Demande d'appel de Gaz Métro : Combien de temps les contribuables devront-ils continuer de payer?



    MONTREAL, le 17 oct. /CNW Telbec/ - "Nous sommes outrées de cette
décision, mais néanmoins non surprises. En effet, cela fait plus de 12 ans que
Gaz Métro s'obstine à ne pas reconnaître ses pratiques discriminatoires. Pour
Action travail des femmes cette bataille contre Gaz Métropolitain, c'est un
peu David contre Goliath : les ressources humaines et matérielles n'étant pas
de la même ampleur", de déclarer Darline Raymond, coordonnatrice d'Action
travail des femmes (ATF).
    Le 11 septembre dernier, le Tribunal des droits de la personne du Québec
rendait une importante décision pour le droit des femmes à l'égalité en
emploi. Au terme d'une bataille qui avait duré douze années contre Gaz
Métropolitain (GMI) pour discrimination à l'embauche de femmes au poste de
préposée à l'entretien du réseau, Action travail des femmes (ATF) et les
sept (7) plaignantes obtenaient enfin gain de cause. Gaz Métropolitain se
voyait imposer un programme d'accès à l'égalité comportant un objectif
numérique d'embauche de 40 % pour les femmes au sein de ces postes à Gaz
Métropolitain, et le paiement de dommages aux plaignantes de l'ordre de
210 000 $.
    Ce procès devant le Tribunal, rappelons-le, aura duré 52 jours étalés sur
une période de 2 ans et demi au cours desquels Gaz Métro, sous l'égide de sa
puissante firme d'avocats, aura déployé tous les moyens pour continuer à
bafouer les droits des femmes. Parions que les dommages à verser aux
plaignantes sont dérisoires à côté des honoraires d'avocats que Gaz Métro aura
dépensés pendant ces douze années.
    Paradoxalement, ces mêmes femmes, qui se sont fait claquer la porte au
nez par GMI, auront pourtant participé elles aussi, au même titre que les
autres contribuables, à financer le paiement des frais d'avocats de Gaz
Métropolitain dans cette affaire. On dit que l'argent n'a pas d'odeur, mais la
discrimination semble bien pourtant avoir un sexe!
    Certes, Gaz Métro est une entreprise privée, mais qui vit et fructifie,
en grande partie, grâce à nos fonds publics. Est-il besoin de rappeler
qu'Hydro-Québec, notre société d'Etat, détient près de 30 % des actions de Gaz
Métro? Comme si cela ne suffisait pas, Gaz Métro est l'une de ces grandes
entreprises privées qui contractent avec le gouvernement fédéral dans le cadre
du Programme de contrats fédéraux (PCF) pour un montant qui s'établit à plus
de 200 000 $. Alors, c'est nous toutes et nous tous qui payons les frais
depuis 12 ans des pratiques discriminatoires qui persistent toujours chez Gaz
Métro.
    De plus, toujours selon la coordonnatrice d'Action travail des femmes, "à
voir la trajectoire professionnelle parcourue par ces femmes depuis leur
exclusion du poste de préposée à l'entretien du réseau, on ne peut s'empêcher
de dire que Gaz Métro a manqué une belle occasion d'embaucher la crème de la
crème". Jointeure et monteuse de ligne chez Hydro-Québec, technicienne en
géodésie et préposée à l'entretien du réseau d'aqueduc à la Ville de Montréal,
émondeuse entrepreneure, tels sont quelques-uns des métiers exercés
aujourd'hui par ces femmes.
    De la discrimination à l'égard des femmes aux sommes indécentes puisées
"à même nos poches" pour payer leurs frais d'avocats : Gaz Métro ajoute
désormais l'insulte à l'odieux! Action travail des femmes estime qu'il est
grand temps que cela cesse.




Renseignements :

Renseignements: Yohanne Cassabois, (514) 768-7233, (514) 622-5884;
Source: Action travail des femmes


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.