Des familles ont peur de perdre l'aide financière qui les a sorties de la rue



    MONTREAL, le 31 janv. /CNW Telbec/ - Des familles à très faible revenu
ont joint leur voix à celles du Front d'action populaire en réaménagement
urbain (FRAPRU) pour lancer un appel à l'aide au gouvernement Charest. Elles
lui demandent de confirmer sans plus tarder que le supplément au loyer
d'urgence, qui leur a permis de se trouver un logement alors qu'elles étaient
sans logis, se poursuivra au-delà du 30 juin prochain. Sans cette aide, ces
familles verraient leur loyer augmenter en moyenne de 400 $ par mois. Elles
devraient ainsi consacrer entre 60 % et 90 % de leur revenu au loyer, de sorte
qu'elles n'auraient aucun autre choix que de déménager et du même coup risquer
de se retrouver à nouveau à la rue.
    Près de 3500 ménages vivent présentement la même angoisse, dont 2300 à
Montréal, près de 200 à Québec, Gatineau et Longueuil, près de 100 à
Sherbrooke et Laval et des dizaines d'autres dans plusieurs autres villes du
Québec. C'est autour du 1er juillet 2001 que le gouvernement québécois a
commencé à accorder du supplément au loyer à des familles et des individus qui
n'arrivaient pas à se loger par leurs propres moyens. Une telle aide
financière a été accordée à d'autres ménages sans logis à chacun des 1er
juillet qui a suivi.
    Mme Ismatou Barry, une mère monoparentale de 4 enfants, est une des
personnes qui ont accepté de témoigner de sa situation. Si le gouvernement ne
renouvelle pas son supplément au loyer après le 30 juin, elle verra son loyer
passer de 264 $ à 902 $ par mois.
    Avec leurs quatre enfants, Denis et Desree Latchman verraient leur loyer
mensuel augmenter de 250 $ à 723 $.
    Quant à Mme Bianca Vignault, qui a un enfant, son loyer passerait de
263 $ à 580 $.

    Un marché toujours aussi difficile
    ----------------------------------

    Le FRAPRU considère que, si ces familles doivent déménager, elles
éprouveront autant de difficultés à se louer un appartement qu'au moment où
elles sont devenues sans logis.
    Il précise qu'à Montréal et Laval, le taux d'inoccupation des grands
logements familiaux (5 1/2 et plus) est de 0 % pour les appartements se louant
moins de 500 $ par mois. A Québec, il faut être prêt à payer plus de 550 $ par
mois pour être en mesure de se trouver un seul logement pour familles. A
Gatineau, ce montant est de 600 $ par mois.
    Le FRAPRU presse par ailleurs le gouvernement Charest d'annoncer sans
plus tarder sa volonté de prolonger le supplément au loyer des 3500 ménages
concernés. Il insiste sur l'incertitude dans laquelle ces ménages sont
présentement placés, surtout que plusieurs ne disposent plus que de quelques
jours pour répondre à l'avis de renouvellement de loyer que leur a envoyé
leurs propriétaires.




Renseignements :

Renseignements: Français : Marie-José Corriveau, (514) 522-1010, (514)
919-2843 (cellulaire); Anglais : Véronique Laflamme, (514) 522-1010, (514)
231-2309 (cellulaire)

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.