Des organismes du territoire de la MRC de l'Assomption demandent l'implantation du train de l'Est rapidement



    REPENTIGNY, QC, le 13 janv. /CNW Telbec/ - A quelques heures du dépôt de
leurs mémoires respectifs auprès du Bureau d'audiences publiques en
environnement (BAPE), des municipalités et organismes du territoire de la MRC
de L'Assomption ont tenu à exprimer d'une seule voix leur appui sans équivoque
au projet du train de l'Est.
    "La MRC de L'Assomption, la Ville de L'Assomption, la Ville de
Charlemagne, la Ville de Repentigny, le CLD de la MRC de L'Assomption et le
Réseau de transport collectif régional de la MRC de L'Assomption (RTCR)
exposeront devant le BAPE des motifs différents, mais ces organismes ont en
commun la ferme volonté de voir le train de banlieue s'implanter rapidement
dans la région. Nous avons conclu qu'il était essentiel de le dire
solidairement pour que le message soit bien saisi non seulement par le BAPE,
mais aussi par la ministre des Transports et le président-directeur général de
l'Agence métropolitaine de transport", a déclaré M. Benoît Verstraete, préfet
suppléant de la MRC de L'Assomption et maire de la Ville de L'Epiphanie.
    Pour la MRC de L'Assomption, le projet du train de l'Est s'inscrit comme
une composante du transport collectif à l'échelle de l'ensemble du territoire
de la métropole montréalaise. "Ce projet complète l'armature du réseau de
trains de banlieue dans la métropole. Il est attendu depuis longtemps afin de
corriger la lacune actuelle dans la partie nord-est de la couronne
métropolitaine. Il sera également bénéfique pour l'environnement, car il
présente un bilan environnemental positif, notamment grâce à ses impacts sur
la diminution des gaz à effet de serre. De plus, ce projet améliorera la
qualité de vie des citoyens en offrant une alternative de qualité dans l'offre
de transport collectif. En ce sens, le projet du train de l'Est, tout comme
les projets de voies réservées qui sont sur la table à dessin, sont désormais
essentiels et socialement souhaités", a expliqué M. Verstraete.
    De son côté, le maire de L'Assomption, M. Pierre Gour, a rappelé que
depuis de nombreuses années, la Ville et la population attendent avec
impatience un service de train de banlieue. "La réalisation de la phase 2
permettrait d'améliorer l'offre de service de transport collectif dans notre
ville, surtout en termes de fiabilité, de sécurité et de confort. Aussi, nous
sommes prêts à l'accueillir sans délai : l'infrastructure ferroviaire est
existante; le terrain où se situerait la gare et le stationnement sont déjà la
propriété de la Ville et le terrain pour aménager les voies de garage est
disponible et prévu", a-t-il indiqué.
    Le maire de Charlemagne et président du RTCR, M. Normand Grenier, a
poursuivi sur la même lancée. "La Ville de Charlemagne travaille depuis 2006,
en étroite collaboration avec l'AMT, afin de réaliser dès aujourd'hui le train
de l'Est. Il faut améliorer l'offre de service en transport en commun si l'on
veut réellement désengorger les autoroutes et améliorer notre compétitivité.
En outre, nous avons élaboré un concept d'aménagement et de développement qui
favorisera une revitalisation urbaine dans une perspective de développement
durable. Nous croyons fermement que l'arrivée du train de banlieue sera le
geste concret qui permettra d'induire une tendance dans la population en
faveur du transport collectif", a d'abord mentionné M. Grenier.
    A titre de président du RTCR, ce dernier a fait valoir que son organisme
est prêt pour le train et recommande même des améliorations. "Il est évident
que la venue du train améliorera et complétera les planifications du RTCR et
qu'elle facilitera une offre de service plus complète. Le RTCR a planifié la
compatibilité et les ajustements nécessaires à la venue du train de banlieue."
    C'est d'abord à titre de représentant de la Ville de Repentigny, dont il
est le vice-président du comité exécutif, que M. Jeannot Lemay s'est exprimé
en faveur du train de banlieue. "Repentigny compte intégrer l'implantation du
train de banlieue dans une perspective de développement et de redéploiement
urbain, comme l'ont fait Saint-Hilaire et Sainte-Thérèse. Nous souhaitons
également le voir arriver très rapidement parce que nombre de Repentignoises
et de Repentignois en ont assez des bouchons de circulation. A cet égard,
notre mémoire insiste sur l'aménagement de voies réservées, car nous ne
croyons pas que le train relèvera à lui seul les défis de la fluidité du
trafic", a dit M. Lemay.
    Revêtant son titre de président du CLD de la MRC de L'Assomption, il a
présenté les effets bénéfiques du train de l'Est sous l'angle du développement
économique. "Il nous faut le train dans les plus brefs délais, de manière à
répondre à plusieurs besoins urgents, comme la réduction de la congestion, le
renouvellement et la mobilité de la main-d'oeuvre en augmentant la densité de
la population, de même que le maintien et la consolidation de notre
positionnement stratégique. Le CLD appuie également la seconde phase du projet
en direction de L'Assomption. Par ailleurs, la mise en place d'une ou de voies
réservées vers le centre-ville de Montréal est également devenue une
nécessité. De plus, le CLD considère que les retombées économiques, à court et
à long termes, seront des plus positives. Enfin, sur le plan environnemental,
c'est un projet de développement durable qui saura optimiser la densité de
population, à l'intérieur du périmètre urbain", a précisé M. Lemay.
    Rappelons que l'AMT propose la mise en service du train de l'Est, une
nouvelle ligne de train de banlieue desservant l'est de Montréal et le
nord-est de la région métropolitaine. Le projet exigerait la construction
d'une voie ferrée de 14,5 km entre le boulevard Céline-Dion, à Charlemagne, et
le parc industriel de Mascouche, en utilisant notamment la partie centrale de
l'autoroute 640 sur une distance d'environ 8 km. Parmi les objectifs du
projet, il faut souligner que l'AMT vise à favoriser le développement
économique, à améliorer la desserte régionale en transport collectif et à
réduire la congestion routière en période de pointe. En plus des sept gares
aménagées sur l'île de Montréal, quatre gares seraient aménagées le long du
tracé projeté, soit celles de Charlemagne, de Repentigny, de Terrebonne et de
Mascouche.
    De plus, ce projet nécessiterait la construction de structures, notamment
un pont ferroviaire pour la traversée de la rivière Mascouche, quelques
ouvrages de franchissement de ruisseaux et deux structures d'insertion pour
l'accès au terre-plein central de l'autoroute 640. Un passage à niveau serait
également ajouté au croisement avec le chemin de la Presqu'Ile à Repentigny et
un tronçon du boulevard Pierre-Le Gardeur serait réaménagé en pont d'étagement
afin de traverser la voie ferrée projetée à Repentigny. Enfin, l'AMT souhaite
mettre en service le train de l'Est en décembre 2010 et évalue le coût de
l'ensemble du projet à environ 300 M$.




Renseignements :

Renseignements: Pascal Saint-Denis, Communications.PSD, (450) 939-3453

Profil de l'entreprise

MRC DE L'ASSOMPTION

Renseignements sur cet organisme

VILLE DE L'ASSOMPTION

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.