Des perceptions non fondées colorent la souveraineté de l'Arctique - La solution exige que les pays comprennent la perception de l'autre



    OTTAWA, le 28 mai /CNW Telbec/ - La résolution du débat croissant sur la
souveraineté des ressources de l'océan Arctique est compliquée en raison des
différences qui existent entre les pays sur la façon d'interpréter la
géographie du Nord.
    Selon Phil Steinberg, assistant professeur au Département de géographie
de la Florida State University, à Tallahassee, concilier ces points de vue
divergents est l'indispensable premier pas vers la résolution de ce qui
devient un épineux problème international à mesure que le réchauffement
planétaire rend accessible l'océan Arctique.
    Lors d'une communication présentée au Congrès des sciences humaines qui
se tient cette semaine à l'Université Carleton, à Ottawa, Professeur Steinberg
dit que, en matière de géographie, les croyances des personnes sont souvent
fondées sur de fausses idées. Deux concepts s'opposent quant à l'océan
Arctique: s'agit-il simplement d'une masse d'eau navigable ou est-ce plutôt un
territoire recouvert d'eau - territoire qui appartient à un pays?
    Selon le chercheur, lorsque des pays, tel la Russie, discutent
d'exploitation des ressources de l'Arctique, ils réfèrent à un territoire
recouvert d'eau. Le Canada adopte une position similaire en considérant le
Passage du Nord-Ouest comme territoire canadien.
    Les Etats-Unis, cependant, considèrent le Passage du Nord-Ouest comme une
simple masse d'eau qui permet la navigation d'un endroit à un autre.
    "Dans l'imaginaire national américain, le concept d'un espace nordique
divisible en territoire national n'existe même pas" dit Professeur Steinberg.
Ce genre de conception du Nord se trouve reflété dans les cartes
géographiques.
    "Regardez une carte du monde", dit-il. "Les territoires sont divisés en
pays, tous de couleur différente. Ce qui renforce la notion de territorialité.
La mer, par contre, est d'une couleur bleue uniforme, représentant de façon
graphique la liberté d'accès aux mers du monde".
    Le même concept s'applique à l'Antarctique qui est généralement de
couleur blanche sur les cartes et ne montre aucune division territoriale
définie. Dans l'Arctique, un autre facteur complexifiant s'ajoute : lorsque
l'océan est recouvert de glace, on peut marcher dessus et, jusqu'à un certain
point, s'en servir comme d'un terrain. La fonte des glaces change la situation
en transformant la zone Arctique en une vaste masse liquide.
    "Pour bien saisir le débat, il est toujours utile de comprendre les
références sous-entendues par chaque partie", dit Professeur Steinberg.
"Souvent, les désaccords portent sur des perceptions non-fondées".
    "En ce qui concerne le Passage du Nord-Ouest, la peur de créer un
précédent explique la position des Etats-Unis".
    "Lorsque les nations sont guidées par la peur de créer un précédent, les
vents légers se transforment souvent en ouragan".

    Organisé par la Fédération canadienne des sciences humaines, le Congrès
2009 réunit quelque 8,000 chercheurs de partout au Canada et dans le monde.




Renseignements :

Renseignements: Caitlin Kealey, La salle de presse du Congrès, (613)
520-3552, ckealey@fedcan.ca; steve_blais@carleton.ca, Suivez le Congrès en
ligne, visitez: www.fedcan.ca/experience

Profil de l'entreprise

Fédération canadienne des sciences humaines

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.