Des leaders de communautés ethniques s'insurgent contre la présence de longue date de criminels de guerre au Canada



    OTTAWA, le 30 janv. /CNW/ - Des représentants de communautés ethniques
vivant au Canada, dont l'histoire récente est marquée par les horreurs d'un
génocide, se sont rassemblés pour critiquer le fait que le Canada continue
d'être une terre d'asile pour des personnes qui ont commis des crimes contre
l'humanité. Ils ont particulièrement attiré l'attention sur les cas de six
hommes qui vivent encore dans ce pays bien que des tribunaux canadiens les
aient trouvés coupables de complicité avec les nazis.
    "L'urgence d'agir pour le gouvernement canadien n'est nulle part ailleurs
plus claire que dans le cas d'Helmut Oberlander", a déclaré le directeur
général du Congrès juif canadien, Bernie M. Farber. "Voici un individu qui
était traducteur pour un escadron de la mort responsable de l'assassinat de
milliers de Juifs. Il vit dans ce pays depuis plus de 50 ans. Le fait qu'il
réside toujours au Canada est une honte."
    "Oberlander est l'un des six cas qui n'ont besoin que de la volonté
politique pour être résolus. Des gardes de camps de travail comme Wasyl
Odynsksy, Jura Skomatchuk et Josef Furman étaient des rouages dans la
machinerie du génocide", a ajouté Leo Adler, directeur des affaires nationales
de l'organisation Les Amis du Centre Simon Wiesenthal pour études de
l'Holocauste. "Ces hommes, ainsi que des collaborateurs comme Jacob Fast et
Vladimir Katriuk, ont menti pour pouvoir entrer au Canada. Ils déshonorent le
privilège de la citoyenneté canadienne."
    Rejoint par des représentants des communautés arménienne, rwandaise, du
Darfour et des Roms parlant au nom des victimes d'un génocide, le groupe a
appelé le gouvernement fédéral à agir rapidement, pendant qu'il est encore
temps.
    "La justice, si elle est appliquée, reste un moyen de dissuasion crucial.
Ceux qui commettent un génocide ou participent à ces atrocités agissent ainsi
parce qu'ils croient que leurs actions ne porteront jamais à conséquence", a
déclaré Jean-Paul Nyilinkwaya, directeur des relations publiques de
PAGE-Rwanda. "Si le monde entier unissait ses efforts pour obtenir justice
contre tous ceux qui ont commis des crimes contre l'humanité dans le passé,
nous croyons que les tyrans actuels reverraient leurs plans."
    "C'est tellement désolant", a ajouté Bakri Abdalla, membre de la
direction de Darfur Association of Canada. "Lorsqu'on a prononcé pour la
première fois la phrase 'plus jamais', on espérait que ces mots avaient un
sens. Et pourtant, depuis l'holocauste, des génocides continuent de se
produire, maintenant même. Comment pouvons-nous protéger l'avenir si nous ne
sommes pas capables de régler les dettes du passé?"




Renseignements :

Renseignements: David Eisenstadt, Les Amis du Centre Simon Wiesenthal
pour études de l'Holocauste, 1-800-267-4476, poste 36, deisenstadt@tcgpr.com;
Len Rudner, Directeur national des relations communautaires, Congrès juif
canadien, (416) 631-5712 (bureau), (416) 666-1761 (cell.), lrudner@on.cjc.ca

Profil de l'entreprise

FRIENDS OF SIMON WIESENTHAL CENTER FOR HOLOCAUST STUDIES

Renseignements sur cet organisme

CONGRES JUIF CANADIEN

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.