Des milliers de Canadiens s'expriment en faveur du droit de voir



    - De nombreuses organisations appuient également la campagne menée par
    INCA pour empêcher que des dizaines de milliers de Canadiens deviennent
    aveugles -

    TORONTO, le 21 janv. /CNW/ - En seulement 12 jours, plus de 7 000
Canadiens et plusieurs organisations ont démontré leur appui à la campagne
d'INCA, Le droit de voir, disant ainsi aux membres du Programme commun
d'évaluation des médicaments (PCEM) qu'un traitement novateur d'une maladie
des yeux très répandue et dévastatrice devrait être recommandé aux fins d'une
couverture par les régimes de soins médicaux provinciaux et territoriaux. En
l'absence d'une recommandation favorable à Lucentis, qui fera l'objet d'un
examen final mercredi (le 23 janvier 2008), des dizaines de milliers de
Canadiens ne pourront pas accéder au premier et au seul traitement éprouvé en
clinique pouvant restaurer, chez de nombreux patients, la perte de vision
causée par la dégénérescence maculaire humide liée à l'âge (DMLA humide).
    "L'appui et la réaction des Canadiens au cours des douze derniers jours
ont été extraordinaires", a déclaré Jim Sanders, président et chef de la
direction d'INCA. "Nous sommes convaincus que les membres du Programme commun
d'évaluation des médicaments ont entendu le message, mais surtout, nous sommes
persuadés qu'ils prendront la bonne décision, compte tenu de l'examen
préalable et du consensus sur le fait que tous les Canadiens, sans égard à
leur revenu, méritent d'avoir la chance de conserver la vue."
    INCA a reçu l'appui d'organisations de l'ensemble du pays et du monde
entier relativement à sa campagne Le droit de voir, notamment l'Association
canadienne des individus retraités, l'Association canadienne des
optométristes, la Société canadienne d'ophtalmologie, le Conseil canadien des
aveugles, Advocates for Sight Impaired Consumers, l'Association canadienne du
diabète, la Canadian Organization for Rare Disorders, AMD Alliance
International, l'Union mondiale des aveugles et l'International Association
for the Prevention of Blindness. La comédienne et actrice canadienne Mary
Walsh, qui souffre elle-même de DMLA humide, s'est également engagée en faveur
de la campagne.
    Par l'intermédiaire du site Web de la campagne, www.righttosight.ca, les
Canadiens ont écrit des milliers de lettres à l'intention du ministre fédéral
de la Santé, à ses homologues des provinces et des territoires, ainsi qu'aux
responsables du PCEM. Voici quelques-unes de leurs histoires personnelles,
dont nous publions ici des extraits avec leur autorisation :

    Ma mère a reçu un diagnostic de DMLA humide et nous n'avons pas les
    moyens de nous procurer ce médicament, alors qu'elle continue de souffrir
    et dépend de plus en plus de nous. Cela cause d'énormes difficultés, non
    seulement à elle, mais aussi aux membres de notre famille qui, pour leur
    part, ne peuvent pas contribuer à la croissance canadienne.
    Minaz Rattansi, North York, Ontario

    En entendant parler de Lucentis, j'ai tout de suite compris que c'est le
    médicament qui faisait l'objet de toutes mes prières. Grâce à lui, je ne
    perdrai peut-être pas la vue dans mon second oeil et je pourrai continuer
    de travailler et de vivre ma vie comme je l'ai toujours fait, c'est-à-
    dire au maximum. Ce médicament me donne espoir.
    Mary Walsh, St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador

    Une de mes amies est devenue aveugle à cause de la DMLA il y a dix ans.
    Elle ne pourra jamais voir ses fils se marier, admirer ses futurs petits-
    enfants et conduire sa voiture à nouveau. Elle n'a que 52 ans. Si elle
    avait eu accès à Lucentis lorsqu'elle a reçu son diagnostic, elle verrait
    peut-être encore.
    Patricia Lund, Kelowna, Colombie-Britannique

    Mes deux yeux sont atteints de cette maladie, et je trouve la vie bien
    difficile. J'ai été ému par la situation dans laquelle se trouvent
    certains des patients âgés de mon ophtalmologiste. Ils reçoivent une
    pension du gouvernement et ils n'ont pas les moyens de payer eux-mêmes
    pour ce médicament. La vue, c'est précieux.
    David Brown, Hamilton, Ontario

    En 2007, Santé Canada a autorisé l'emploi de Lucentis au Canada, et la
Régie de l'assurance-maladie du Québec a autorisé sa couverture peu de temps
après. Le gouvernement de l'Ontario a également reconnu l'importance de ce
traitement par l'intermédiaire de son processus d'examen accéléré, bien
qu'aucune décision n'ait été encore annoncée concernant son remboursement. Par
ailleurs, la mise en marché et le remboursement de Lucentis sont autorisés aux
Etats-Unis, en Australie, au Royaume-Uni, en Suisse, en France et dans
d'autres pays. A la fin de 2007, les responsables du Programme commun
d'évaluation des médicaments du Canada ont émis une recommandation défavorable
au remboursement de Lucentis mais, le 23 janvier, ils soumettront le
médicament à un nouvel examen et rendront une recommandation finale.
    La DMLA affecte plus de Canadiens que bon nombre d'autres maladies très
connues. En fait, elle touche plus de Canadiens que le cancer du sein, le
cancer de la prostate, la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer
réunis. Elle représente également la principale cause de perte de vision chez
les Canadiens. D'après les estimations, plus d'un million de Canadiens sont
atteints de DMLA et plus de 100 000 d'entre eux sont actuellement touchés par
la DMLA humide. D'ailleurs, l'incidence de la DMLA devrait doubler au cours
des 25 prochaines années.
    La DMLA humide constitue la forme la plus agressive de cette maladie.
Dans 90 % des cas, elle est à l'origine des pertes de vision graves liées à la
DMLA. De plus, elle engendre des répercussions dévastatrices sur les Canadiens
qui en sont atteints ainsi que leur famille. Elle les empêche de lire et de
conduire, et même de voir le visage d'êtres chers. Les personnes qui reçoivent
un diagnostic de DMLA en viennent fréquemment à souffrir de dépression grave.
Elles sont plus susceptibles que la population générale du même âge d'être
admises en maison de soins infirmiers ou de subir une chute grave. Au Canada,
les frais directs et indirects des soins de santé associés à la perte de
vision principalement imputable à la DMLA sont estimés à 7,9 milliards de
dollars par année et ils sont équivalents à ceux de maladies comme le diabète.

    INCA est un organisme caritatif communautaire national et enregistré qui
se consacre à l'éducation du public, à la recherche et à la santé visuelle de
tous les Canadiens. INCA fournit aux personnes vivant avec une perte de vision
les services et le soutien nécessaires à la qualité de vie.





Renseignements :

Renseignements: ou pour organiser une entrevue, veuillez communiquer
avec: Nick Cowling, Optimum PR, (416) 934-8011, Nick.cowling@cossette.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.