Des scientifiques travaillent en tandem avec l'équipage, à bord d'un thonier senneur du Pacifique, pour identifier des solutions qui garantiraient une pêche durable

Une coalition mondiale lance un projet maritime innovateur dans le but de préserver les stocks de thon et de protéger la vie marine

MANTA, Équateur, le 10 mai /CNW/ - Aujourd'hui, à Manta (Équateur), des représentants de pêcheries, des chercheurs scientifiques et des pêcheurs de thon sont montés à bord d'un navire sur lequel ils passeront les deux prochains mois en mer pour lancer la prochaine phase d'un projet, coordonné par une coalition mondiale, dont l'objectif est de promouvoir des techniques pratiques et efficaces permettant de réduire l'impact environnemental de la pêche au thon.

Des navires à senne coulissante, qui utilisent de vastes filets pour capturer les poissons, approvisionnent le monde en thon à raison de millions de tonnes par année. Lorsque sont utilisés des dispositifs flottants pour attirer les poissons, appelés DCP (pour dispositif de concentration du poisson, FAD en anglais), la pêche est plus efficace, ce qui se traduit par une économie de temps et de carburant. Cependant, il y a un sérieux inconvénient. Il s'agit des « prises accessoires » : la capture involontaire de faune marine. En moyenne, environ 5 % des prises d'un navire sont des requins ou des poissons qui ne sont pas des thons. L'International Seafood Sustainability Foundation (ISSF) a demandé une diminution significative de ce gaspillage potentiellement dommageable à l'environnement et a mis plus d'un an à élaborer le plan détaillé d'un projet mondial incorporant recherche, éducation des pêcheurs, et mise au point de nouvelles techniques et applications pour la technologie existante.

« Le problème a été identifié et son envergure évaluée » commente Susan Jackson, présidente de l'ISSF. « Il est maintenant temps de partir en mer et, de concert avec des représentants de l'industrie, d'apporter d'importantes améliorations qui les aideront à maintenir la viabilité de leur entreprise sans toutefois compromettre les ressources mondiales de thon ni le complexe écosystème océanique. »

Cette première croisière - une collaboration scientifique entre l'ISSF et l'Inter-American Tropical Tuna Commission (IATTC) - va passer deux mois dans l'est de l'Océan Pacifique à bord du « Yolanda L », un navire à senne coulissante appartenant à Frigorificos Pesqueros Infripesca dirigé par le capitaine Ricardo Diaz. Un bateau-atelier, transporté par le Yolanda L et à bord duquel seront effectuées des expériences sur les rassemblements de thons associés aux DCP, sera équipé d'un véhicule téléopéré (VTO), d'un échosondeur à la fine pointe de la technologie et de systèmes de localisation acoustique. Ces appareils vont être utilisés par les scientifiques pour explorer et éventuellement identifier de nouvelles pratiques de pêche qui permettraient aux navires à senne coulissante de capturer de bonnes quantités de thons tout en réduisant l'impact de la pêche sur les espèces vulnérables.

« L'activité de toutes les pêcheries implique des compromis et un certain degré d'impact environnemental. Certains ont recommandé que ces pêcheries soient abandonnées, ce qui, selon les responsables de l'industrie, diminuerait de moitié l'approvisionnement mondial en thon, mènerait à des milliers de pertes d'emploi, et aggraverait les tensions financières qui touchent les économies en développement » ajoute Jackson. « Plutôt que d'abandonner, nous nous devons d'aider une industrie qui est disposée à améliorer ses pratiques. »

Il est important d'intervenir dans l'est de l'Océan Pacifique à cause de l'impact qu'a la pêche utilisant des DCP sur une espèce de thon, le patudo, aussi appelé « thon ventru ». Les stocks de la région ont peine à se remettre de la surpêche des dernières années. Kurt Schaefer, maître des recherches à l'IATTC, dirigera l'équipe du Yolanda L alors qu'elle effectuera des essais qui tendront à réduire le nombre de patudos pris dans les filets. Les chercheurs tenteront aussi de trouver des moyens d'empêcher que des tortues et des requins s'empêtrent dans les DCP, en testant divers modèles constitués de matières biodégradables.

« Cette croisière va aider notre équipe de scientifiques et ses collaborateurs à améliorer les ateliers éducatifs auxquels participent déjà des équipages de pêche dans le monde, » remarque  Victor Restrepo, président du comité consultatif scientifique de l'ISSF et docteur en dynamique des populations. « Au fur et à mesure que les chercheurs trouverons des solutions, nous incorporerons ces trouvailles dans les ateliers pour que les chefs de bord et capitaines de navires puissent nous fournir des rétroactions en temps réel. Si une solution proposée n'est pas réaliste ou si les pêcheurs ont une idée qui permettrait de l'améliorer, nous pourrons la remettre à l'eau et effectuer des changement. »

Des ateliers ont déjà été tenus dans des ports de pêche des Amériques, d'Afrique, d'Europe et de la région des îles du Pacifique. D'autres sont prévus pour les mois qui viennent.

Alors que ce premier navire travaillera dans l'est de l'Océan Pacifique, d'autres croisières seront lancées dans le Pacifique (ouest et centre) et dans l'Atlantique au cours de l'année prochaine.

À propos de l'International Seafood Sustainability Foundation (ISSF)

L'International Seafood Sustainability Foundation (ISSF) est une coalition mondiale de scientifiques, de représentants de l'industrie de la pêche au thon, et du World Wildlife Fund (WWF), première organisation mondiale de protection de la nature. Cette coalition élabore des initiatives scientifiques ayant pour objectifs la conservation à long terme et l'exploitation durable des stocks de thon, la réduction des prises accessoires, et la santé des écosystèmes. Pour en savoir plus, visitez: iss-foundation.org

À propos de l'Inter-American Tropical Tuna Commission (IATTC)

L'Inter-American Tropical Tuna Commission (IATTC) est en charge de la conservation et de la gestion des thonidés, ainsi que d'autres espèces de la faune marine capturées par les thoniers senneurs dans l'est de l'Océan Pacifique. L'objectif de la commission est de garantir la conservation à long terme et l'exploitation durable des stocks de poissons couverts par sa convention, en accord avec la loi internationale et les règles pertinentes. Elle a été établie en 1949 par une convention entre le Costa Rica et les États-Unis qui a été modifiée en 2003 par la Convention d'Antigua. Elle compte aujourd'hui 20 membres et 2 tiers coopératifs. Pour plus de détails: iattc.org

Note aux éditeurs: Images à haute-résolution et vidéo à haute-définition de la conférence de presse à Manta, en Équateur, sont disponibles. D'autres statistiques et ressources scientifiques sont aussi disponibles.

SOURCE International Seafood Sustainability Foundation

Renseignements :

CONTACT: Michael Crispino, +1-703-226-8102, mcrispino@iss-foundation.org; ou Erin Grandstaff, erin@bluelinesc.com ou  Kati Rutherford, kati@bluelinesc.com, both at +1-202-280-6770

Profil de l'entreprise

International Seafood Sustainability Foundation

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.