Des chercheurs de l'Institut de Cardiologie de Montréal et de l'Hôpital Mount Sinai contribuent à une importante étude sur la maladie de Crohn



    
    Deux fois plus d'informations génétiques ressortent d'une étude
           sans précédent sur la maladie de Crohn offrant l'espoir
      de thérapies mieux ciblées aux millions de personnes atteintes
                   de maladies inflammatoires de l'intestin
    

    MONTREAL et TORONTO, le 29 juin /CNW Telbec/ - La découverte de 21
nouveaux facteurs de risque génétiques associés à la maladie de Crohn fait
passer à plus du double la quantité de renseignements génétiques connus sur la
maladie. Un consortium international de chercheurs sur la maladie de Crohn a
uni ses efforts, notamment grâce à des contributions majeures de chercheurs
canadiens - le Dr John D. Rioux de l'Institut de Cardiologie de Montréal et de
l'Université de Montréal et les Drs Mark Silverberg et Hillary Steinhart de
l'Hôpital Mount Sinai de Toronto - pour publier cette étude dans la revue
Nature Genetics.
    "Cette découverte nous fait mieux comprendre l'architecture génétique de
la maladie de Crohn et cerne plus précisément les causes biologiques
sous-jacentes de la maladie", a déclaré Mark J. Daly, PhD, du Centre de
recherche en génétique humaine du Massachusetts General Hospital et du Broad
Institute du MIT et de Harvard, l'auteur principal du rapport.
    En 2007, trois études comparaient les génomes de patients atteints de la
maladie de Crohn à ceux de personnes en santé. Il s'agissait notamment d'une
étude nord-américaine dirigée par le Dr John D. Rioux PhD, professeur agrégé
de médecine à l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) et à l'Université de
Montréal et directeur du Laboratoire de génétique et médecine génomique de
l'ICM, avec la contribution de collègues de cinq autres établissements, y
compris celle du Dr Mark Silverberg, gastroentérologue à l'Hôpital Mount Sinai
et professeur adjoint de médecine et de chirurgie à l'Université de Toronto et
de la Dre Hillary Steinhart, chef de gastroentérologie à l'Hôpital Mount
Sinai. L'une des deux autres études a été réalisée au Royaume-Uni et financée
par Wellcome Trust et la troisième par un groupe de chercheurs français et
belges. Ces études ont permis d'identifier au total 11 gènes associés à la
maladie de Crohn. Ces constatations n'expliquaient qu'en partie le caractère
héréditaire de la maladie dont souffrent plus d'un demi-million de personnes
aux Etats-Unis et au Canada.
    Les trois équipes ont regroupé leurs données dans la présente étude à
laquelle participaient plus de 3 200 personnes atteintes de la maladie de
Crohn et plus de 4 800 sujets témoins. L'étude a non seulement confirmé les 11
facteurs de risque génétiques identifiés antérieurement mais en a aussi cerné
21 autres. Ces nouvelles découvertes permettent de brosser un tableau de plus
en plus précis des facteurs qui déclenchent l'activation inappropriée du
système immunitaire inhérente à cette maladie.
    "Etant donné qu'avant 2007, nous ne connaissions que trois facteurs de
risque génétiques de la maladie de Crohn, ces résultats représentent
véritablement des progrès immenses dans notre compréhension de la maladie.
Plus précisément, cette étude démarque les voies biologiques qui mènent
spécifiquement à la maladie de Crohn ainsi que les voies qui sont les mêmes
dans d'autres maladies d'origine immunitaire comme le diabète
insulinodépendant, le lupus systémique et l'arthrite rhumatoide", explique le
Dr Rioux, co-auteur de la présente étude.
    Le Dr Mark Silverberg, aussi co-auteur de l'étude, ajoute : "Cette
recherche représente un point tournant pour les patients atteints de la
maladie de Crohn et l'une des découvertes les plus importantes jusqu'à présent
pour comprendre cette maladie. La réussite de notre projet de recherche repose
sur la collaboration internationale".
    "En somme, nous espérons que l'identification des voies biologiques
menant à la maladie de Crohn produise des outils cliniques qui servent à
améliorer le diagnostic, la classification et le traitement de cette maladie
chronique", de conclure le Dr Rioux.
    Cet effort de collaboration regroupait des chercheurs en génétique
clinique provenant de 25 établissements en Amérique du Nord, notamment
l'Université Yale, l'Université de Pittsburgh, l'Université de Montréal,
l'Université de Toronto, l'Université Johns Hopkins et le Cedars-Sinai Medical
Centre de Los Angeles, ainsi que des centres au Royaume-Uni, en Belgique et en
France. L'équipe est déterminée à continuer à approfondir ces résultats en
collaboration avec des scientifiques d'autres pays. Divers organismes ont
soutenu cette étude, dont le National Institute of Diabetes and Digestive and
Kidney Diseases, par l'intermédiaire de l'Inflammatory Bowel Disease Genetic
Consortium.

    A propos de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse

    Les maladies inflammatoires de l'intestin, ou MII, désignent deux
maladies analogues mais différentes, portant les noms de maladie de Crohn et
de colite ulcéreuse. Ces maladies touchent le système digestif et provoquent
l'inflammation des tissus intestinaux qui forment des abcès et saignent
facilement. Les symptômes associés aux MII se manifestent généralement par des
douleurs abdominales, des crampes, de la fatigue et de la diarrhée.
    La maladie de Crohn peut s'attaquer à toutes les parties du tube
digestif, de la bouche à l'anus. Cette maladie ne peut se guérir grâce à la
prise de médicaments ou à des interventions chirurgicales, mais ces mesures
peuvent en soulager les symptômes. Au Canada, on estime que 170 000 hommes et
femmes souffrent d'une MII. La plupart des gens sont diagnostiqués entre l'âge
de 15 et 25 ans ou de 45 et 55 ans. Les MII sont très difficiles à accepter
pour les enfants et les jeunes adultes qui se sentent souvent menacés dans
leur idée d'eux-mêmes (ou estime de soi) et de leur image corporelle. Bien que
les MII s'observent dans le monde entier, elles semblent plus courantes en
Amérique du Nord et en Europe occidentale. Le Canada possède l'une des
incidences de MII les plus élevées dans le monde. Aux Etats-Unis, plus d'un
million d'Américains souffrent de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse.

    A propos de l'Institut de Cardiologie de Montréal : www.icm-mhi.org.
    A propos de l'Université de Montréal : www.umontreal.ca.
    A propos de l'Hôpital Mount Sinai : www.mountsinai.on.ca




Renseignements :

Renseignements: Doris Prince, Chef des communications et des relations
publiques, Institut de Cardiologie de Montréal, (514) 376-3330, poste 3074,
doris.prince@icm-mhi.org; Melissa McDermott, Spécialiste en médias et en
communications , Hôpital Mount Sinai, (416) 586-4800, poste 7746,
mmcdermott@mtsinai.on.ca

Profil de l'entreprise

Institut de Cardiologie de Montréal

Renseignements sur cet organisme

Université de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.