Demande d'émission d'ordonnance de sauvegarde rejetée



    MONTREAL, le 5 juin /CNW Telbec/ - Le Syndicat des travailleurs de
l'information du Journal de Montréal (STIJM) est extrêmement déçu de la
décision de l'arbitre Me Alain Corriveau de rejeter sa demande visant
l'émission d'une ordonnance faisant cesser la publication des textes, photos
et caricatures produits par ses membres, dans Le Journal de Québec.
    Au moment où la direction de Quebecor Média tente de faire plier les
syndicats du Journal de Québec et d'implanter encore plus profondément la
convergence dans sa salle de rédaction, les membres du STIJM se désolent de se
voir ainsi utilisés directement dans le conflit de travail.
    Le comité exécutif du STIJM déplore que l'arbitre Me Alain Corriveau en
soit arrivé à conclure en faveur de l'argument patronal en réduisant à un
simple correlaire du chapitre 109,1 du Code du travail, la clause de la
convention collective négociée par le syndicat et devant prévenir
l'implication directe des salariés dans un conflit de travail de Quebecor
Média.
    Or, dans le milieu des années 70, lorsque les membres du STIJM ont
consenti à la publication de leurs textes et photos dans le nouveau quotidien
de Quebecor, ils le faisaient à la demande de feu Monsieur Pierre Péladeau qui
désirait lancer un journal dans la ville de Québec. Ainsi, les employés du
Journal de Montréal contribuaient à la naissance d'un autre quotidien et à la
création d'une autre salle de rédaction. Pendant des décennies, cette
collaboration a permis non seulement un rayonnement accru du fruit du travail
des membres de la salle de rédaction du Journal de Montréal, mais elle a
permis d'établir à Québec un quotidien vigoureux qui, combinée à la force de
la salle de rédaction de Québec, était appréciée par la population.
    Depuis le début de 2006, Quebecor Média a toutefois coupé 86 postes dans
ses quotidiens anglophones (tel que rapporté dans le rapport annuel de QMI),
elle a coupé 11 postes dans sa salle de rédaction du Journal de Montréal, elle
a transféré en Ontario son centre d'abonnements du Journal de Montréal, briser
les conditions de licence de TVA, exprimé sa volonté de fermer son département
de Petites Annonces du Journal de Québec afin de transférer les emplois en
Ontario, mis en lock-out le Syndicat des pressiers du Journal de Montréal,
demandé au Syndicat de la rédaction du Journal de Québec de réduire le
plancher d'emploi tout en permettant la publication de tout contenu provenant
d'une entreprise de Corporation Sun Media, et enfin publier une "édition
record du Journal de Québec" partiellement produit en Ontario et imprimé à
Mirabel.
    Le STIJM et ses membres verront donc le Journal de Québec continuer de
s'abreuver à même la salle de rédaction du Journal de Montréal. Le soutien à
nos collègues des syndicats mis en lock-out et du syndicat en grève du Journal
de Québec n'est pas diminué par la décision de l'arbitre Corriveau. Au
contraire.




Renseignements :

Renseignements: Chantal Léveillé, (514) 942-9746

Profil de l'entreprise

Syndicat des travailleurs de l'information du Journal de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.