Des groupes de femmes réagissent au meurtre conjugal à St-Jean-de-Matha



    ST-JEAN-DE-MATHA, QC, le 20 août /CNW Telbec/ - Le Centre Au Coeur des
Femmes de St-Jean-de-Matha réagit à la mort injuste de l'une de ses
participantes, tuée par son mari mardi dernier, alors que l'agent de police
qui l'accompagnait au moment de chercher ses effets personnels s'est absenté.
La maison d'hébergement la Traverse de Joliette ainsi que plusieurs
regroupements nationaux de groupes de femmes(*) joignent leur voix à celle du
centre pour dénoncer le manque de vigilance de la police.
    Les travailleuses du Centre Au Coeur des Femmes croient sincèrement que
ce meurtre aurait pu être évité. En effet, des témoignages démontrent que
plusieurs policiers de la Sûreté du Québec de la Matawinie méconnaissent le
phénomène de la violence conjugale. Cette méconnaissance entraîne une
banalisation de leurs interventions et une non-reconnaissance de la
dangerosité potentielle d'un conjoint violent.
    Ce n'est pas le manque d'expérience du policier dépêché sur les lieux qui
est en cause, mais plusieurs questions se posent. A-t-on suffisamment évalué
la situation? A-t-on suffisamment mesuré le risque? Les policiers font partie
de la chaîne d'intervention auprès des victimes, il est impératif qu'ils se
donnent des outils pour mieux évaluer le danger et analyser chaque situation
et qu'ils travaillent en collaboration avec les partenaires en violence
conjugale. Les femmes qui quittent un conjoint violent sont parmi les plus
vulnérables car c'est à ce moment que la violence devient plus grave.
    "Nous espérons que cette triste expérience amènera la participation de la
police de la Matawinie au comité en violence conjugale de l'Agence en santé et
services sociaux de Lanaudière qui se réunit depuis plus d'un an." de dire
Madame Louise Chaussé, porte-parole du Centre Au Coeur des Femmes de
St-Jean-de-Matha. "Tous les policiers devraient recevoir une formation sur la
connaissance des différents mécanismes de la violence conjugale"
ajoute-t-elle.
    Madame Chaussé conclue : "Cette femme a fait ce qu'il fallait : elle a
appelé pour obtenir une protection policière, mais malheureusement pour elle,
le système a échoué. Il ne faut pas que la mort de Carmen ait été inutile".

    
    (*) Ce communiqué est appuyé par:
    la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle
    la Fédération des femmes du Québec
    la Fédération de ressources d'hébergement pour femmes violentées et en
    difficulté du Québec
    l'R des centres de femmes
    le Regroupement provincial des maisons d'hébergement pour femmes victimes
    de violence conjugale
    le Réseau d'action des femmes handicapées du Canada
    Stella
    




Renseignements :

Renseignements: Louise Chaussé, Centre Au Coeur des Femmes, (450)
886-9171, (450) 886-3476

Profil de l'entreprise

Fédération des femmes du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.