Des formes subtiles de racisme et de discrimination gênent l'accès aux soins de santé et la qualité des soins reçus par les minorités visibles - Il s'agit de l'une des principales conclusions du Congrès de santé transculturelle organisé notamment par L'Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM



    MONTREAL, le 12 fév. /CNW Telbec/ - Les administrateurs et les
prestateurs de soins de santé doivent identifier les formes subtiles de
racisme et de discrimination inhérentes aux soins de santé, et intervenir pour
y mettre un terme afin d'améliorer l'accès aux soins de santé et la qualité
des soins dont bénéficient les membres des communautés culturelles. Il s'agit
là d'une des conclusions du Congrès de santé transculturelle de mai 2007,
organisé par L'Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM en collaboration avec
des partenaires nationaux. Plus de deux cents participants, dont des
praticiens, des éducateurs, des travailleurs sociaux, des administrateurs et
des décideurs du domaine de la santé, ont pris part au congrès national de
deux jours intitulé "Avancement des connaissances, stratégies et
rapprochements transculturels dans le domaine des soins de santé".
    "Le congrès a mis l'accent, entre autres, sur la nécessité d'être patient
et de travailler sur la perception qu'une personne peut avoir de notre système
de soins de santé, en reconnaissant les contradictions d'une manière non
conflictuelle", affirme Dr Klaus Minde, coprésident du congrès et psychiatre à
L'Hôpital de Montréal pour enfants.
    Le congrès avait pour objectifs de trouver des approches efficaces pour
offrir des soins de santé aux gens de différentes cultures, de discuter des
priorités nationales et de développer des stratégies pour guider et soutenir
les réseaux d'expertise sur le plan de la diversité et de l'interculturalisme.
Les discussions menées lors des tables rondes sur cinq thèmes clés ont donné
lieu à des recommandations qui insistent sur l'importance d'un investissement
axé sur la "formation en diversité" pour promouvoir les mesures suivantes :

    
    1. Accroître la sensibilisation au racisme et le développement de
       pratiques et de politiques antiracistes.
    2. Offrir une formation sur la diversité sur une base multidimensionnelle
       et multisectorielle pour former les administrateurs en santé, les
       cliniciens et le personnel de bureau. La formation devrait être
       étendue aux secteurs de l'emploi et de l'éducation lorsque des
       problèmes similaires sont en jeux.
    3. Assurer la représentation des communautés culturelles en recherche par
       l'exploration des pratiques culturelles, l'interprétation et la
       compensation.
    4. Mettre en pratique des approches de sécurité culturelle et de
       participation lors des rencontres cliniques pour améliorer l'entente
       entre les parties et la conformité au traitement de soins.
    5. Développer des normes professionnelles et d'agrément en matière de
       compétences culturelles, incluant cours obligatoires, pratique en
       intervention interculturelle et évaluation périodique.
    6. Créer un réseau national de la diversité couplé à des satellites
       locaux à des fins de consultation, de recherche, de lobbying et
       d'échange d'information.
    

    Toutes ces recommandations nécessitent l'utilisation et l'intégration
d'interprètes et de médiateurs culturels, ainsi que le développement de normes
d'agrément et d'interprétation professionnelles.
    "Ces discussions font ressortir la complexité de l'intégration des
nouveaux arrivants et des minorités dans le système de soins de santé et les
autres systèmes grand public", explique Marie Serdynska, coordinatrice du
programme de multiculturalisme de L'HME. "Les barrières sont érigées par nos
codes professionnels et nos façons de faire que nous croyons universelles,
mais qui, en fait, peuvent être ethnocentriques."
    "La diversité culturelle remet en question notre hypothèse voulant qu'un
seul modèle de services cliniques soit suffisant pour combler les besoins de
tous les patients. Nous devons développer des approches novatrices qui
respectent l'individualité de chaque personne ainsi que ses liens familiaux et
communautaires." affirme Dr Laurence Kirmayer, Président du conférence.
    Le rapport final et les recommandations du Congrès national de santé
transculturelle se trouvent sur le site Web de L'HME au
www.hopitalpourenfants.com.

    Le premier Congrès national de santé transculturel au Canada a été
organisé par le programme de multiculturalisme de L'Hôpital de Montréal pour
enfants (HME) du CUSM et ses partenaires nationaux, soulignant le
20e anniversaire du programme de multiculturalisme de L'HME. Premier hôpital
pédiatrique canadien à instaurer un programme de multiculturalisme, L'HME
continue à favoriser le "respect de la diversité" avec des projets visant à
étendre et harmoniser ses services existants.




Renseignements :

Renseignements: Lisa Dutton, Chef, Relations publiques et
communications, L'Hôpital de Montréal pour enfants (HME) du CUSM, (514)
412-4307


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.