Demandes budgétaires pour 2008 : le FRAPRU propose un plan sur cinq ans pour la relance du logement social



    MONTREAL, le 4 janv. /CNW Telbec/ - Le Front d'action populaire en
réaménagement urbain souhaite que l'année 2008 soit celle de la relance du
développement du logement social au Québec. Pour y arriver, le FRAPRU propose
à la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, de présenter, dès son
prochain budget, un ambitieux plan d'investissement sur cinq ans permettant la
réalisation de 50 000 nouveaux logements sociaux. L'organisme précise que
l'avenir du logement social se résume, pour le moment, aux 2000 unités en deux
ans annoncées dans le dernier budget Jérôme-Forget, ce qui est nettement
insuffisant pour faire face à toute l'ampleur des besoins.

    Les besoins sont criants
    ------------------------

    Selon le FRAPRU, les récents Rapports sur les logements locatifs publiés
par la Société canadienne d'hypothèques et de logement montrent que les
familles locataires continuent d'être aux prises avec une sérieuse pénurie
d'appartements. Ainsi, le taux de logements inoccupés des logements de trois
chambres à coucher et plus est inférieur à 1,5 % dans quatre régions
métropolitaines sur six, dont Trois-Rivières où il tombe à 0,8 % et Québec où
il n'est que de 0,9 %. Certains centres urbains sont encore plus durement
touchés dont Val d'Or, Rimouski, Montmagny et Gaspé, où aucun appartement de
trois chambres à coucher et plus n'est libre à la location. A Granby, le taux
d'inoccupation n'est que de 0,4 % pour ce type de logements.
    Le FRAPRU souligne que la rareté est encore plus grande dans les
logements familiaux à plus bas loyer. Dans la région métropolitaine de
Montréal par exemple où le taux général d'inoccupation a presque rejoint la
barre des 3 %, il n'est que de 1,4 % pour les appartements de trois chambres à
coucher se louant entre 500 $ et 699 $ par mois. Dans celle de Sherbrooke, il
est de 0 % dans les appartements familiaux se louant entre 400 $ et 499 $ par
mois et de 1,1 % pour ceux se louant entre 500 $ et 599 $.
    Le FRAPRU ajoute que les fortes hausses de loyer subies depuis l'an 2000
ont aussi accru le besoin en logement social. Pour les logements de deux
chambres à coucher, ces hausses ont en moyenne été de 27 % dans la région de
Montréal, de 24 % dans celle de Québec, de 22 % à Gatineau et de 21 % à
Sherbrooke. Dans les appartements de trois chambres à coucher et plus, les
hausses ont été de 28 % à Montréal, 26 % à Québec et Gatineau et 21 % à
Sherbrooke. De telles augmentations n'ont pu qu'aggraver les problèmes
d'incapacité de payer déjà vécus par 445 220 ménages locataires québécois qui
consacraient plus de 30 % de leur revenu au logement, dont 218 490 qui y
engloutissaient 50 % et plus et 111 385 pour lesquels c'est plus de 80 % du
revenu qui passait en loyer.
    Le FRAPRU considère par ailleurs que bien d'autres besoins ne sont encore
répondus que très partiellement, dont ceux grandissants des personnes
itinérantes, des personnes âgées en perte d'autonomie et des personnes
handicapées.

    Des propositions concrètes

    Afin de faire face à ces besoins importants et diversifiés, le FRAPRU
propose tout d'abord à la ministre des Finances de reconduire pour une période
de cinq ans le programme actuel AccèsLogis.
    L'organisme estime que le budget qui y est affecté devrait être augmenté
pour améliorer le programme et l'indexer pleinement au coût de la vie, mais
aussi pour accroître le nombre de logements réalisés. Il fixe quant à lui un
objectif de 40 000 logements, dont la moitié réservée aux coopératives et aux
Organismes sans but lucratif en habitation et l'autre moitié qui serait
offerte aux Offices municipaux d'habitation pour leur permettre de répondre
plus adéquatement aux 35 000 ménages qui sont présentement sur une liste
d'attente pour un HLM.
    Le FRAPRU demande par ailleurs au gouvernement Charest de se doter d'un
instrument supplémentaire, en mettant sur pied un programme expérimental
permettant l'achat à des fins de logement social d'immeubles locatifs privés
en bon état, ne nécessitant pas de travaux de rénovations majeures.
L'organisme estime qu'un objectif initial de 10 000 unités serait réalisable.
    Le FRAPRU souhaite pouvoir faire directement part de ces propositions à
la ministre des Finances, à la faveur des consultations pré-budgétaires qui
devraient s'amorcer prochainement. Une demande à cet effet a été adressée à
Mme Jérôme-Forget. Le FRAPRU espère aussi sensibiliser les autres partis
présents à l'Assemblée nationale à la relance du logement social, pour faire
en sorte qu'elle fasse aussi partie de leurs demandes budgétaires et
d'éventuelles négociations en vue de son adoption.




Renseignements :

Renseignements: François Saillant, (514) 919-2843 (cellulaire);
Marie-José Corriveau, (514) 386-1040 (cellulaire)

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.