Des milliers de Québécoises et de Québécois appuient le Front de défense des non-syndiquéEs sur la hausse du salaire minimum



    MONTREAL, le 13 déc. /CNW Telbec/ - C'est aujourd'hui à 10h, que sera
déposée à l'Assemblée nationale la pétition du Front de défense des
non-syndiquéEs (FDNS) pour l'augmentation du salaire minimum, signée par plus
de 28 000 personnes de diverses régions du Québec. Déposée par l'entremise des
députés Nicolas Girard et Eric Charbonneau, respectivement du Parti Québécois
et de l'Action démocratique du Québec, cette pétition réclame que le salaire
minimum procure à une personne qui travaille 40 heures par semaine un revenu
annuel équivalent au seuil de faible revenu, avant impôt, établi par
Statistique Canada pour une personne seule. Actuellement, l'écart avec ce
seuil est de 21 %. En effet, une personne qui travaille 40 heures par semaine
au salaire minimum (8 $) gagne 16 640 $ par année, alors que le seuil de
faible revenu s'élève à 21 202 $ pour 2006.
    Le FDNS trouve inacceptable qu'en ce jour anniversaire de l'adoption de
la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, les milliers
de travailleuses et de travailleurs du Québec rémunérés au salaire minimum
demeurent dans la pauvreté, tout en travaillant à temps plein. Un redressement
important est donc nécessaire. Rappelons que de 1998 à 2005, ces personnes ont
perdu 6 % de leur pouvoir d'achat, sans compter les années de gel de 1981 à
1986 qui ont aussi lourdement affecté leur pouvoir d'achat.
    Le Front de défense des non-syndiquéEs, coalition de près de 30
organisations québécoises, fait campagne pour la hausse du salaire minimum
depuis le 1er mai dernier. Il a l'appui de nombreux groupes sociaux et
d'organisations syndicales, ainsi qu'un appui clair de la population. Il y a
cinq ans jour pour jour, le Québec adoptait la Loi visant à lutter contre la
pauvreté et l'exclusion sociale. Le FDNS presse aujourd'hui le ministre du
Travail et son gouvernement d'agir rapidement dans ce dossier et d'enrayer la
pauvreté chez les travailleuses et travailleurs du Québec.




Renseignements :

Renseignements: Mélanie Gauvin, Porte-parole nationale pour le FDNS,
(514) 699-0580; Marie-Josée Magny, Porte-parole de la Mauricie pour le FDNS,
(819) 692-2513; Manon Brunelle, Porte-parole de l'Estrie pour le FDNS, (514)
617-9927; Source : Front de défense des non-syndiquéEs (FDNS)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.