efforts doivent être collectifs
Devant ces faits, Michel Arsenault soutient que l'amélioration de la sécurité du revenu à la vieillesse est un enjeu sociétal qui requiert la solidarité de l'ensemble de la société. En ce sens, la législation doit obliger non seulement les travailleurs, mais également les entreprises à cotiser à la solution retenue. D'emblée, M. Arsenault propose de bonifier la rente du Régime des rentes du Québec (RRQ).  « En haussant progressivement de 25 à 50 % le taux de remplacement assuré par la RRQ et en augmentant de 47 200$ à 62 500$ le plafond de revenu couvert, les prochains retraités pourront espérer un taux de remplacement du revenu à la retraite plus adéquat, tout en laissant de la place aux épargnes personnelles sur une base complémentaire. Un travailleur à plus faible revenu verrait sa cotisation passer de 4,5 % à 7,0 % de son salaire mais en contrepartie, à terme sa rente augmenterait du double ».  Dans le même ordre d'idées, il suggère de bonifier le Supplément de revenu garanti (SRG).

L'équilibre du RRQ doit être rétabli
Le taux de remplacement combiné offert pas les régimes publics (RRQ et la pension de Sécurité de la vieillesse) est de seulement 40 % pour le travailleur moyen, fait remarquer M. Plamondon. Il est parmi les plus faibles des pays industrialisés. Une part importante est laissée aux régimes privés (individuels ou collectifs) qui font pourtant face à divers problèmes : ils sont moins généreux et le rendement est insuffisant sur l'épargne individuelle. Par ailleurs, le taux de cotisation actuel au RRQ (9,9 % en combinant les cotisations versées par l'employeur et par l'employé) est insuffisant pour atteindre l'équilibre (il devrait être de 11,02 %). Il est donc nécessaire de prendre des mesures pour rétablir l'équilibre financier du RRQ.

Les solutions doivent être multiples
Pour Claude Lamoureux, les solutions doivent être multiples et toucher autant les régimes publics que privés. Il est urgent de rétablir l'équilibre du RRQ, a-t-il insisté. Mais on devrait aussi ajuster à la hausse l'âge de la pleine retraite. M. Lamoureux préconise des régimes privés gérés par des professionnels et non pas laissés à la gestion individuelle et dans lesquels les employeurs pourraient contribuer.

Situation différente selon les revenus des ménages
M. St-Germain a soutenu pour sa part que la solution n'est peut-être pas la même selon les revenus des ménages. Ceux à revenus élevés n'ont pas besoin de l'aide de l'État.  Dans la classe moyenne, certains sont bien couverts par des régimes collectifs, d'autres pourraient avoir comme priorité immédiate le remboursement de l'hypothèque et le bien-être des enfants.  Il faut encourager le secteur privé à offrir des produits d'épargne retraite à des frais concurrentiels assortis de conseils objectifs. Et il faut continuer d'analyser l'option d'un régime volontaire.

Les fonds de travailleurs : une solution rentable pour les épargnants et les gouvernements
Faisant le point, M. Bolduc rappelle qu'à eux seuls, les régimes publics ne suffiront pas à offrir aux Québécois une retraite confortable. Il s'est dit confiant que la complémentarité des solutions est possible pour assurer un avenir meilleur aux futurs retraités et ainsi prévenir la pauvreté à cette étape de la vie. Pour lui, les fonds de travailleurs, comme le Fonds de solidarité FTQ, constituent une solution gagnante, à la fois pour le travailleur et pour le gouvernement.  « Je suis rassuré par la forme que prend notre solution d'épargne puisque les sommes investies par nos actionnaires-propriétaires sont accumulées en vue de la retraite. Les sommes peuvent être retirées seulement dans certaines situations de vie comme lors de l'achat d'une première maison avec le Régime d'accès à la propriété, le retour aux études, le démarrage d'une entreprise ou la perte importante de revenus. De plus, le REER du Fonds constitue une source complémentaire au système de pension des gouvernements.  Leur coût fiscal lié aux 30 % de crédit d'impôt représente un investissement pour eux car ils le récupèrent rapidement, en moyenne à l'intérieur de trois ans. Suivant cette période, les crédits s'avèrent même payants pour les gouvernements1. » a conclu M. Bolduc.

À propos du Fonds de solidarité FTQ
Faire tourner l'économie d'ici, grâce au Fonds de solidarité FTQ. Avec un actif net de 7,7 milliards $ au 30 novembre 2010, ce fonds d'investissement en capital de développement fait appel à l'épargne des Québécoises et des Québécois. Ses investissements, dans tous les secteurs de l'économie, contribuent à la création et au maintien d'emplois dans les entreprises et favorisent le développement du Québec. Le Fonds de solidarité FTQ est partenaire, directement ou par l'intermédiaire de l'un des membres de son réseau, dans 2 052 entreprises. Il compte 577 511 actionnaires-propriétaires et participe, seul ou avec d'autres partenaires financiers, à la création, au maintien et à la sauvegarde de 150 133 emplois. Pour en savoir plus, consultez le site www.fondsftq.com.

1 « Portrait des investissements du Fonds de solidarité FTQ et analyse de leur impact économique », SECOR and Regional Data Corporation, juin 2010. 

 

SOURCE FONDS DE SOLIDARITE FTQ

Renseignements :

les numéros de téléphone ci-dessous sont à l'usage exclusif des journalistes et des autres représentants des médias.

Sources :  


Josée Lagacé
Conseillère principale aux relations de presse et communications
Fonds de solidarité FTQ
Téléphone : 514 850-4835
Cellulaire : 514 707-5180
Courriel : jlagace@fondsftq.com
   





Michel Venne
Directeur général
Institut du nouveau Monde
Téléphone :  514 934-5999 poste 224
Cellulaire :  514 237-8032
Courriel :  michel.venne@inm.qc.ca

Profil de l'entreprise

FONDS DE SOLIDARITE FTQ

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.